Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 08:34
 
Les origines de Dourgne et la guerre des Albigeois.
 
Dourgne est un charmant petit village du Tarn blotti au pied de la Montagne noire, entre Revel et Labruguière. Avant la guerre des Albigeois au XIIIe siècle, Dourgne était un castrum (village fortifié) qui s’élevait autour d’un donjon montagnard, au lieu-dit le Castellas (dont les vestiges existent encore, paraît-il). Or, nous dit la légende, ce village primitif ayant été dévasté pendant les combats (22 avril 1212), les habitants demandèrent au roi de France Philippe IV le Bel, un siècle plus tard, la permission de reconstruire leur village au pied de la montagne. L’autorisation lui fut demandée en 1301, nous dit la légende, par une escorte composée des plus belles jeunes filles et des plus beaux jeunes gens du village, tous tenant des branches de romarin, et fut finalement accordée par le roi, séduit par une si belle jeunesse.
  
undefined
La fête du romarin.
 
Chaque année, lors de la Fête du Romarin (dimanche de la Sexagésime), les habitants de Dourgne organisent défilé et festin pour commémorer, ce qui fait que la fête a lieu sans discontinuer depuis 800 ans environ. Bel exemple de continuité !
 
Pourquoi ce symbole du romarin ? Il était d’usage pour les jeunes de Dourgne de le voler rituellement dans les jardins la nuit précédant la fête. On se souvient aussi que ce sont des jeunes gens qui sont allées demander à Philippe le Bel la reconstrution de leur village. Le romarin est donc fortement lié à la jeunesse. Il est également lié à la « jeunesse » de la nature, car il pousse au début du printemps (en février). On lui prête également des vertus de fécondité : ainsi, au XVIIe siècle, on disait aux enfants qu’ils naissaient dans des romarins, et non dans des roses ou des choux comme ajourd’hui.
 
Une chanson célèbre.
Pour toutes ces raisons, le romarin symbolise l’amour naissant aux beaux jours, comme l’indique la chanson :
 
J’ai descendu dans mon jardin
Pour y cueillir du romarin
J’en avais pas cueilli trois brins
Qu’un rossignol vint sur la main.
Il me dit trois mots en latin
Que les hommes ne valent rien
Et les garçons encore bien moins.
 
La jeune fille dans cette chanson va cueillir du romarin pour l’offrir à son amoureux, selon une tradition attestée de longue date. Dans beaucoup de privinces du Languedoc, offrir du romarin équivaut en effet à offrir son cœur, ou du moins à révéler ses sentiments. C’est donc pour cette raison que le rossignol arrive à propos, pour mettre en garde la jeune fille inexpérimentée de la roublardise masculine.
                                                                                           
Le romarin et le laurier.
 
Dans le légendaire de Dourgne, le fête du romarin est opposée à celle du laurier, organisée cette fois-ci non plus par la jeunesse mais par les gens mariés. En effet, la légende de la refondation de Dourgne nous dit que les notables de la ville, après avoir obtenu la permission de reconrtuire leur villae du roi de France en 1301, durent aller chercher la charte à Puylaurens où se trouvait le roi. C’est à cette occasion qu’ils cueillirent des brins de laurier qui poussaient en nombre dans le village, au point, nous dit la légende, de lui donner son jom (Puy-laurens, le puy du laurier selon une étymologie fantaisiste). Or, le laurier représente la stabilité et la perdurabilité, traditionnellement associées à la symbolique du mariage, par opposition au romarin qui symboliserait la force mais aussi l’évanescence des premiers émois.
 
Une hypothèse : évolution du sens de la fête ?
 
Ce que suggère B. de Viviès, c’est que la fête du romarin était traditionnellement une fête de la jeunesse, liée au printemps et à l’éveil de la fécondité, et que c’est peu à peu qu’a été privilégiée la commémoration historique de la reconstruction de la ville. D’ailleurs, aujourd’hui, la fête du romarin a presque totalement perdu son aspect de fête de jeunesse pour devenir avant tout une fête costumée, commémoration historique.
 
Quoi qu’il en soit, il faut souligner la vitalité des gens de Dourgne qui savent si bien faire vivre leurs traditions. Allez donc à la fête du romarin vous-même pour en avoir la preuve !
 
Pour approfondir.
B. de Viviès, Saints et géants au pays de Dourgne, troisième partie, chapitre II, « les rituels laïques ».
Le dimanche de la sexagésime : www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/035.htm

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fée des agrumes 02/11/2008 10:45

Oui!
Quand je parle des bluettes, je pense aux dessins animés genre Cendrillon qui dénature complètement le sens premier du conte.
Finalement, les contes méritent d'être définis; les histoires inventées dans un contexte clairement défini ( le XIXe ou les années 50/60) ou les traditions orales héritées de nos lointains ancètres?
Bon dimanche

Abellion 02/11/2008 10:52


Je ne peux qu'approuver votre critique du XIXe siècle et de l'après-guerre, véritables périodes de nadir ou de basses eaux pour la pensée...


fée des agrumes 02/11/2008 10:33

J'approuve complètement.
Les contes de fées portent énormément de symboles et les bluettes sont véritablement des machines à formater les esprits de gentilles petites filles soumises, douces et sages à la merci d'un prince vide et fade simplement victorieux de son pouvoir de mâle.
Il y a un gros travail de fond à faire pour remettre les contes à leur place. J'ai eu qq échos qui me donnent bon espoir.

Abellion 02/11/2008 10:39


Je ne serai pas aussi négatif que vous. Je dirai qu'il y a effectivement des bluettes et contes sexistes qui visent à dévaluer les femmes et le leur faire intégrer un schéma sexiste. Mais d'autre
part, il y en a d'autres qui sont de véritables mises en gardes adressées aux filles de se méfier des homems autant qu'elles peuvent (ne serait-ce pas le sens de "gentil coquelicot" ou du "petit
chaperon rouge ?).


fée des agrumes 01/11/2008 11:01

je comprends mieux maintenant pourquoi j'ai toujours tellement rêvé d'avoir un carré d'aromatiques où s'épanouissent romarin et laurier.. encore que le laurier a triste mine quand le romarin grandit toujours plus... Le thym lui va bien.
De la symbolique de nos choix inconscients.. héhé
La fameuse chanson prend tout son sens quand le sens est explicité.

Abellion 01/11/2008 13:44


Toutes les chansons anciennes ou presque ont des significations sexuelles, que ce soit "il court le furet", "les filles de la Rochelle", et même "la Mère Michel"... Quant aux contes de fées, n'en
parlont pas. C'était sans doute l'éducation sexuelle de l'époque...