Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 09:49

 

 

La légende des géants ne se limite pas à des lieux secrets. Elle a aussi donné lieu à des œuvres diverses, particulièrement aux périodes maniériste et baroque (XVIe-XVIIe siècle). En guise de prolongation de mon article sur le roc de Peyremaux et ses géants, j’évoquerai rapidement plusieurs exemples.

 

Le roc de Peyremaux nous raconte l’histoire d’une montagne formée par un géant enseveli sous un tas de pierre. Or le motif du géant enseveli sous une montagne, ou transformé en montagne innerve profondément ces deux périodes de l’art occidental. Nous verrons rapidement trois pratiques, qui nous plongent dans un climat d’irréalité et de fantastique de plus en plus fort : 1. la représentation de la punition du géant. 2. la métamorphose du géant en Montagne. 3. la métamorphose d’une montagne réelle en géant.

 

On se plongera ainsi dans le climat de la Renaissance et du début de l’ère moderne, marqué par des révolutions de la vision de l’homme et du monde, et une certaine inquiétude…

 

1. La représentation de la punition du géant.

 

Dans la légende de Peyremaux, les deux géants sont punis de leur démesure en étant ensevelis sous un tas de pierre. De même, le géant a pu symboliser dans la mythologie classique les forces aveugles et désordonnées en lutte contre l’ordre divin.

 

« Le ciel ne fut pas plus que la terre à l'abri des noirs attentats des mortels : on raconte que les Géants osèrent déclarer la guerre aux dieux. Ils élevèrent jusqu'aux astres les montagnes entassées. Mais le puissant Jupiter frappa, brisa l'Olympe de sa foudre; et, renversant Ossa sur Pélion, il ensevelit, sous ces masses écroulées, les corps effroyables de ses ennemis. (Ovide, Métamorphoses, Livre I) »

 

Un autre passage des Métamorphoses, au livre V, évoque le châtiment de certains des géants, restés ensevelis vivants sous leurs montagnes :

 

« L’île immense de Tinacrie a été jetée sur les membres d’un géant ; elle couvre, l’écrasant de son énorme poids, Typhée, qui avait osé aspirer au céleste séjour […] Lilybée pèse sur ses jambesn l’Etna accable sa tête […]. »

 

Le corps englouti du géant manifeste la punition de l’ordre divin, en même temps qu’il fournit une explication mythique des la formation des reliefs et des phénomènes tectoniques (volcans, tremblements de terre).

 

 



Jules Romain, dans le Palais du Té, résidence qu’il a décoré pour le duc Frédéric de Gonzague, a illustré, dans un style maniériste et torturé, la fable ovidienne des géants (1526-1534). Les ennemis des dieux croulent sous les monceaux de montagne, détachés par les foudres de Jupiter. En accord avec la légende Ovidienne, les géants sont difformes, aux traits grossiers, suggérant, dans une époque attachée à la physiognomonie, un caractère violent et brutal. La scène était conçue dans un exprit illustionniste, de manière que le spectateur ignore, par la juxtaposition de rochers peints et de rochers réels, où s’arrête la réalité et où commence la représentation.

 

Il est dit que cette fresque avait une signification politique. En faisant représenter la punition des géants, le commanditaire, Frédéric de Gonzague, entendait marquait sa fidélité à l’empereur Charles Quint (alias Jupiter). 

 

Dans le même ordre d’idée, mais plus tardif, nous rencontrons dans les jardins du château de Versailles un Encelade, titan enseveli sous sa montagne, et qui là aussi est le symbole de la vengeance du pourvoir (divin, royal) sur les forces désordonnées.

 

2. Métamorphose du géant en montagne

 

Mais il arrive que le mythe étiologique (des causes) du géant fondateur de montagne se dégage du cadre ovidien d’un monde créé par la conquête de l’ordre sur le désorde, des dieux sur les géants. Dans ce cas, les artistes représentent le lien intime entre le géant et la montagne, mais sans nécessairement appeler à une idée de punition.

 

De telles représentations s’inscrivent aussi dans le courant maniériste, dans la mesure où elles semblent transgresser la limite entre l’humain et le minéral.

 

C’est le cas de l’Apennin de Jean de Bologne, sculpture en briques, pierres et mortier présente dans les jardins de Pratolino (vers 1580). La statue est de dimensions colossales, digne d’un géant : une douzaine de mètres. La tête du géant habitait un appartement dont les yeux étaient les fenêtres.

 

Mais ce qui nous intéresse au premier chef avec l’Apennin, c’est la parfaite osmose, ou métamorphoses entre le corps du géant et le minéral. Barbes et cheveux se figent en concrétions tandis que le bas du corps est déjà englué dans la matière rocheuse.

 

D’après Jurgis Baltrusaitis, Jean de Bologne eut un imitateur français en la personne de Salomon de Caus, l’ingénieur génial qui mit presque au point (c’est largement méconnu) un premier prototype de moteur à vapeur. Caus était un hydraulicien qui voulut intégrer aux figures des montagnes en forme de géants des fontaines, pour accroître l’illusion d’une parfaite transformation de la figure humaine en paysage (1615).

 

 

3. Métamorphose de la montagne en géant.

 

Malgré le caractère à la fois virtuose et échevelé de ces oeuvres, on n’a pas encore atteint le sommet de la spéculation. Il s'agit désormais non plus de représenter un géant métamorphosé en montagne, mais de voir une figure humaine colossale dans une montagne réelle… Celle-ci est présentée dans un ouvrage du jésuite Athanase Kircher, China Illustrata. Une des planches nous présente une montagne en effigie de géant. Kicher était un savant de cabinet, qui se fondait sur le témoignage de missionnaires de son ordre pour composer ses livres. En cette occurence, c’est le père Martini qui a rapporté l’existence de cette effigie gigantesque, sans pouvoir d’ailleurs dire si elle était naturelle ou artificielle. Elle représenterai Fe, un dieu local (« idolum FE »). L’illustration montre aussi un visage sur le côté droit de la montagne.

 

Ceci ne doit pas paraître aussi absurde qu’il y paraît. Au XVIIe siècle, dans les cabinets de curiosité, on collectionnait jalousement les pierres figurées ou gravées, trouvées dans la nature, et dans lesquelles on trouvait des représentations de paysages, d’animaux, d’humains. A l'époque baroque, le rocher avait encore, même pour certains scientifiques, une vertu plastique et représentative.

 

De même, à l’époque de Kircher, on pouvait encore croire « scientifiquement » à l’existence passée de géants, comme le montre son Mundus Subterraneus, où l’on voit illustrés les tailles respectives de plusieurs géants. De telles reconstitutions étaient faites à partir d’ossements de grande taille, peut-être ceux d’animaux préhistoriques dont on ignorait alors l’existence.  

 

En bref…

 

Tout cela pour dire que la légende du géant faiseur de montagne, d’origine mythique et religieuse, a inspiré et l’art et la spéculation. Sans doute faut-il y voir un de ces invariants de l’imagination humaine.

Liens.

Sur le palais du Té à Mantoue.
Baltrusaitis, sur Salomon de Caus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

falbala 11/07/2008 00:15

Passionnant,vraiment...Et cette statue est aussi belle qu'impressionnante...

Abellion le Polygraphe 11/07/2008 14:52


Moi, je m'intéresse à cette figure de Salomon de Caus, ingenieur hydraulicien, protestant français, qui s'intéressait aussi à l'art, à l'optique et à la perspective. on lui devait les
automates du jardin de l'électeur Palatin à Heidelberg, malheureusement détruits par la Guerre de Trente ans. Si ces automates existaient encore, nul doute que Caus serait encore célèbre
aujourd'hui.


Anne-Laure 10/07/2008 11:26

Merci pour cet article, je suis à peu près sûre qu'il me sera utile prochainement pour mon boulot ;-)

Abellion le Polygraphe 10/07/2008 11:29


Avec plaisir, Anne-Laure ! Il faudra que tu me dises ce que tu as fait avec.