Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 08:14

 

undefined

 

Actualité de Fludd à notre époque.

Robert Fludd est un philosophe anglais du début du XVIIe siècle. C'est avant tout un polymathe. Ce terme, quelque peu galvaudé aujourd'hui, désignait à l'époque des penseurs pour qui il n'y avait pas de limites entre les différentes branches du savoir, mais une unité organique. La cosmologie, la théologie, la physique ne sont pour Fludd que les aspects d'une seule et même science totale, qu'il a parfois appelée la "philosophie mosaïque". Une telle démarche, si elle est étrangère au scientisme ricanant de certains, est pourtant  attestée dans le passé de notre civilisation, et se trouve au coeur de certaines formes de pensées orientales, dans lesquels certains scientifiques moins intolérants ne dédaignent pas de trouver parfois une source d'inspiration. Pour ma part, je ne m'intéresse pas au système de Fludd pour y adhérer, ni pour fonder une nouvelle religion, mais à simple titre d'expérience intellectuelle, pour voir comment l'homme, confronté à l'énigme de la réalité, a pu tenter de la résoudre en mobilisant toutes les dimensions de son savoir. En cela, Fludd est de toujours notre contemporain.

Ombre et lumière.

Comme tous les penseurs de l'humanité, la question fondamentale de Fludd est en effet: pourquoi y-a-t-il quelque chose plutôt que rien? Fludd répond à cette question par une cosmologie de la lumière. 

Fludd s'inscrit dans la lignée des cosmogonies binaires, où l'univers est créé par l'opposition et la complémentarité de deux principes. Pour d'autres penseurs, ce seront l'amour et la haine, le feu et la glace, etc. Pour Fludd, c'est l'opposition de la lumière, qualité noble et pure, immatérielle, et des ténèbres matérielles qui produit l'univers. Il développe donc une vision du monde spiritualiste avec un principe formel et immatériel, et un principe matériel passif. Mais l'originalité de Fludd est que la lumière et les ténèbres peuvent se mélanger selon une certaine proportion, donnant ainsi naissance au monde physique. Pour Fludd, et cela est troublant, toute chose existante est un composé de lumières et de ténèbres. 

La Cosmogénèse de Fludd (1): présupposés et avertissement. 
undefined
Deux rappels capitaux au lecteur qui ne connaîtrait pas le contexte intellectuel du XVIIe siècle, et pourrait être étonné par ce qui suit:

-Il faut savoir que les hommes du XVIIe siècle concevaient encore le monde comme un ensemble de sphères concentriques, au centre duquel se trouvait la terre (contrairement à l'idée reçue selon laquelle le système de Copernic s'est facilement imposé). Expliquer la cosmogénèse, avant tout c'est expliquer l'existence de ces sphères. 

-Il faut également savoir que pour Fludd toute sagesse est révélée, et qu'à ces yeux des textes comme la Bible ou le Corpus hermétique livrent non seulement un enseignement spirituel, mais aussi les principes du monde physique. C'est donc en se fondant sur le Fiat Lux ("Que la lumière soit") biblique et sur le Pimandre que Fludd explique le rôle fondamental de la lumière dans la cosmogénèse.  

La Cosmogénèse de Fludd (2): les grands principes. 


Au début existe une masse ténèbreuse s'étendant à l'infini, de toute éternité. Ce sont les ténèbres ou l'abysse biblique.
Dans cette masse ténébreuse, une lumière incréée (Dieu) se manifeste. La lumière première apparaît (Fiat lux), se mélange une première fois à la matière, faisant reculer la zone de ténèbres. C'est la première division entre la lumière et les ténèbres, qui donne naissance à la première partie de l'univers, lieu d'un feu éternel, l'empyrée. Puis la lumière fait reculer une seconde fois les ténèbres, tout en se mélangeant un peu plus à elles; c'ets ainsi que naît la sphère de l'Ether, emboîtée dans celle de l'Empyrée. Dans un dernier effort, la lumière fait reculer une dernière fois la masse ténébreuse, de plus en plus compacte et opaque: en se mêlant ainsi aux ténèbres une troisième fois, elle donne naissance aux 3 éléments: feu, air, eau. Le reste des ténèbres, à laquelle la lumière n'a pas pu se mélanger, forme la terre, située pour Fludd au centre de notre univers.  

La terre est donc un agrégat de ténèbres et de matière inorganisée, rebelle à l'action de la lumière, et pour notre malheur c'est là que nous nous trouvons : ceci dit pour contester l'idée, chère aux vulgarisateurs de pacotille, selon laquelle poser la terre au centre de l'univers  est faire preuve d'un optimisme béat.Néanmoins, une partie de lumière s'est trouvée prisonnière du corps terrestre. Cette lumière est ensuite réaspirée, par une sorte de force d'attraction magnétique, vers la sphère éthérée où elle formera le soleil.

On a donc, pour récapituler, une structure de l'univers en sphères concentriques, nées du mélange de lumière et de ténèbres en différentes proportions selon le schéma suivant, de l'extérieur à l'intérieur de l'univers : 

1. Lumière incréée de la divinité.
2. Lumière première: Empyrée-fait d'un mélange d'1/4 de ténèbres et de 3/4 de lumière. 
3. Lumière secondaire: Ether-fait d'un mélange de 2/4de ténèbres et de 2/4 de lumière. 
4. Lumière tertiaire: Sphère élémentaire-faite d'un mélange de 1/4 de lumière et de 3/4 de ténèbres. 
5. Ténèbres: Terre-résidu des ténèbres originelles (4/4 de ténèbres!).

La lumière première de l'empyrée, l'âme du monde. 

La lumière de Fludd, qui joue un rôle cosmogonique si important, n'est pas la lumière morte des aristotéliciens. C'est un feu vivant, une substance qui crée la vie. Ici Fludd reprend l'idée très ancienne du Timée de Platon et du corpus hermétique: le monde est un être vivant, qui comme tout être vivant a un corps et une âme. Cette âme du monde est connue dans les écrits zoroastriens sous le nom d'Hécate, et parfois figurée par une jeune fille, selon un symbolisme que reprend Fludd. 
Cette âme pour Fludd, c'est la lumière première de l'empyrée, dont le feu subtil et presque immatériel pénètre toutes les autres sphères pour leur distribuer la lumière créatrice de vie.C'est entre autres elle qui fait mouvoir les sphères astrales, expliquant ainsi la cause des mouvements célestes. Cette lumière première, mêlée à la matière terrestre, donne ensuite naissance aux êtres vivants et à l'homme, dont nous allons maintenant dire un mot. 

Microcosme et macrocosme: la théorie de l'homme de Fludd. 

Ceci permet de faire une transition avec un autre aspect important de la pensée de Fludd, la théorie de l'homme. Là aussi, Fludd se réfère au Timée et aux écrits hermétiques: l'homme est un modèle réduit (microcosme) de l'univers (macrocosme). C'est-à-dire que, de même que l'univers physique dans son ensemble, l'être humain sera un composé de lumières et de ténèbres. 

Se référant à une division canonique chez les néoplatoniciens, Fludd nous dit que l'homme est composé d'un intellect, d'une âme rationnelle, d'une âme irrationelle et d'un corps. Les deux extrêmes, l'intellect et le corps, correpondent, comme dans le macrocosme à la lumière pure et aux ténèbres pures. L'intellect humain est en effet pour Fludd la présence de la lumière incréée de la divnité dans l'homme, selon une tradition qui remonte au néoplatonisme antique, en passant par la mystique rhénane. Le corps est au contraire un composé transitoire des 4 éléments (autre thème néoplatonicien). Pour faire la jonction entre cette lumière pure et ce corps composite, qui sont totalement étrangers l'un à l'autre, Fludd place trois instances intermédiaires: l'âme rationnelle, l'âme sensible et l'âme végétative. La première, plus proche de l'intellect dont elle reçoit la lumière, correspond au capacités réflexives, tandis que la seconde assure la sensation, la troisième étant dévolue aux fonctions végétatives et reproductives de l'organisme. 

On a donc dans le microcosme une structure analogue à celle du macrocosme: 

1. Lumière pure: intellect (présence de la divinité dans l'âme humaine).
2. Lumière créée 1: âme rationnelle, qui correpond au cerveau. 
3. Lumière créée 2: âme végétative, qui correpond à la zone du coeur. 
4. Lumière créée 3 (feu): vertu générative, qui correpond aux "parties sacrées" des Grecs. 
5. Corps (ténèbres)

On peut ainsi dresser l'analogie suivante entre l'homme et l'univers :

1. Lumière divine-Intellect. 2. Empyrée-âme rationnelle. 3. Ether-âme végétative. 4. Sphère du feu-capacités reproductives. 5. Terre-Corps.

La Théosophie de la lumière. 

On a donc vu la richesse du système de Fludd qui, brassant des données traditionnelles et philosophiques avec une spéculation personnelle, arrive à expliquer l'univers et l'homme par l'union des ténèbres et de la lumière. Maintenant, la pensée de Fludd s'élève aussi jusqu'au divin, notamment à travers des références à la Bible et à Cabale chrétienne. 

Dieu est pour Fludd un être double, qui peut donner la vie, mais aussi la reprendre. Ces deux tendances sont appelées respectivement la Volonté et la Nolonté (non-volonté). La première représente l'aspect bienveillant et lumineux du divin (aleph lumineux), la seconde son aspect ténébreux (ou aleph ténébreux). Ces deux aspects contradictoires sont assimilés également, dans une intuition (pré-nietzchéenne?) à Apollon et Dionysos.

A l'origine, avant la création du monde, Dieu est une pure ténèbre inconnaissable, qui limite en lui-même son omnipotence sans rien créér. C'est ce que les Caballistes appelent Ain Soph, divinité inconnaissable. Puis, lors de la création du monde, il se manifeste comme la lumière immatérielle (Fiat lux), dont on a vu qu'elle a créé le monde. Cette manifestation lumineuse est assimilée par Fludd au Verbe, deuxième personne de la divinité chrétienne. Du mélange du Verbe avec la matière naît le feu de l'Esprit, qui lui-même crée le monde physique. 

Ce mystère est contenu dans les quatre lettres du nom de Dieu (tétragramme YHWH): Yod est le père caché, He le Verbe, Vau l'esprit et le deuxième He le monde. Bien sûr, une théologie aussi peu orthodoxe ne pouvait que faire encourir à Fludd la colère de Mersenne.

Conclusion. 

Ce bref aperçu d'une pensée foisonnante de Fludd nous permet de voir que la métaphysique de la lumière n'est pas le propre du Moyen-âge en occident, comme on le croit trop souvent, mais qu'elle a encore connu de belles heures au XVIIe siècle. Composant des sources néoplatoniciennes, hermétiques, bibliques et patristiques, le système de Fludd est néanmoins une construction originale et audacieuse, qui vise à expliquer tous les aspects de la réalité, le monde, l'homme, la divinité,  par l'intersection de l'ombre et de la lumière. 

Bien sûr, le mécanisme, avec sa nouvelle cosmologie matérialiste et son interprétation matérielle du phénomène lumineux, a balayé dès les années 1630 les édifices spiritualistes précaires et syncrétiques comme le système de Fludd. Il n'en reste pas moins que ce dernier constitue une étonnant figure de médiateur entre la Renaissance et les temps modernes. Et après tout, l'idée d'une lumière-énergie qui crée le monde, est-elle si éloignée que cela du Big Bang des physiciens modernes ?

Post-scriptum (octobre 2009)
Un de mes premiers articles. Il date de l'époque où ce blog s'appelait "Cabinet de curiosités éclectiques", époque qui lui a légué son adresse internet "polymathe.overblog". En effet, avant de se concentrer sur la Pays cathare, ce blog s'intéressait aux polymathes, savants encyclopédiques de la renaissance et du début du XVIIe siècle. C'est ainsi qu'après l'article sur Fludd, on aurait eu droit à un texte sur Athanase Kircher... Depuis, le blog a pris une orientation radicalement différente. Je n'ose toutefois supprimer cet article, cela fait partie de l'histoire du blog...

Partager cet article

Repost 0
Lieux secrets du Pays Cathare - dans Lieux XVIe-XVIIe siècle
commenter cet article

commentaires