Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 10:24

 Sans doute aucun lieu de la Montagne noire (Aude) n’est plus secret que celui-là. Dans l’étroite vallée où l’Alzeau se fraie un chemin en mugissant s’élève, sur un à-pic vertigineux, une étrange ruine. Elle est inconnue des historiens, mais les habitants disent qu’il s’agit d’un ancien prieuré hanté, qui recèle en ses entrailles un trésor mystérieux.

 


La légende de l’abbaye.

 

 

 

Les guerres de religion. La France était dévastée depuis des années par des affrontements fratricides entre le parti catholique et le parti protestant. C’était une guerre civile où le prétexte religieux faisait bon ménage avec les intérêts individuels et politiques…

Loin des combats, dans ce coin désert de Montagne noire, s’élevait le prieuré des Tours-Nègres. Elles devaient leur nom à la couleur noire de leurs pierres. C’était un prieuré qui dépendait de l’abbaye de Montolieu : il était donc aux mains des bénédictins.

Comme chaque année, les moines allaient célébrer la messe de Noël dans la chapelle des Tours-Nègres. La cloche sonnait dans la campagne engourdie par la froide nuit d’hiver. A ce moment-là, une petite troupe de protestants partis de Cuxac, à la poursuite d’un chevreuil, se regroupa devant l’entrée du prieuré, attirée par le son des cloches. On dit qu’alors l’odeur du festin préparé pour le réveillon vint chatouiller leurs narines, ainsi que l’espoir d’un pillage facile et profitable. La porte était entr’ouverte, le gardien étant allé à la messe…

« Allons-y, pas de quartier ! »

Les envahisseurs se précipitèrent dans la chapelle. En peu de temps, tous les moines furent massacrés. Le sacristain, un peu sourd, continuait à sonner les cloches ; l’un des reîtres le frappa d’un coup de hache à l’épaule, lui sectionnant le bras qui resta accroché à la corde, alors que son corps tombant inanimé à terre. Le prêtre, quant à lui, agonisait au pied de l’hôtel, la tête fracassée…

Le soldats, après avoir englouti le repas des moines, pillèrent les maigres biens de l’abbaye et y mirent le feu.

 


 

L’abbaye hantée.

La légende ajoute une histoire de fantômes. Si l’on se risque à venir aux Tours-nègres la veille de Noël, on peut voir le bras levé du sacristain qui sonne encore et encore sa cloche. Il est dit en effet que tous les autres moines sont entrés dans la paix de la mort, mais que le sacristain, comme le curé des Quatre messes basses d’Alphonse Daudet, avait été puni de sa gourmandise. En effet, il avait négligé ce jour-là sa communion et s’était absorbé plus que de raison dans les préparatifs du repas. On dit que le sacristain ne trouvera le repos que lorsqu’on aura donné à sa dépouille une sépulture chrétienne.

Par temps clair, on entendait ces cloches fantomatiques jusqu’à Saissac ; les anciens se signaient alors et priaient pour cette âme perdue…

 

La légende du trésor.

Une autre légende évoque le trésor. D’après les habitants du coin, encore aujourd’hui, un trésor se trouve aux Tours-Nègres. Plusieurs légendes éparses courent à son sujet. On dit souvent que c’est un « trésor religieux » ; s’agit-il d’objets du culte ? Cachés par les moines ?

Par ailleurs, la tradition orale évoque le moment où l’on peut approche ce trésor. Ce serait pour la saint Denys, le 9 octobre, au beau milieu de la nuit, que le trésor serait accessible. Il paraît que certains chasseurs ou pêcheurs de la contrée se serait rendus sur place, à la date fatidique pour manger une omelette tout en attendant, pourquoi pas, quelque signe mystérieux ?

 

La vérité : un castrum de Montagne ?

Voilà la légende. Mais qu’en est-il de la vérité ?

A mon humble avis, moi qui ne suis pas historien de profession, les Tours-Nègres n’ont aucune marque qui permet de confirmer qu’il s’agit d’un édifice religieux. Bien plus, il me semble évident qu’il s’agit d’un ouvrage militaire, du genre petite forteresse de montagne.

-Sa position est particulièrement stratégique : il protège en effet un gué, point de passage très important au début du Moyen-âge, à l’époque où il n’y avait pas ou peu de ponts.

-sur le site, on remarque une structure d’ensemble qui est celle des castrums de montagne : partie basse (cour) de superficie plus importante, avec aussi un donjon escarpé, situé au sommet d’un rocher en surplomb.

 




-enfin, un élément architectural frappant : la porte romane en plein-cintre, qui nous donne peut-être un indice sur la période de construction (XI-XIIe siècles ?). Cette porte romane est en tout points semblable à celle d’un autre castrum de la Montagne noire de la même époque, celui de Roquefort aux Cammazes (Tarn).

 

Une preuve supplémentaire.

Une autre preuve du statut défensif de l’ouvrage nous est apporté par une autre observation, faite par le docteur Jacques Lemoine. Selon cet auteur, les Tours-Nègres sont visibles à la fois du château de Saissac et de Montolieu ; Ce qui voudrait dire que l’on pouvait, par un système de signaux optiques (miroir, feux), communiquer à distance. Un dispositif identique aurait existé dans la vallée du Sor, entre les châteaux de Durfort, Roquefort et Berniquaut.

Pour moi, ma conviction est faite : il s’agit d’un petit château de montagne. Maintenant, qu’est-ce qui empêche que ce château ait eu une petite chapelle où des moines venus de Montolieu, ou d’ailleurs, aient pu célébrer la messe ? Rien, évidemment.

 

Comment s’y rendre ?  

Les Tours-Nègres se trouvent sur la commune de Saint-Denys (Aude), et sont signalées sur la carte IGN bleue 2345 O On peut s’y rendre à partir du hameau de Constant, ou bien des fermes de Bérail et Canet. Il faut s’y rendre en hiver ou en automne, en évitant les périodes de croissance de blé ou des récoltes, où vous risquez d’endommager les cultures (les chemins communaux ne sont pas entretenus, il faut traverser les champs). Les agriculteurs du coin sont sympas, et parlerons volontiers avec vous de ces légendes, mais respectez leur travail !

 

Sources.

Jacques Lemoine, Le Haut-Cabardès, Carcassonne, 1955.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cros roselyne 12/10/2016 09:27

Merci encore pour cette mine d'or, un trésor de renseignements qui donne envie de chercher tous ces coins où planent de belles légendes !

Abellion 26/05/2017 03:45

Mais avec plaisir Roselyne... J'aimerais avoir le temps de m'occuper un peu de ce blog, mais désormais la vie réelle m'a réabsorbé...

roxpaille 01/10/2015 16:23

Bonjour,
pour info, les Tours Nègres ne sont pas accessibles depuis le Hameau de Constans. Il n'y a aucune voie d'accès, les prés sont privés, clôturés pour le bétail et interdits au public. Il en est de même pour les autres accès mentionnés. Les ruines sont presque complètement masquées par la végétation, quasiment impossibles à trouver car il n'y a pas de passage visible dans les fourrés.

Abellion 02/10/2015 07:56

Pourtant, on peut y aller, à condition de respecter les cultures et de demander l'autorisation du propriétaire bien sûr. Peut-être que la végétation a poussé depuis ? Ce n'est tout de même pas la jungle non plus !!!

LEMOINE 03/04/2010 19:28


Bonsoir,
content de voir qu'il y a des personnes qui sont intéressées par les livres de mon grand pere;
cordialement Romain Lemoine


Abellion 04/04/2010 08:04



Le Haut-Cabardès est une vraie mine d'or sur l'histoire, les curiosités et les traditions de la région... C'est grâce à cet ouvrage que j'ai connu ce beau site des
Tours-Nègres. Je pense qu'outre ses connaissances étendues, M. Lemoine avait un véritable amour pour ce pays.


Bien cordialement.



Uline 29/06/2008 20:20

je suis toujours frappée dans ces relations guerrières entre Protestants et Catholiques, du fait que le mauvais rôle est souvent du côté du Protestants. Il y aurait là quelque chose à creuser sur une mentalité qui eut aussi de beaux jours au 19è siècle. Passionnant.

Abellion le Polygraphe 30/06/2008 08:29



Ce que vous dites est à très vrai. Pour ma part, j'ai observé que chacun garde le souvenir de ses martyrs: en pays majoritairement catholiques, ce sont des récits de massacres de moines qui
reviennent souvent, en pays protestant, de pasteurs. Les pays à majorité catholique étant plus nombreux, il va de soi que les légendes défavorables aux protestants sont plus fréquentes dans
l'ensemble.

Par exemple, à Revel, une tradition disait que les dominicains avaient été précipités dans un puits et que l'eau se changeait en sang chaque annés pour l'anniversaire du massacre. Par opposition,
dans les montagnes du Sidobre, une autre tradition fait d'un rocher creux le lieu où les catholiques ont tué un pasteur en y fracassant sa tête (vers le XVIIIe siècle je crois).
Il y a effectivement un bel article à faire sur ces traditions légendaires qui tournent autour des guerres de religion, et je vous remercie de me l'avoir suggéré. Je m'y attelle dès que possible
! C'est effectivement révélateur des rancunes et mentalités.  

Généralement, il est difficile de savoir la teneur de véracité de ces traditions. Il faudrait des recherches poussées. C'est le cas pour les Tours-Nègres, où le récit semble n'être qu'une simple
légende. Selon les historiens, le château aurait déjà abandonné au XIIIe siècle, on ne voit pas ce que des moines seraient venus y faire au XVIe.

Je crois qu'il y a pas mal de traditions légendaires sur les guerres de religion en Auvergne, en plus de tous les événements historiques lié à cette période.

Merci de vos encouragements, Uline, et je répare un petit oubli en mettant le lien vers votre blog que je conseille à tous ceux qui passent ici de visiter. Je m'y rends moi-même souvent,
pour avoir un aperçu de l'histoire de ces belles gentilhommières du Cantal...

Abellion.