Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 22:36
caravaggioconversionmm.jpgLe Caravage, Conversion de Marie-Madeleine. 


Voilà une mise en scène apparemment sans mystère. Une fenêtre d'où se déverse la lumière. Un miroir. Une dame que l'on appelle à se contempler dans la glace.

La fenêtre illuminée est invisible, et révélée par son seul reflet, alors que le visage de la femme nous est directement visible. La lumière, que les hommes tentent de définir depuis la naissance du mythe et de la philosophie, reste mystère, énigme. D'où son caractère sacré dans l'histoire des doctrines philosophiques et religieuses. Dans le miroir, nous apercevons le plus familier: notre visage, et le plus énigmatique: la lumière. 

Mais n'est-ce pas plutôt l'inverse? La fenêtre semble si lumineuse, alors que la visage de la femme est dans l'ombre. La lumière se donne à tous comme clarté, sans faux-fuyant, alors que notre visage reste masque et énigme pour les autres, et peut-être aussi parfois pour nous-même... La dame ne semble-t-elle pas fuir le miroir du regard? A-t-elle peur de l'image ?

Parmi toutes ces paradoxes, une certitude s'impose. La lumière est énigme, mon visage est énigme; mais au croisement des deux énigmes se produit quelque chose d'évident, d'immédiat: l'image. Cette image que je contemple dans le miroir. Image qui est tout sauf énigme, et que je reconnais sans y penser comme mienne. Comme le reflet de ma réalité.

Deux énigmes additionnées, la lumière et le visage, produisent une évidence, presque une certitude, le reflet.
D'où l'idée suivante: 
Si une énigme en elle-même est incompréhensible, la rapprocher d'une autre énigme produit sens et évidence.
 
Ou: 
L'incompréhensible prend sens au contact d'un autre incompréhensible. 

En clair:
Le mystère du monde prend sens au contact du mystère des signes.

Ainsi en rapprochant l'énigme des signes mathématiques de l'énigme de l'univers, le savant crée la science. 
L'écrivain, dans la littérature, fait sens en entrechoquant le mystère du langage et le secret de l'existence. 
L'amoureux, dans l'amour, tente de percer le mystère de l'aimé en lui révélant son propre mystère, par ses paroles et ses gestes.  

Qui oserait affirmer que les signes mathématiques sont la clé de l'énigme de l'univers? Personne n'en est certain, pas même les scientifiques eux-mêmes. 
Qui pourrait assurer que les mots sont la clé de nos existence? Selon nos contemporains, c'est encore moins sûr. 
Qui pourrait assurer l'amoureux que l'aimé lui livre sa vérité? Rien d'autre que l'amour lui-même...

Et pourtant, ces signes énigmatiques, comme une lumière mystérieuse, révèlent le visage de l'homme ou du monde dans le miroir de la connaissance. Libre à notre époque, à tort ou à raison, de révérer la lumière de la science, là où d'autres temps préféraient celle des mots ou du mythe. Mais la situation reste la même.

Quelle valeur pour l'image qui se peint dans le miroir de la connaissance? Est-elle image trompeuse ou véridique? Dans l'impossibilité de trancher cette alternative réside toute la condition humaine. Homo viator, homme voyageur conduit à promener, incessamment, et peut-être sans profit, son miroir le long du chemin.  

Que ce blog soit un petit miroir où, à la lumière de la pensée des philosophes, écrivains, et autres penseurs, ou d'une simple photo, quelque chose de notre visage ou de celui du monde puisse se refléter. Ou plutôt se réfracter, se diffracter, à travers les mille éclats d'un miroir brisé.

Postface novembre 2009

Un de mes premiers articles. Il y a des idées intéressantes, mais c'est diablement embrouillé... A l'époque, je me lançais dans de grandes envolées lyriques sans souci d'être compris... C'est un  des grands mérites des blogs de nous apprendre à écrire pour les autres...
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires