Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 09:39
undefined
 
Quelle perception les anciens habitants du « Pays Cathare » avaient-ils de la mort ? Aventurons-nous dans l’univers étrange et troublant de ces croyances, par lesquelles les anciens conjuraient l’énigme la plus troublante de notre condition humaine.
 
Les rituels de la mort.
Dans la mentalité ancienne, l'individu décédé (tout au moins son âme) est toujours perçu comme une source potentielle de nuisances et de perturbations, qu’il faut neutraliser par des rituels très précis. Faute de ces rituels, le mort aurait la capacité de perturber la vie des vivants.
Dans le Tarn, il fallait arrêter les pendules, mettre les volets en voûte et ne pas les fermer complètement, « parce qu’il ne faut pas allumer (l'électricité), quand il y a un mort dans la maison ». Les miroirs devaient être voilés pour éviter qu’on y voit l’âme du mort. Et il fallait mettre un tissu noir sur les ruches pour que les abeilles elles-mêmes prennent le deuil du mort. Sans cette précaution, on croyait en effet que les insectes s’en seraient allés, ou seraient morts, selon les régions.
Dans les Eglises d’autrefois, les cercueils entraient par la porte des vivants, et sortaient par la « porte des morts » réservée à cet usage, qui donnait sur le cimetière. Une telle porte est encore visible dans les ruines de l’Eglise de saint-Jammes, dans la Montagne noire, près d’Arfons.
Pour les anciens, la mort était une rupture de l’ordre du monde très profonde, rupture qu’il fallait conjurer par un certain nombre de rituels. Ceux-ci visaient à tenir à distance l’âme du mort, et de lui indiquer son exclusion de la communauté des vivants.
 
undefined
Les signes de l’au-delà.

Les mentalités anciennes posaient la possibilité de signes qui permettaient de connaître la présence des morts ou leurs intentions. En effet, une croyance était autrefois dominante, en Pays cathare : les morts mécontents pouvaient avoir une influence funeste sur le cours des événements. En de rares moments (la Toussaint) ou au cours des rêves, il était possible à l’homme ordinaire de voir les esprits des morts ; en temps normal, cette fonction, nécessaire à la communauté, était dévolue à un personnage mystérieux, l’armier ou l’armassiès, dit aussi messager des âmes.
 
Communiquer avec les morts.

Plusieurs récits du XIXe et du XXe siècle évoquent le cortège des morts la nuit de la Toussaint. C’était une des rares occasions où les vivants pouvaient voir les morts de leurs yeux de chair.
Dans des lieux où avaient eu lieu des massacres, les morts apparaissaient aux infortunés voyageurs à la date anniversaire de la tuerie.

Par ailleurs, les morts mécontents apparaissaient souvent en rêve, notamment aux petits enfants. Selon une croyance assez répandue, les convulsions qui prenaient les enfants (épilepsie ?) étaient l’expression du mécontentement des morts, pour lesquels il fallait alors dire des messes.
 
L’armièr ou messager des âmes.

Les gens du commun disposaient donc de signes pour savoir si les morts étaient mécontents. Mais pour être sûrs de leur affaire, ils consultaient un spécialiste, l’armièr. Ce personnage était né le lendemain de la Toussaint et on le supposait doté du don de double vue : il voyait les morts, pouvait rentrer en contact avec eux et éventuellement connaître la cause de leur mécontentement.

Le plus connu de ces armièr est Arnaud Gélis, dit « Bouteiller », qui vivait au XIVe siècle à Pamiers et dont les dépositions figurent dans le registre d’inquisition de Jacques Fournier. D’une manière générale, on peut penser sans trop se tromper qu’il existe des armièrs au moins depuis la définition du purgatoire par l’Eglise (1274, concile de Lyon) : il devenait alors possible aux vivants, par des prières, de soulager les souffrances de morts. Bien sûr, on ne peut rien faire pour les damnés condamnés à l’enfer ! Dans les mentalités, le dogme du purgatoire nécessitait un personnage pour demander au vivant prières ou messe, et ce fut l’armièr.
 
undefined

L’au-delà selon Gélis.

Gélis, armièr du XIVe siècle, raconte que les morts entourent invisiblement les vivants : ils embrassent leurs parents qui dorment, les grand-mères décédées viennent veiller sur le sommeil de leurs enfants…La ségrégation sociale existe aussi dans l’au-delà : ainsi les riches dames mortes continuent à rouler en chariot et à se vêtir de soie. Les chevaliers sont encore à cheval. 

Les morts disposent d’un corps plus beau que de leur vivant, mais ont perpétuellement froid, d’où leur proprension à se rapprocher des cheminées. Ils ont également un peu épicuriens, et vont visiter les caves pour boire du vin. Les fantômes sont condamnés à une mobilité perpétuelle, et doivent aller d’autant plus vite qu’ils ont péché : ainsi, les usuriers, les plus coupables, battent des records de vitesse ! Ce n’est que plus tard, qu’une fois leur expiation faite, que les morts pourront atteindre la quiétude et l’immobilité. Ils sont également poursuivis par des démons qui les jettent dans des précipices.

Les morts, après cette vie errante de déplacements, connaissent ensuite une seconde mort, cette fois-ci définitive, et qui a lieu au moment de la Toussaint. Ils accèdent alors à un lieu du repos bienheureux, sous la conduite des anges.

Les récits plus récents, du XIXe siècle par exemple, nous montrent une vision de l’au-delà beaucoup plus classique et compatible avec l’enseignement de l’Eglise catholique : les morts sont condamnées au Purgatoire, où ils subissent les peines des flammes et du froid. Et c’est pour échapper à ces peines qu’ils demandent l’aide des vivants, quitte à les persécuter.
 
undefined

Comment aider les morts ?

Il s’agit alors pour les vivants d'alléger les souffrances des morts de leur famille. La plupart du temps, on fait dire des messes aux curés : ainsi Gélis servait-il de rabatteur pour les messes, au curé de Pamiers… Mais parfois, on peut s’adresser à certains personnages spécialement dévolus à la fonction de soulager les morts : ainsi, dans le Lauragais, il existait des diseurs de psaumes qui disaient les 7 psaumes de la pénitence, et avec lesquels on convenait à l’avance du nombre de psaumes nécessaire au repos du mort.  
 
Bref…

Contrairement à notre époque, qui coupe de manière schizophrénique la vie et la mort, ce qui rend cette dernière absurde et incompréhensible, les anciens voyaient une continuité mystérieuse entre les deux. N’est-ce pas, finalement, par-delà l’étrangeté de leurs croyances, d’une perception finalement plus naturelle et plus saine du phénomène, que l’on essaie d’apprivoiser au lieu de nier en pure perte ?
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eurosix 21/11/2009 14:50


Comme Fardoise, je suis persuadé que lesmorts vivent en nous. Ils ne meurent vraiment que lorsqu'ils sont oubliés. A la mort de mon Père, en 1980, un cousin a mis un drap sur la glace de l'armoire
pour qu'il n'y ait pas un autre deuil dans la famille la même année. En ce qui me concerne, j'ai failli mettre dans la poche de mon Père, alors qu'il était déjà dans son cercueil, une pièce de 10
francs de l'époque pour qu'il puisse payer son passage. Ayant repris mes esprits, je l'ai juste embrassé sur le front. Merci Abelion pour ce que j'apprends avec vous. Eurosix.


Abellion 21/11/2009 23:08


Cacher les miroirs, donner une obole au défunt... Autant de gestes qui ont traversé les siècles. Je pense que ces rituels sont précieux, en ce qu'ils nous permettent aussi, à nous vivants, de nous
rassurer... C'est infiniment touchant. Merci encore de vos encouragements, c'est mon plaisir de partager tout ce que je peux grapiller à droite et à gauche !


Fardoise 23/08/2008 02:13

Ces pratiques et croyances sont bien plus naturelles que notre vision manichéenne des choses. En fait si les morts survivent, c'est bien en nous, ils ne nous quittent jamais tout à fait, se "débarrasser" d'eux, les laisser tranquilles, constitue ce que l'on appelle "le deuil".
Je trouve surtout ces croyances tellement plus réconfortantes et plus poétiques.

Abellion le Polygraphe 23/08/2008 08:43


Oui, je suis d'accord ! Plus réconfortantes et poétiques ! Mais ce qui est étonnant chez les anciens, c'est qu'il n'ont pas tant peur de la mort que du mort _ peur de se faire harceler par un
membre de leur victime disparu ou mort dans de mauvaises conditions ! C'est dire à quel point l'idée d'une vie après la mort était naturelle pour eux. Pour autant, à Montaillou eu Moyen-âge, il y
avait déjà des matérialistes convaincus, qui disaient que l'âme de l'homme réside dans le sang... Ces questions-là sont éternelles...