Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 06:22

 

 Le 21 mars dernier, la préfecture du Tarn et l’office de la chasse ont annoncé la présence d’un loup dans la Montagne noire. Les traces de la bête auraient été relevées entre Mazamet et saint Amant-Soult. Quatre cadavres de chevreuil ont été découverts en trois endroits différents (Forêt de Triby, commune de Saint-Amant-Soult, Albine), abattus selon un mode opératoire qui est celui de l’espèce (gorge broyée par les puissantes mâchoires, peau « retournée en chaussette », grande quantité de viande consommée, de 5 à 10 kg d’un coup). On a notamment relevé des empreintes caractéristiques près de l’endroit où des cadavres de chevreuils ont été découverts. Un pisteur aurait également vue la bête. Des échantillons de poils et d’excréments congelés (miam !) prélevés sur place ont alors été envoyés à un laboratoires pour analyses, pour confirmation (j’ignore les résultats).

 

Communiqués officiels.

Le directeur de l’office de la Chasse a déclaré au cours d’une conférence de presse : "A 99%, les quatre chevreuils découverts dépecés dans la Montagne noire ont été victimes des attaques d’un loup". Quant au Préfet du Tarn, il fait état d’hypothèses sur la provenance de l’animal : "Il y a une forte probabilité de la présence entre Mazamet et Saint-Amans-Soult, dans la Montagne Noire, d’au moins un animal de cette espèce qui pourrait avoir émigré de la Lozère ou des Alpes. Ce n'est pas plus difficile pour un loup de venir des Alpes ou de Lozère que pour un automobiliste. Ils peuvent parcourir 50 kilomètres par jour ».

 

 




Un témoignage.

Voici le témoignage d’un habitant de saint-Amant-Soult, Cl. Roques, pisteur, qui a aperçu l’animal :

 

« La veille, j'avais vu un animal en retournant en forêt. C'était une bête grise, à une vingtaine de mètres. Elle est restée quelques secondes avant de partir tranquillement, sans avoir peur. Elle venait sûrement de se rassasier. Je n'avais jamais vu de loup avant. Cet animal y ressemblait fortement et je sais que ce n'était pas un chien. Ma grand-mère m'a raconté quelques histoires sur la présence de loups dans le coin. Mais c'était il y a un siècle…»

 

Les derniers loups de la montagne noire.

Ce qui nous amène tout naturellement de l’actualité aux histoires et légendes concernant les derniers loups dans la Montagne noire et ses environs, au XIXe siècle. Certains disent que pendant un hiver très froid, dans les années 1956, on aurait aperçu des loups près de Montredon-Labessonnié. Mais la plupart des témoignages remontent à plus d’un siècle. Dans la forêt de l’aiguille, près des Cammazes, le dernier Loup aurait été tué vers 1910 selon J. Albarel. Selon d’autres sources, le dernier loup du Tarn aurait été tué vers 1886.

Des témoignages plus légendaires sur les derniers loups au XIXe siècle nous sont parvenus, concernant d’une part le canton de Saissac, et d’autre part la région de Minerve (Hérault). Bizarrement, ces récits semblent prêter au loup des meurs étranges… Je vous laisse juger par vous-mêmes.

 

Les derniers loups dans le canton de Saissac.

Cette histoire se déroule vers 1825. Un jeune laboureur à la métairie de Picarel-le Bas à Saissac, allait voir sa fiancée à la ferme de Picou, distante d’environ 14 kilomètres (belle preuve d’amour, non ?). Lorsqu’il avait dépassé la ferme du Colombier, un loup le suivait à distance. La scène se reproduisait à chaque fois qu’il empruntait le chemin, et le jeune homme pensait qu’il s’agissait toujours du même animal. Peu rassuré, il passait alors par le village. Le loup le quittait avant l’entrée du village, mais le rejoignait plus loin, au niveau d’une ferme. La situation était peu rassurante, si bien que le jeune homme urinait dos aux arbres et non pas face à eux, de peur de tourner le dos à l’animal ! Le fermier pensait que le loup était un solitaire, qui vivait dans un bois isolé. Les loups étaient en effet déjà bien rares à cette époque-là !

 

Les loups passent … à table à Minerve.

Cette légende est racontée par Léon Cordes dans son Pichot libre de Menerba. Il existait non loin de la ferme du Bouys, au nord de Minerve, une lauze (grande pierre plate) sur laquelle les loups venaient, sans exception, manger les moutons volés dans la région. C’était la table des loups. On traça même un sentier caché, où l’on se postait pour pouvoir tirer le fauve pendant son repas. Ce fut en ce même lieu du Bouys que fut tué le dernier loup du coin.

Une autre histoire concerne les loups à Minerve. Un loup d’était attaqué à un troupeau gardé par un jeune garçon. Mais le gamin s’était accroché courageusement au mouton et avait crié, si bien qu’on était venu lui porter secours et que le loup avait pris la fuite.

Ces deux histoires prêtent au loup un comportement étranges, du moins pour un béotien comme moi en éthologie. Je me demande si un chasseur ou un éthologue confirmeraient que ces canidés peuvent agir ainsi.

 

La peur du loup et la rage.

 

Tous les spécialistes le soulignent, le loup est un animal féroce mais nullement cruel ou sadique. Il n’attaque jamais l’homme car il en a peur, et trouve trop risquer de s’attaquer à un bipède qui a autant de ressource. Mais ce qui rend réellement le loup dangereux pour l’homme, c’est la rage.

 

Alain Lévy, ancien directeur de la bibliothèque de Castres, rapporte à ce sujet :

« Jusqu’à la découverte du vaccin par Pasteur, les textes mentionnent au fil du temps des cas dramatiques de personnes mordues par un loup enragé et qui en ont perdu la vie. Pierre Borel au XVIIe siècle cite le cas de deux agriculteurs habitant près de la Chartreuse de Saïx. En 1812, le Préfet du Tarn signale le décès d’une femme morte également de la rage dans les mêmes circonstances ».

 

Nous avons un récit circonstancié de l’agonie d’un homme atteint de la rage à la suite d’un combat avec un loup malade, au XVIIIe siècle. L’homme, alors qu’il était encore conscient de ses actes, s’était fait attacher à son lit pour ne pas devenir une source de danger pour sa famille. Ce qu’il fit avec sagesse, car bientôt il sombra dans la folie, et seule la mort put mettre fin à ses souffrances…

 

La bête du Gévaudan.

On ne peut aborder le thème du loup sans dire un mot de cette fameuse bête du Gévaudan, qui fit une centaine de victimes en Lozère. Etait-elle un loup ? Bien que certains historiens aient été de cet avis, les spécialistes du comportement animal, comme Gérard Ménatory, pensent qu’aucun loup ne peut attaquer l’homme avec une telle férocité. Ménatory avance plus vraisemblablement l’hypothèse d’un bâtard de chien et de loup, croisement qui engendre des animaux très violents et incontrôlables.

Que d’hypothèses extravagantes, au sujet de cette bête ! Sur un panneau de l’aire de repos de la bête du Gévaudan, sur l'autoroute près de Mende, on peut lire le résumé d'une autre théorie séduisante, élaborée par un chercheur au CNRS. Selon lui, les crimes étaient commis par des chiens dressés, dans le cadre de vendettas entre villages. Sans doute trop ingénieux pour être vrai… Ce qui semble être sûr, c’est que ladite bête ne pouvait être un loup.


Les loups-garous.
Enfin, comment ne pas évoquer, dans cette revue de l'imaginaire lupin, les légendes de loup-garous? Adolphe de Chesnel a recueilli une tradition à ce sujet, dans la Montagne noire, au début du XIXe siècle. On devient loup-garou par naissance, ou bien par un pacte qui consiste à se blesser et à échanger son sang avec un autre garou. Plusieurs légendes du Lauragais parlent aussi de sorciers capable de prendre des formes animales. S'ils sont blessés sous leur apparence bestiale, ils conservent leurs blessures une fois qu'ils ont repris forme humaine, ce qui permet de les confondre et de les identifier.

Sources.
Canton de Saissac, opération "Vilatges al Pais".
Léon Cordes, Pichot Libre de Menerba.
G. Ménatory, La Bête du Gévaudan.
Genevève Carbonne, La peur du loup, découvertes Gallimard.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Review Support Omni Tech 05/09/2014 09:13

Wolfs are really dangerous and the villagers should be very careful for them now. When we heard about Wolf's, they mostly it reminds everyone about the horror novels, stories about ghost etc. They are always related to such terrible stories.

Hélène 18/10/2008 22:29

Etrange, cette lauze où les loups venaient manger leurs proies... Ne trouvez-vous pas qu'on attribue souvent aux loups des comportements littéralement surnaturels?
Comme s'ils cristallisaient toutes les peurs archaïques de l'humanité...

Abellion 20/10/2008 15:44



C'est très vrai. La peur a prêté au loup des couleurs terrifiantes. La tradition orale mêle des observations inexactes, faite par des gens apeurés, à des souvenirs d'anciens mythes et d'anciennes
croyances. La plus importante d'entre elle, cristallisée dans l'histoire naturelle depuis l'antiquité, est celle du regard du loup, capable de fasciner sa proie (un peu comme Kaa dans le "livre
de la jungle"). Pourtant la figure mythique du loup est ambiguë, mêlant les aspects nettement négatifs et diaboliques aux aspects indéniablement positifs. Ainsi, Carlo Ginzburg a mené des
enquêtes qui prouveraient que le mythe du "loup-garou" se rattache à des figures tutélaires de protection de la végétation. Et dans la Rome antique, lors des Lupercales, le loup était symbole de
fécondité et de vie.