Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 10:02

Parlons donc un peu des magnifiques forêts qui entourent le village d'Arfons, de leur histoire mouvementée et de leurs légendes.
Arfons est l’un des plus beaux villages de la Montagne noire, dans le département du Tarn. Si vous avez la malchance de ne pas le connaître, vous pouvez lire un autre article de mon blog qui le présente (lien ici: polymathe.over-blog.com/article-16176223.html).
 
Les noms et le rêve.

Arfons possède le rarre privilège de compter plusieurs hameaux entourés de forêts. La commune forme une sorte d’archipel perdu dans une mer arborée.
Ces forêts ont des noms infiniment évocateurs. A l’ouest, Arfons est séparé du hameau des Bastouls par la forêt de Saignebaude, et du village des Cammazes par les forêts de Sarremetgé et de Cayroulet, que traverse la rigole de la montagne. Au nord-est s’étendent les forêts d’Hautaniboul et de Cayroulet. A l’est, près du Hameau des Escudiès commence la forêt de Ramondens, avec son célèbre château.
 
Royaume de l’angoisse ou de la beauté?
  
undefined
La toponymie nous renseigne aussi sur l’attitude des anciens face à la nature et à la forêt. C’est un lieu commun de dire que les Montagnes et les forêts, si elles sont pour les hommes du XXIe siècle des lieux de délassement ou de méditation, constituaient pour les hommes d’autrefois un lieu d’horreur et d’angoisse, où guettaient brigands, loups, mais aussi diables et sorciers.
Certains noms de lieux de la forêt témoignent de cette horreur, sacrée ou non, éprouvée par les hommes d’autrefois. Souvent revient le lexique de l’ombre : las Oumbros, le Travers des Ombres, le Trou Obscur, le Therme noir. Parfois l’évocation du sentiment lui-même : Malaise, la Peur. Ailleurs, c’est le diable lui-même qui a apposé son empreinte.
 
La présence lacinante du drac.
 
En effet, près de Fontcouverte, on trouve le Trabès del Touart, le Touart étant dans la région un autre nom du drac, être diabolique qui essaie de faire périr de male mort les gens qui s’attardent dans les forêts à la tombée de la nuit. Esprit aquatique lié aux rivières, il est, comme le dieu marin Protée, doté de la capacité de métamorphose. Ainsi, non loin d’Arfons, près de Massaguel, à la Cascade du Mouscaillou, il se transforme en agneau égaré. Pris de pitié, le voyageur prend sur son dos l’animal qui ne cesse de s’alourdir magiquement et finit par  précipiter dans le torrent le malheureux, à bout de force. Le drac est également représenté sous les traits du dragon dans l’Eglise d’Escoussens, autre village proche. Mais nous consacrerons bientôt un article à cet être de premier plan dans le Landerneau mythologique de la Montagne noire.
 
Les sortilèges de la forêt.
  
undefined(Photo B. de Viviès-la Talvera)

C’est la peur qui a donné naissance aux dieux, nous dit le poète latin Stace. Les forêts, tanière de la peur, sont donc peuplées de charmes et de légendes.
La première d’entre elles concerne une pierre mystérieuse située dans la forêt d’Hautaniboul, au nord-ouest d’Arfons (elle est indiquée sur les cartes IGN, c’est un bon but de randonnée). Il s’agit de la pierre de Miamont. C’est un monolithe de granit, sculpté sur une de ses faces d’une énigmatique gravure qui pourrait représenter des armoiries ; la pierre de Miamont serait ainsi une ancienne borne de fief. Là, les hommes d’autrefois, lorsqu’ils étaient malades, venaient laisser une pièce. L’inconscient qui la ramassait attrapait aussitôt la maladie de l’ancien propriétaire de la pièce. Pour se délivre du maléfice, un seul remède : venir remettre la pièce volée au pied de la pierre.
 
Les eaux sacrées.
 
La forêt est aussi le domaine de l’eau. Nous l’avons vu en parlant du drac, démon aquatique qui cherche à précipiter les voyageurs égarés dans son domaine. Et si, dans la légende du drac, ce sont les eaux dangereuses et maléfiques qui s’incarnent, d’autres témoignagent indiquent une sacralisation des eaux bénéfiques et nécessaires à la survie. Aux Escudiès se tenait, encore au début du XXe siècle, une stèle dédiée au Dieu Sor (Deo Sor). Et sur un acte du XVIIe siècle, les sources qui jaillissent dans la forêt sont désignées avec respect sous le nom de "tête sainte du Sor" ou "tête sainte de l’Aiguebelle".
Au XIXe siècle, une source se trouvait près du château de Ramondens. On l’appelait la Sagne canine, et elle avait la vertu de rendre fécondes les femmes qui buvaient de son eau. Un témoin de l’époque évoque une affluence importante en ce lieu :
 
« Aussi voit-on fréquemment des pèlerines, agenouillées dévotement sur le bord de la source et puisant force verres de l’eau limpide du miraculeux bassin ».
  
undefined
(Ruisseau, près de la croix des Fangasses)

Les Gentilshommes verriers de la forêt.
 
La grande richesse de la forêt, autant que l’eau, c’est le bois : ainsi, il n’est pas rare de voir en certains endroits les vestiges de fours de maître-verriers. Ceux-ci entraient fréquemment en conflits avec les habitants, en raison de leur consommation importante de bois, qui les poussait parfois à empiéter sur les bois communaux.
 
Forêts et résistances.
 
Mais la forêt offre aussi un refuge, lors des périodes politiques troublées, à ceux qui sont en délicatesse avec les pouvoirs en place. A Arfons, ceci s’est passé principalement à trois époques de l’histoire : au Moyen-âge, lorsque les hospitaliers organisèrent la sauveté ; lors de la révolution française, lorsque la forêt fut le refuge des royalistes ; et enfin pendant la dernière guerre, lorsque le Corps Franc de la Montagne Noire établit sa base dans les forêts, à l'est d’Arfons.
 
Moyen-âge : la sauveté d’Orfons.
  
Les Hospitaliers qui créèrent le village d’Arfons (qui s’appelait alors Orfons), au XIIe siècle, avaient besoin de mains pour défricher la forêt. C’est pourquoi, reprenant le moyen employé par Romulus lors de la fondation de Rome, ils décidèrent d’attirer les gens qui avaient eu des problèmes avec la justice. Ils créèrent une sauveté, c’est-à-dire une terre d’asile où la justice des seigneurs avoisinants était suspendue.
Les limites de cette sauveté du XIIe siècle sont encore visibles aujourd’hui dans la forêt, sous la forme de croix. La croix de Montalric sur la route de Dourgne en matérialisait la limite nord (photo), ainsi que la croix des Fangasses, plus près d’Arfons.

undefined(la croix de Montalric).   


A la Révolution : conscrits et royalistes.
 
Au XVIIIe siècle, ce sont les royalistes qui se replient dans la Montagne noire. Arfons apparaît en effet à cet époque comme un bastion du catholicisme et du royalisme : ainsi, le vicaire Sompayrac, prêtre réfractaire, s’y réfugie dans la maison de son frère et y célèbre la messe en présence de nombreux fidèles, avec la complicité de toute la population. En règle générale, les habitants de la Montagne ont refusé l’idéal nouveau du prêtre-citoyen. Le ritou restait pour eux le représentant du monde surnaturel, légitimé par une hiérarchie ecclésiastique. Une femme d’Anglès faisait d’ailleurs l’amalgame avec le paganisme, en disant que les révolutionnaires adoraient le soleil et les étoiles.
A la même époque, ceux qui refusaient la conscription obligatoire avaient également pris le maquis, et se livraient souvent au brigandage pour survivre : le principal se nommait Laplume, détroussait les marchands, quitte à jouer du couteau de temps en temps. La maréchaussée, manquant de coordination, laissait s’échapper les bandits dans le profond des forêts.

undefined
Puis il y eut la grande insurrection royalistes du 24 thermidor an VII (août 1799). Les royalistes avaient alors pignon sur rue, notamment à Castres. Ils se reconnaissaient par leur code vestimentaire : chapeau à ganse blanche, pantalon clair, gilet de soie à ramage, énorme cravate, pendants d’oreille, tricorne. Ils chantaient des chansons certes aimables, mais d’un mauvais goût prononcé :
 
Constitution de l’an trois,
Et vous surtout, mauvaises lois,
Servirez de matière,
Oui bien !
Pour torcher le derrière,
Vous m’entendez bien.
 
En 1799, les royalistes du Lauragais passent à l’action sous la conduite du comte de Paulo. Ils tentent de prendre Toulouse mais se font écraser. Il est dit que, dans les forêts au-dessus de Labruguière et près d’Arfons, des partisans de la royauté s’étaient également rassemblés en nombre : au Pas-du-Rieu, on aurait vu 600 hommes. Les républicains craignent alors des attaques de ces troupes sur Mazamet et Dourgne, voire Albi. On signale alors partout dans la Montagne des bandes de déserteurs de l'armée républicaine, armés jusqu'aux dents . Elles seraient recrutés par un mystérieux « chevalier » anonyme. Mais après l’échec de l’assaut de Toulouse par Paulo, tout le monde rentra sagement chez soi…
 
Les résistants de la dernière guerre.
 
Un des épisodes marquants est celui de Juillet 1944, où les allemands tentèrent de mettre fin au maquis. Les cantonnements des Coudenasses et du Plô de May sont bombardés par l’aviation. L’infanterie allemande progresse ensuite, mais, eu lieu-dit la Prune, le peloton de l’adujdant Gayral empêche se progression. Ce n’est qu'au bout de 2 heures et demi de combat héroïque, en infériorité numérique totale, qu’il doit se replier, à court de munitions.
Des stèles marquent les hauts faits du maquis dans le coin, notamment à la Prune. Il ne faut pas non plus manquer le monument de Fontbruno et son ossuaire.
 
Promenades.
 
undefined
(IGN)

Les forêts de la Montagne noire ne sont pas moins riches en découvertes et souvenirs que ses villages. S’y promener est une autre manière de prendre connaissance avec un pays.
 
Références.
 
Cartes Ign bleues, 2244E (Revel) et 2344 O (Labruguière) : vous y trouverez facilement tous les lieux nommés dans cet article.
G. Durand-Gorry, Histoire d’Arfons.
Rémi Cazals, Autour de la Montagne noire, au temps de la Révolution.
D. Loddo et La Talvera, Legendas d’Occitània

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Promethazine 11/10/2008 12:15

Une petite question: la pierre de Miamont correspond-elle à l'étoile rouge mentionnée sur l'extrait de carte placé en fin d'article ?
Je suis allé près d'Arfons ce week-end et, voulant me rendre à cette pierre, j'ai eu la désagréable surprise de constater qu'elle n'était pas mentionnée sur ma carte IGN...

Abellion le Polygraphe 11/10/2008 18:13


Oui, absolument, c'est bien l'étoile rouge en haut à droite de la carte. J'adore la pierre de Miamont et la forêt où elle se trouve. Je pense que tu as dû apprécier toi aussi, en amoureux des coins
secrets !


Olivier de Robert 24/05/2008 11:10

Superbe blog, tant pour les textes que les photos. Il y a de la passion et de la connaissance du lieu, c'est une merveille ! Je suis en train d'écrire un reccueil de contes et légendes du Tarn et vous me donnez envie de donner une belle place à Arfons ! J'y plonge à l'instant. Si vous avez quelques contes à me proposer, n'hésitez pas, ce sera avec plaisir. Bonne continuation.

Abellion le Polygraphe 25/05/2008 15:50


Merci de vos encouragements. Je suis moi-même très admiratif de votre travail sur les contes et légendes d'Ariège. J'attends avec impatience votre nouvel ouvrage sur le Tarn !

Arfons est certes un lieu magique... Mais là, comme dans beaucoup de coins d'occitanie, on trouve plutôt des légendes historiques ou pseudo-historiques plus que des contes proprement dits.
Peut-être n'y a-t-il pas eu assez de collectes ethnographiques à une époque ancienne...

Sur les contes du tarn, j'ai consulté certains ouvrages que vous connaissez déjà sans doute: les légendes d'Occitanie de la Talvera, les Contes et légendes des Monts de Lacaune de
Léon Bouisset. On trouve pas mal de choses intéressantes dans les ouvrages de Pierre Borel, un  polygraphe du XVIIe siècle: récits de sortilèges, légendes liées aux fées et au bestiaire...
Beaucoup de choses dispersées ça et là dans les monographies villageoises...

Sorèze, pas loin d'Arfons, est un lieu légendaire de premier plan, avec son pech de Berniquaud.

Je pense à trois contes en particulier en Montagne noire : "petit bleu d'azur", recueilli au XIXe siècle par Chesnel, et qui met en scène l'énigmatique saint Stapin; le conte du Peigne d'Or,
concernant Hautpoul et la Saurimonde, et un conte relatif au Drac, recueilli à Anglès par un collaborateur de la revue Folklore.

Une partie de ma famille habite dans le Tarn, mais en discutant avec eux j'ai plutôt recueilli des légendes et des superstitions que des contes proprements dits. Idem en parlant avec Yves
Blaquière, qui avait réalisé une exposition sur le sujet autrefois...

La quête est difficile sur ce point, et nul doute que votre ouvrage apportera sans doute des éléments passionnants et nouveaux.

Bien à vous, 
Abellion.  


Durand-Gorry Philippe 21/03/2008 15:40

Magnifique blog , vive Arfons et vive la Montagne Noire ,
Philippe Durand-Gorry , fils de Gaston

Abellion le Polygraphe 23/03/2008 00:57



Monsieur,

Mille merci pour vos encouragements. Nul témoignage de sympathie ne pouvait me toucher davantage que celui du fils même de l'historien d'Arfons. N'hésitez pas à apporter des compléments
d'informations ou des corrections, si le cas se présente. 

Arfons est un village sublime, plein de charme, où l'on est toujours chaleureusement accueilli. On ne peut que conseiller sa visite ! Vive Arfons donc !

Sincères salutations, 
Abellion.