Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 09:50

 

 

Les gens se demandent souvent si le Pays cathare a ses fils du rêve, ses créatures mythologiques, à l’instar de Rome ou de la Grèce antique. Pour ma part, je réponds affirmativement. Le plus connu de ces personnages est le Drac, personnage maléfique associé aux rivières et étendues d’eau. C’est un être extrêmement ambigu, dont les méfaits vont de la simple farce à l’homicide, et qui ressemble tantôt à une sorte de lutin malveillant, tantôt comme son nom l’indique d’ailleurs (draco : serpent) au diable en personne, quaerens quem devoret. Mais le propre du diable n’est-il pas d’avancer masqué ? Evoquons quelques-uns des contes et légendes du Drac, du XIIIe au XXIe siècles.

 

 



Les premiers méfaits du Drac au XIIIe siècle.


La plus ancienne légende qui nous soit parvenue sur le drac date du XIIIe siècle, et est extraite des Otia Imperiala de Geoffroy de Tilbury. Elle raconte l’histoire d’une femme qui épousa le drac, motif que l’on rencontre souvent à propos de ce démon, qui est un « homme à femmes », si l’on peut dire : retrouve-t-on là l’association traditionnelle entre la femme et le diable?


Une jeune lavandière de Beaucaire lavait son linge dans le Rhône, lorsque le drac s’éprit d’elle, et l’emporta dans son palais aquatique. Là, elle vécut plusieurs années, s’occupant des enfants du Drac. Un jour, après avoir touché un pâté d’anguilles, elle porta accidentellement son doigt à son œil, et devint capable de voir les démons invisibles. C’est ainsi que, séjournant sous le Rhône, elle vit passer beaucoup de démons de la terre entière. Elle apprit entre autres que les démons étaient anthropophages et enlevaient des humains pour les dévorer. Un jour, le drac la libéra, mais elle continuait à voir les démons. Elle rencontra un jour le Drac, qui lui demanda : « De quel œil m’as-tu vu ? » Et, après qu’elle eut montré l’œil en question, le drac le lui creva et disparut.

 

Une représentation sculptée du Drac au moyen-âge.


Apparemment, peu de textes anciens parlent du Drac. Mais l'historien de l'art Bertrand de Viviès a reconnu une représentation du drac sous la forme d’un dragon, dans l’Eglise du village d’Escoussens en Montagne noire, village où l’on trouve d’ailleurs une légende relative au drac dans son aspect de démon aquatique.

 


Le Drac comme démon aquatique.


Là, ce sont les traits communs entre le drac et le diable qui dominent. Comme le diable, le drac apparaît près des gués ou des ponts sous la forme d’un quadrupède qui cherche à précipiter dans l’eau le passant pour le faire périr « sans confession ». Il suffit généralement d’un signe de croix pour le conjurer : récits édifiants qui font du drac le symbole du diable qui cherche à faire mourir ses victimes de manière inopinée, et sans les secours de la religion. 


Au Mas-Cabardès, au lieu-dit Massefans, plusieurs enfants virent un âne au bord du ruisseau ; ils montèrent sur son échine, tandis que la bête grandissait magiquement, jusqu’à atteindre une longueur et une hauteur monstrueuse. C’est à ce moment-là que la bête précipita les gamins dans l’eau. Le drac se changea alors en être humain pour narguer de l’autre rive ses victimes.


A Escoussens, un drac encore plus machiavélique prenait la forme d’un pauvre agneau perdu, sur les rives du Mouscaillou. Le passant attendri le prenait sur ses épaules, pour son malheur. En effet, l’animal devenait de plus en plus lourd, et cherchait à faire tomber sa victime dans le ruisseau.


Un dernier récit donne du mythe une interprétation naturaliste, en rapport avec les dangers du fleuve en crue. Deux jeunes hommes voulaient traverser le Viaur une nuit d’orage. Ils voient sur les rives de la rivière un cheval, sellé et harnaché. Il sautent dessus et s’engagent sur la rivière. Une fois au milieu, l’un d’eux est pris d’un doute « ma défunte mémé m’avait toujours recommandé, quand on devait passer le Viaur après un orage, de faire le signe de la croix » La bête alors se cabre, et fait tomber ses cavaliers : « Si vous n’aviez pas fait el signe de la croix, je vous noyais tous les deux ».

 

Hypothèses sur le drac aquatique :


Trois interprétations mythologiques peuvent se proposer à ces légendes du drac aquatique


-interprétation en rapport avec la mort : Comme Charon, le drac est un passeur, et la traversée du fleuve (Styx, Achéron) est, symboliquement, le passage dans le monde des morts ou des esprits.


-interprétation naturaliste : le drac-cheval représente le danger des eaux en furie. Qui n’a pas entendu les guides du Mont saint-Michel comparer la vitesse de la marée montante à un « cheval au galop ». Et dans la mythologie classique, le cheval est bien sûr l’animal de Poséidon, l’irascible dieu des eaux.


-interprétation chrétienne : le drac est celui qui induit l’homme ou la femme en tentation pour la conduire à la damnation, et tente de le faire périr « sans confession ».


Qu’en est-il vraiment ? Sans doute chacune de ses hypothèses est vraie à sa manière, et chaque récit tend à mettre en lumière l’un ou l’autre aspect de la figure protéiforme du Drac. On ne le saura sans doute jamais le fond de l’histoire, et c’est cela qui est plaisant avec les légendes !

 


Les traits communs au drac et au loup : loup-garou et « voleur de femmes ».


Le loup, animal diabolique dans la folkore, a prêté certain de ses traits au Drac. Le drac semble lié à une autre figure diabolique du légendaire, celle du loup-garou. Les deux points communs principaux entre les deux, c’est leur capacité de métamorphose et leur caractère aquatique. Les loups-garous, dans beaucoup de légendes méridionales, ont besoin de s’immerger dans une rivière pour se transformer, comme le drac qui se métamorphose près des rivières. Dans les Contes del drac de Bodou, les dracs  disposent de peaux de loups qu’ils utilisent pour se transformer en animal, autre point commun avec le garou. Et le drac, comme les loups-garous, est anthropophage.


Avec le loup, le drac a aussi une autre ressemblance : il représente la séduction masculine dans les contes destinées aux jeunes filles (comme dans le petit chaperon rouge).


Un conte recueilli au XXe siècle sur le plateau du Sambrès, près d’Anglès (Tarn), associe le Drac au « mari potentiel ». Le drac tape à la porte d’une maison isolée, et offre à une jeune fille toutes sortes de cadeaux pour qu’elle devienne sa femme. Celle-ci les refuse, mais le lendemain le drac lui porte la plus belle robe de Paris. Sa sœur, au contraire, se laisse séduire par les présents et le drac l’emporte, tel le loup, pour la manger. La morale de cette histoire n’est pas si éloignée de celle du chaperon rouge, avec la métaphore transparente dévoration-défloration : jeunes filles, méfiez-vous du séducteur !  


Dans les Contes del Drac que Bodon disait tenir de sa mère, le Drac séducteur apparaît sous la forme d’un séduisant gentilhomme qui enlève une jeune fille, Belugueta, sur un cheval.

 

Le Drac farceur.


C’est son aspect le plus connu, et apparemment le plus pérenne dans la tradition orale, puisqu’on en parlait encore aux XIXe et XX siècles.


Au XIXe siècle, A. de Chesnel nous raconte les farces du drac. Son plus grand plaisir est de se glisser dans les étables et d’y causer de menus tracas aux garçons et filles de fermes. Ainsi, il aime bien, par exemple, emmêler les crins des chevaux. Pour se débarasser de ce mauvais plaisant, il suffit de répandre sur le sol des céréales : le drac est alors obligé de compter tous les grains avant de pouvoir s’en aller. Une telle emsure prophylactiques est utilisé dans le folklore roumain contre les vampires : il est vrai que le Drac a d’utres point commun avec les vampires, puisqu’il lui arrive de sucer le sang (dans les Contes del drac de Bodou, il demande avec insistance à une jeune fille de lui donner une goutte de sang).


Dans le Lauragais, encore au XXe siècle, lorsque les bêtes étaient agitées la nuit dans les étables, les fermiers avaient coutume de dire que « c’était le drac ». Idem pour certains objets perdus que l’on n’arrivait plus à retrouver : le drac était encore coupable !  

 

Epilogue.


…On pourrait encore raconter des histoires de Drac pendant des heures ! 


Le drac est la figure de premier plan de la mythologie du Languedoc. A la fois diable, dragon, lutin, loup-garou, vampire, ogre, séducteur, il cumule les traits démoniaques de divers êtres du folklore, ce qui montre la richesse de cette figure, constamment réinterprétée dans la tradition orale. Son pendant féminin, tout aussi ambigu, est la Saurimonde, dont nous reparlerons bientôt sur ce blog. Ce que l’on retient, c’est le sentiment que ces histoires nous relient à un fond d’imaginaire immémoriel. Et c’est si agréable de raconter des histoires !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eurosix 18/11/2009 23:33


Il y a une dizaine d'année, je cherchais des champignons dans un bois du nord de l'hérault en compagnie de mon chien. Celui-ci, ayant soif, sauta dans une rivière mais il y avait un trou d'eau ce
qui l'obligea à plonger. Il remonta sur la berge comme s'il avait le diable à ses trousses et depuis, son comportement a changé vis à vis de l'eau! Aurait-il flairé ou vu un Drac? Amitiés. Eurosix.


Abellion 18/11/2009 23:47


C'est ainsi que naissaient naguère les légendes... La force irrésistible de l'eau a bien pu inspirer, à elle seule, ces légendes de dracs.

Qui sait, s'il ne s'agit pas d'un drac, peut-être a-t-il été happé par une fée, comme la belle dame Saurimonde ?

Amitiés.


AMANN Dominique 14/11/2009 21:23


Pour le passage de la coyance aux dragons vers la croyance aux dracs, voir mon livre "Dragons et Dracs dans l'imaginaire provençal".


Abellion 15/11/2009 20:29


Je vous remercie de cette référence d'autant plus précieuse que les ouvrages ne sont pas légion sur le sujet. Ainsi, selon vous, dans le domaine provençal, le dragon précède le drac et fournit son
modèle... La théorie est intéressante. Merci de votre passage et de votre commentaire. A bientôt.


Hélène 10/11/2008 22:12

Ah... Il me fait furieusement penser à l'Affreux Homme du Hoyou...
Encore la présence de l'élément liquide, comme pour Saurimonde. Je suppose que peu de gens savaient nager, d'où la peur liée à cet élément...
J'imagine que les légendes Africaines voient l'élément très différemment...

Abellion 11/11/2008 07:07


Mais Hélène, l'eau est réellement un élément effrayant. Les marins sont d'ailleurs ceux qui ont le plus inventé de monstres marins: les Grecs ont imaginé Scyla, Charybde, les sirènes, etc. Les
Africains, toutefois, ont sûrement une perception bien plus positive de l'eau !


Fardoise 17/06/2008 22:37

Le Drac est aussi présent en Isère, un rivière porte son nom. Mais il semblerait que ce ne soit pas le même animal, il s'apparenterait, si ma mémoire est bonne, à la vouivre et à l'autre tarasque, celle de Tarascon, et donc au mythe du dragon. Merci d'avoir bien voulu accepter mon blog dans votre communauté.

Abellion le Polygraphe 17/06/2008 23:24


Chère Fardoise,

le Drac semble effectivement aussi connu en Provence En tout cas, une légende du XIIIe siècle évoque sa présence à Beaucaire. Il est aussi connu en Catalogne, où il a donné son nom à une maison
d'édition (là, il est représenté sous la forme canonique du dragon).

Il y aurait une recherche à faire sur l'extension des légendes liées au drac ou à des personnages portant un nom similaire, on serait sans doute supris de la largeur de cette zone... Si l'on pense
en particulier au nom de Dracula, finalement pas si éloigné de celui de Drac (dracula dans le légendaire roumain signifie "le fils du diable", celui-ci étant appelé "drac", selon
Adrien Cremene, un écrivain roumain). Je me demande si les ethnologues ont réfléchi à ces convergences.

Je pense que dans beaucoup de pays de langue romane et latine, comme la France, l'Espagne, la Roumanie, il doit y avoir des personnages légendaires portant le nom de drac. Faire une
enquête sur toute l'europe du sud serait passionnant.

Mais le bougre ne se laisse pas facilement cerner. Le drac est-il seulement le diable (Non sit draco mihi dux), ou bien une entité différente? Ou bien seulement le dragon ? Cela varie sans
doute énormément, selon que le terme de drac est appliqué littéralement (le dragon) ou par métaphore (le dragon, forme du diable).

Quant à accepter votre blog, tout le plaisir est pour moi. Je suis content que vous ayez pu vous reconnaître en "cultureuse éclectique", et j'espère que d'autres personnes comprendront ce
concept qui me tient particulièrement à coeur.

En tous cas, si vous pouvez retrouver la légende dont vous parlez, et qui a trait à l'Isère, je vous serai infiniment reconnaissant.

Bien à vous,
Abellion.