Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 10:07

 

Sur une montagne au dessus du village de Sorèze (Montagne noire - Tarn) se trouvent les fondations d’un village abandonné. Qui construisit ces murs ? Quand furent-ils délaissés ? A la suite de quelle tragédie ?

 

La légende parle de combats sanglants. Il y aurait eu là des païens assiégés, adorateurs d’une idole. Le diable hanterait les lieux et apparaîtrait à qui serait assez fou pour l’invoquer… Enquêtons sur ces lieux mystérieux.

 

I. la légende de la citadelle maudite.

 

Les légendes liées à Berniquaut ont été recueillies par Jean-Antoine Clos au début du XIXe siècle, alors qu’elles étaient encore très vivaces. Les habitants de Sorèze redoutaient alors Berniquaut, lieu maudit, « séjour du démon et très favorable aux sorciers ».

 

La légende des païens.

 

Clos rapporte que, selon les habitants de Sorèze,

 

« … les habitants [de Berniquaut] étaient païens, et lorsqu’ils se virent assiégés par les chrétiens, ils cachèrent dans les puits et dans les creux des rochers le mouton d’or (d’autres disent le veau d’or) qui était leur idole, avec toutes leurs richesses. »

 

Au début du XXe siècle, la légende était encore connue. L’écrivain Jean Mistler, qui a grandi à Sorèze, l’a évoquée dans ses souvenirs. Pour sa grand-mère, il ne s’agissait pas d’une idole en or massif, mais d’une peau d’or cousue de louis et de doubles-louis !  

 

Sorciers à Berniquaut au siècle des lumières.

 

La fin tragique des anciens habitants de Berniquaut, et leur paganisme supposé ont fini par donner au lieu une réputation sulfureuse, semble-t-il. En particulier au XVIIIe siècle, siècle des Lumières qui est aussi celui des magiciens et des illuminés…

 

« Quelques années avant la Révolution, un certain Bardou de Sorèze se joignit à d’autres mauvais sujets de Verdalle et des villages voisins. Ils se rendirent à ces ruines par un temps orageux, munis de quelques livres de magie et de divers instruments. Après avoir fait pacte avec le démon, deux d’entre eux pénétrèrent dans un réduit profond, tandis que leurs camarades récitaient les formules.

 

L’imagination frappée, ils crurent voir des figures monstrueuses, et ils furent tellement saisis d’effroi, qu’ils eurent de la peine à se retirer. Mais leur terreur augmenta par la violence de l’orage qui fut des plus extraordinaires. Pendant plusieurs jours ils furent obligés de se cacher pour se soustraire à la vengeance du peuple, qui attribuait l’orage et ses effets à leur impiété ».

 Entrée d'une grotte.

Légende ou vérité ?

 

Cette légende d’un mouton d’or ou veau d’or n’est pas particulière à Berniquaut. Elle se retrouve par exemple aux châteaux de Saint-André et de saint-Paulin près d’Alban. On en signale d’autres en France.  C’est plus un thème de conte qu’une réalité… Berniquaut est donc la demeure maudite des païens et du diable, dans la mentalité de nos ancêtres. Mais qu’en était-il réellement ?

 

II. l’histoire : de l’oppidum gaulois au village médiéval.

 

Un village médiéval.

 

Le village de Berniquaut s’appelait Verdun. Il est mentionné pour la première fois dans l’acte de fondation de l’abbaye de Sorèze. Celui-ci remonte à 816, sous le règne de Louis le Pieux.

Berniquaut était au XIIe siècle une possession des Vicomtes d’Albi, co-gérée par le seigneur du château de Roquefort et l’abbé de Sorèze. Il y avait alors une partie fortifiée, sorte de château.

 

Encore aujourd’hui, on voit les fondation d’une tour, mais aussi de remparts médiévaux ou de simples maisons. Les rues sont encore visibles, et on aperçoit parfois des traces de char dans le rocher.

 Traces de chars dans la roche.

Verdun oppidum gaulois
.

 

Cela, on le savait depuis longtemps. Mais des fouilles menées au XXe siècle on fait apparaître que Berniquaut avait été un oppidum gaulois important.

 

Les anciens ne croyaient pas si bien dire lorsqu’ils parlaient de païens. L’oppidum de Berniquaut fut d’abord une forteresse celte, comme l’indique d’ailleurs l’étymologie de son ancien nom : Verdun, « hauteur fortifiée » en gaulois. Il s’agissait d’une importante communauté de période de la Tène III (-120 à -50). On a trouvé sur place une monnaie des Ruthènes (peuple gaulois de l’Aveyron actuel), ornée d’un sanglier.

 

Un mur de 700 mètres !

 

On a d’ailleurs remarqué, par photographie aérienne, les vestiges d’un énorme talus de 700 mètres de long, genre de fortification propre aux Gaulois. Ce type de travail a une utilité défensive assez réduite, mais devait décourager les assaillants, vu depuis la plaine. On a récemment relevé un mur de pierres sèches qui faisait partie de ce genre de fortifications gauloises.  

 

Berniquaut, refuge des périodes troublées.

 

En fait, il apparaît que Berniquaut, au cours de l’histoire, a été abandonné dans les périodes de paix, puis à nouveau occupé et fortifié pendant les guerres. Ainsi, occupé par les Gaulois, il est déserté lors de la Pax romana (début de notre ère). On s’y réfugie lors des grandes invasions (à partir du IVe siècle). Une seigneurie y existe au XIe siècle, qui porte le nom d’origine germanique « Brunichellis » (du nom de femme Brunhild). Après cette date, le village des hauteurs fut définitivement abandonné pour Sorèze, dans la plaine.

 

Repaire de brigands.

 

Berniquaut est abandonné au cours du XIIe siècle, avant la Croisade contre les Cathares. Il y possible qu’il ait été à nouveau occupé lors de la guerre de cent ans. En effet, après celle-ci, les mercenaires sans solde des grandes compagnies sont venues s’installer dans les châteaux de la Montagne noire occidentale, comme Roquefort, Castellar de Durfort. Ils se livraient dans les environs au noble art du brigandage.

 

Bref…

 

L’histoire et la légende… D’un côté les documents et les archives, de l’autre la mémoire. Deux approches pour un lieu unique, qui se contredisent souvent mais se croisent parfois. Les habitants de Sorèze auraient ainsi gardé la mémoire confuse d’une occupation extrêmement ancienne du site.

 

Renseignements.

 

Berniquaut se visite librement. Il faut laisser sa voiture à Sorèze et faire l’ascension de la montagne. Des panneaux très bien faits expliquent les découvertes archéologiques et proposent des reconstructions. Une belle balade !

Il faut aussi visiter les collections archéologiques du musée de Sorèze. On y voit les objets trouvés à Berniquaut dans les années 70-80.

Lien
Berniquaut sur le site Lauragais Patrimoine

Partager cet article

Repost 0
Abellion le Polygraphe - dans Lieux médiévaux
commenter cet article

commentaires

Lucien Gratté 26/03/2014 22:23

Bonjour,

Travaillant à un répertoire des grottes qui ont des dessins non préhistoriques, travail qui sera à terme en libre accès sur le net, auriez-vous l'amabilité de m'autoriser à repiquer deux ou trois de vos photos sur Berniquaut et si oui, à quel crédit les mettre?

Cordialement,
Lucien Gratté
31 FENOUILLET
05 61 70 23 83

Abellion 12/04/2014 19:42

Lucien,
Les images sont sous creative commons : vous pouvez donc les utiliser sans débourser un sol, du moment que vous indiquez l'adresse du blog et le pseudonyme de leur auteur : Abellion.
Cordialement.

Verdunum 24/03/2009 17:58

Pour plus d'informations aller sur le site LAURAGAIS PATRIMOINE (directement par GOOGLE). Une plaquette concernant le site de Berniquaut est en vente au prix de 5 euros à l'OT de Sorèze... Les réponses à toutes les questions y sont rédigées avec photo couleur.

Abellion 25/03/2009 11:46


Oui, il y a effectivement un article fort intéressant, qui donne des renseignements archéologiques. Voici le lien direct vers l'article sur Berniquaut

http://www.lauragais-patrimoine.fr/SITES%20ARCHEOLOGIQUES/BERNIQUAUT/BERNIQUAUT%201000.htm

Un site très bien fait et éminemment recommandable. D'une technicité archéologique et archivistique qui laisse pantois l'humble promeneur que je suis. Toutes mes félicitations à l'équipe !


neinei 22/07/2008 03:38

merci c'est une decouverte pour moi
bon mardi amities merci de ton passage a bientot
qing et rene

Abellion le Polygraphe 23/07/2008 11:02



C'est mon plus grand plaisir de faire découvrir notre terre. Je suis heureux quand l'Alchimie fonctionne.



Promethazine 21/07/2008 23:23

Peut ai-je parlé trop vite lorsque j'ai parlé d'occupation romaine... Je n'avais pas lu intégralement ton article et je me basais sur des souvenirs qui sont peut être quelque peu confus...
Je ne connais par ailleurs pas beaucoup le sujet, n'en tiens donc pas compte.
Je ne connais pas J. Mistler, donc je ne peux t'aider.

Concernant la résistance, on trouve plus d'informations sur le Corps Franc du Sidobre, je ne sais pas dans quelles mesures ils étaient liés. Voici 2 liens dont un traitant uniquement de ce dernier:
http://pedagogie.ac-toulouse.fr/histgeo/monog/albi/resistarn/textes/action.htm#Noire
http://site.voila.fr/corps-franc-sidobre/index.html

Abellion le Polygraphe 21/07/2008 23:40


Sur les panneaux pédagogiques qu'on lit sur place, il est dit que le village de Berniquaut a été abandonné pendant la pax romana. c'est tout ce que je peux dire à ce sujet.

Il faut que je remette la main sur l'autobiographie de Mistler. Quelqu'un m'a dit une fois qu'il avait eu des problèmes pendant ou après la guerre, je ne sais plus très bien. Voilà que je me fais
vieux et que ma mémoire m'abandonne !  

Précieuse information que celle qui concerne ce corps franc du Sidobre dont j'ignorais l'existence. Merci Promethazine! Un de ces jours, je vais acheter le journal du marche du Corps Franc de la
Montagne noire. c'était vraiement une lecture passionnante. 

A très bientôt, Abellion.  


Promethazine 21/07/2008 21:26

Coincidence, voilà justement une idée d'article que je souhaitais te soumettre. En tout cas, je ne savais rien des légendes associées au lieu. Tout juste connaissais-je ses origines celtiques et l'occupation romaine postérieure.
Si tu as des références bibliographiques à propos du légendaire ou de l'historique(Jean-antoine Clos, Jean Mistler ou autres), je suis preneur.

Abellion le Polygraphe 21/07/2008 21:40


Promethazine, tu parles d'occupation romaine: as-tu des infos précises à ce sujet ? Je croyais que le site avait été occupé surtout à l'époque romaine ?
Les ouvrages sont: 
Jean-Antoine Clos, Notice historique sur Sorèze. Fourmille d'erreurs mais très bien écrit et utile pour la connaissance des vieilles légendes locales. 
Jean Mistler, Le bout du monde, dans les premières pages consacrées à l'enfance sorézienne (c'est un récit autobiographique). 
 par ailleurs, as-tu des renseignements sur J. Mistler ? Je m'intéresse à lui à un double titre : je compte faire un article sur Castelnaudary, et un autre sur la 2e guerre mondiale dans le
secteur (notamment avec les maquis de la Montagne noire). Si tu as des réfs ou des infos sur ces sujets, je suis preneur !
Encore merci pour tes magnifiques photos, tes infos et idées diverses,
Abellion.