Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 07:59

 



Dominant le reste de la Montagne noire, un sommet dresse des rochers herculéens, battus par les vents. Ceux-ci murmurent encore au visiteur les légendes d’autrefois, celle des géants et des fées de ce coin de Languedoc… Mais aussi l’épopée des artisans et des hommes de science qui oeuvrèrent ici autrefois.

 

Le Pic de Nore est le point culminant de la Montagne noire (1211 m), situé dans la partie tarnaise de la Montagne noire.

 

Un monde minéral.

 

Ici commence le règne de la pierre. Nul arbre ne pousse sur cette sommité désolée… Si les bois de sapin obscurcissent les pentes qui mènent au pic, celui-ci offre au regard des prairies de graminées, dans des tons d’un jaune fané. Le tapis herbeux souligne les formes arrondies du terrain…

 

La monotonie grandiose et désolée de ces herbes sauvages est rompue, de place en place, par des rochers gris. Sur leurs flancs s’accrochent mousses et lichens. Leurs formes douces évoquent les rondeurs de corps géants et disloqués… Comme par hasard, une légende prétend que jadis, en ces lieux, vivait un géant. Comme sur d’autres sommets mythiques de la Montagne noire et des monts de Lacaune, Peyremaux et Montalet…

 

La légende de la Fée Nore.

 

La géologie nous dit que la montagne s’est constitué lorsque des terrains métamorphiques (gneiss et micaschiste) se sont trouvé exhaussés à l’ère tertiaire (formation des Pyrénées). Mais la tradition des anciens l’attribue à l’action d’une fille du rêve, la fée Nore. Deux versions de la légende existent.

 

Dans la première, la fée Nore, désolée par les atteintes que le vent de Cers porte aux cultures, fiche sa pique dans le sol. Les rochers, comme attirés par une force magnétique, viennent se placer par magie autour de la pique et deviennent… la pique de Nore, ou le pic de Nore.

 


Dans la deuxième version, Nore, Bug et Arach se plaignent à Jupiter des ravages occasionnés par le vent de Cers sur les cultures humains. Jupiter, fort courroucé d’être ainsi importuné, change Nore, Bug et Arach en montagne. Si Bug et Arach deviennent le sommet de Bugarach, Nore se métamorphose en pic de Nore.

 

Ceci dit, ces légendes ne m’ont jamais semblé très anciennes ni très authentiques…  Si un internaute peut me dire quelles sont leurs origines, je lui vouerai une reconnaissance éternelle.

 

Méchain et le système métrique.

 

Avec le XVIIIe siècle, comme dans les Alpes ou les Pyrénées, vient le temps de l’exploration des montagnes, avec ses objectifs sportifs, scientifiques, etc. Sur le pic de Nore, plus fréquenté du fait de sa hauteur relativement modérée, c’est l’astronome Pierre Méchain que l'on voit à l'oeuvre dès 1796.

 


De 1792 à 1798, Méchain, avec Delambre, faisait le voyage de la France et du Nord de l’Espagne, entre Dunkerque et Barcelone, pour mesurer une fraction du méridien terrestre. But de la manœuvre : établir une nouvelle unité de mesure, le mètre. Chacun sait en effet qu’à l’inverse des anciennes unités de mesures anthropomorphiques (la coudée, le pouce, etc…), le mètre se fonde sur des mensurations astronomiques, dans la mesure où il représente la dix-millionème partie du quart d’un méridien terrestre. C’est sur le méridien de Paris, qui passe dans l’Aude, que les mesures sont prises. Les étapes de ces mesure sont l’Eglise Saint-Vincent de Carcassonne, la Montagne d’Alaric, le Mont Tauch, le Pech de Bugarach et bien sûr le Pic de Nore.

 

Par malheur pour Méchain, celui-ci dut séjourner aux alentours du Pic de Nore à la mauvaise saison, à l’automne 1796. Voici ce qu’il écrivit :

 

« Cette malheureuse montagne est terrible par la brume et le froid […]. Si le temps ne se rétablit point, je cèderai le terrain à la neige, aux frimas et aux loups, qui n’y sont pas rares ».

 

La lettre de Méchain confirme la présence des loups en Montagne noire au XVIIIe siècle, loups auxquels nous avions consacré un article il y a quelque temps. Et c’est dans les parages du Pic de Nore que l’on a rapporté la présence d’un loup cet hiver…

 

L’épopée de la glace.

 

C’est justement cette neige et cette glace qui allaient assurer, pendant un temps, une certaine prospérité à la région. C’est à partir du XVIIIe siècle que des villages comme Pradelles-Cabardès, proche du pic de Nore, se sont spécialisés dans la production de glace pour les cafés de la plaine (Carcassonne). Les premières installations se résumaient à des simples trous creusés sur les pentes du Pic de Nore. En hiver, on les remplissait de neige, puis on les couvrait de divers branchages. Vers la moitié du XIXe siècle, on a aménagé des glacières, puits de pierres couvertes, où la neige se transformait en glace et se conservait au-delà de l’été. Il y avait encore en 1914 14 glacières, occupant chacune une dizaine de personnes.

 

On découpait la glace avec n pic, puis, avec un moule en bois, on lui donnait une forme cylindrique. On mettait ensuite dans des sacs garnis de feuille ces blocs de glace de 50 kg, avant de les charger dans des charrettes. Le transport se faisait la nuit, pour éviter la fonte prématurée… Le commerce s’arrêta dans les années 1920, avec les machines réfrigérantes.

 

L’émetteur.

 


Mais l’odyssée des sciences et techniques au Pic de Nore n’était pas pour autant terminée. La Montagne, et c’est la raison de sa célébrité pour beaucoup, supporte des émetteurs de radio et télévision. Grâce (ou bien à cause ? ) de ces 7 émetteurs, on reçoit à 100 km à la ronde les programmes de télévision et les radios de la bande FM. Des techniciens basés à Mazamet sont prêts à intervenir en cas de problème. Ils se rendent sur le site chaque jour pour assurer la maintenance, en raison des conditions climatiques difficiles.

 

En hiver, la route n’étant pas déneigée, il faut se servir des « chenillettes »… 

 

Bref.

 

Montagne de rêve et de flâneries, le Pic de Nore a aussi sa place dans l’histoire de l’industrie, de la science et des techniques… Un pic universel !

 


Liens.

 

 Méchain sur le site de la SESA (Société d’études scientifiques de l’Aude).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Promethazine 13/10/2008 20:06

Oui il est vrai que le SI de Mazamet est vraiment dynamique et cela doit bien aider cette pauvre ville qui se morfond dans la décrépitude d'un passé glorieux.
J'ai d'ailleurs repéré cet ouvrage en allant voir l'exposition sur la sorcellerie et la médecine populaire en montagne noire, préambule à l'ouvrage à paraître que tu cites.

Abellion le Polygraphe 13/10/2008 21:54


Jai adoré cette exposition, prélude à la découverte d'un patrimoine immatériel. Je ferai peut-être un article dessus, qui sait ? Ce genre de manifestation est bien trop rare...


Promethazine 12/10/2008 23:39

Pour en revenir aux monographies sur les villages environnants du pic.
J'ai découvert au SI de Mazamet (où il est en vente) qu'il existait une "Histoire de Pradelles Cabardès" par Pierre Albert.
Je n'ai pas eu l'occasion de le feuilleter (manque de temps...) et ne sais donc pas s'il est fait mention du pic.
J'essayerai d'en savoir plus à l'occasion.

Abellion le Polygraphe 13/10/2008 06:47


Magnifique ! Il faut que je mette la main dessus ! Il y a vraiment des trésors au SI de Mazamet. Pour Noël, ils lancent une souscription pour trois ouvrages : l'un sur la médecine populaire en
montagne noire, l'autre sur les anciennes demeures de Mazamet, et le dernier dont le sujet m'échappe. J'y ai aussi acheté un petit fascicule sur les fontaines en Montagne noire, qui m'a donné une
idée pour un prochain article.


Promethazine 18/07/2008 21:43

Je t'ai envoyé les photos, je n'ai pas l'emplacement précis en tête, mais ce sont les 2 plus accessibles, indiquées par un panneau et en bord de GR.

Abellion le Polygraphe 18/07/2008 22:29


Merci beaucoup Promethazine, je t'ai déjà envoyé un mail. Les photos sont superbes et je les publierai sans doute bientôt dans un petit articulet sur les glacière. N'hésite pas à me dire si tu
retrouves la référence de l'ouvrage sur le sujet. Mille merci encore pour ta contribution active au blog, Abellion.


Promethazine 17/07/2008 22:18

Cher Abellion,
Malheureusement je ne connais pas, à mon grand dam, d'ouvrage traitant du pic. Je ne pense d'ailleurs pas qu'il en existe beaucoup, peut-être d'anciens articles parus dans des revues régionalistes.
Quant aux monographies, je ne pense pas qu'il en existe une de Pradelles Cabardès. Peut-être les Cahiers de Minerve (http://pagesperso-orange.fr/cahiers.de.minerve/HTML/site_accueil.html), spécialisés dans ce domaine, en publieront une un jour prochain.

Je possède quelques modestes photos des glacières, c'est avec plaisir que te les communiquerai. Fais-moi parvenir ton e-mail.

Abellion le Polygraphe 17/07/2008 22:23


Mille fois merci. Tu es un véritable puits de science.
Tu peux m'envoyer les photographies à l'adresse suivante:
abellion.polymathe@orange.fr.

Je t'en serai éternellement reconnaissant ! Dès que je les aurai, je posterai un article avec les 2-3 renseignements que je peux avoir sur les glacières. N'hésite pas à me préciser à quel endroit
précis tu les a prises, ou quelque autre détail que ce soit qui serait utile pour l'article.


Promethazine 16/07/2008 20:25

Tu évoques les glacières dans ton article, il pourrait être intéressant d'ajouter une photo de celles-ci.

Abellion le Polygraphe 16/07/2008 23:12


Cher Promethazine, je suis absolument d'accord avec toi. Tout ce dont je dispose pour l'instant, c'est d'une photo minuscule dans un guide de randonnées... Si tu en as une, j'en appelle à toi, si
tu veux bien m'envoyer par mail une photo (que je publierais alors en indiquant bien qu'elle vient de toi).  

Sinon, il faudra que j'aille visiter moi-même les lieux pour en ramener des photos (cela fait longtemps que je veux faire le chemin de randonnée, ce sera l'occasion d'un nouvel article peut-être !
).

Par ailleurs, n'hésite pas à me signaler toute référence qui m'aurait échappé sur le sujet!

Amitiés, Abellion.