Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 10:01

 

Depuis des siècles, mystiques, chercheurs de trésors et historiens imaginatifs cherchent le trésor du Temple de Jérusalem. Certains font même des spéculations eschatologiques à ce sujet. Si bien que c’est devenu un thème rebattu dans la fiction.

 

Mais qui chercherait le trésor du Temple dans la réalité ? Des marginaux, des originaux, des rêveurs ? Eh bien non, au cours du XIXe siècle, c’est toute la ville de Carcassonne, son bibliothécaire et ses notables en tête, qui se lança à la recherche du trésor dans les murs de la vieille cité audoise.

 

Je dédie cet article à Anne Laure, spécialiste des chasses au trésor en tout genre !

 

 

« Le plus grand dérèglement de l’esprit,

c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elle soient ».

Bossuet

 

I. La légende du trésor chez les historiens anciens.

 

Une théorie prétend que le trésor du temple de Jérusalem, volé par les Romains lors de son sac en 70, fut récupéré par Alaric I, roi des Wisigoths, lors du sac de Rome en 410, et que de là il fut conservé par ses descendants. En 507, à la bataille de Vouillé, Alaric II est défait par Clovis, et les Wisigoths se réfugient à Carcassonne.

 

Voici ce qu’on lit dans le De Bello Gothico de l’historien Procope sur le récit du siège de Carcassonne :

 

« [Les Francs] investissent étroitement la ville de Carcassonne, ayant entendu dire qu’elle renfermait les richesses impériales que le vieil Alaric avait emportées lorsqu’il eût pris la ville de Rome. Parmi ces richesses se trouvait, dit-on, une bonne partie du précieux mobilier de Salomon, lequel était orné de superbes pierreries, ce qui était une chose très belle à voir. Les Romains avaient autrefois apporté ce mobilier de Jérusalem ».

 

Selon d’autres sources, le trésor aurait transité ensuite à Ravenne, en Italie, pour ensuite revenir à Tolède.

 

Le récit des historiens anciens laisse des blancs : il n’est pas dit que, lorsque les Arabes pillèrent Tolède, il y trouvèrent les trésors du temple de Jérusalem, à savoir le chandelier à sept branches, etc… De ce fait, il devenait plausible pour un esprit prévenu en tout cas, que le trésor du temple soit effectivement resté à Carcassonne.

 

C’est sur ces quelques lignes que se fondent la théorie qui suppose que le trésor du temple est caché à Carcassonne. Un texte unique, et un échafaudage d’hypothèses…

 

Les spéculations de Guillaume Besse.

 

Un des premiers historiens de Carcassonne, Guillaume Besse, publie en 1645 son Histoire des Antiquités et des Comtes de Carcassonne. Il s’aide de l'étymologie et des historiens anciens pour conclure que le trésor des Wisigoths était enfermé dans la tour dite du Trésau : 

 

« La tour qu’ils bâtirent exprès, pour remettre tous ces trésors, est elle-même que nous appelons encore la tour du trésor, à raison de quoi cette ville s’acquit le titre de Gazagothorum, c’est-à-dire « trésor des Goths ». »

 

Besse rapporte une autre tradition :

 

« Nous tenons portant une autre tradition, que les Goths effrayés de la venue d’Attila roi des Huns en ce pas, jetèrent une grande partie de cet insigne trésor dans le puits de la ville, qui est une des vielles pièces qui se puisse voir : mais comme il est inépuisable on n’a jamais pu en retirer rien ».

 

Il est à noter que Clovis est remplacé par Attila.

 

Naissance d’une tradition populaire.

 

Les spéculations de Besse ne vont pas sombrer dans l’oubli, mais peut-être s’intégrer à la tradition populaire, où elle subsisteront jusqu’au milieu du XIXe siècle.

 

Firmin Jaffus, bibliothécaire de Carcassonne et historien amateur, prétend en 1868 avoir recueilli deux traditions relatives au trésor des Wisigoths. La première suppose qu’il a été jeté dans le puits, la seconde qu’il a été caché dans la Tour du Trésau.

 

On peut supposer que ce qui était chez G. Besse les deux phases d’un même récit (les Wisigoths entreposent le trésor dans la Tour puis le jettent dans  le puits lors du siège) n’est plus compris comme un récit cohérent, mais comme deux hypothèses sont exclusives l’une de l’autre (le trésor était soit dans la Tour, soit dans le Puits).

 

II. La chasse aux trésors.

 

El sueño de la razón produce monstros

Goya.

 

Nous n’avions assisté jusque-là qu’à des hypothèses d’historiens et à des spéculations. Quoique échevelées, elles n’avait débouché sur rien… Mais le XIXe siècle, époque « pratique et moderne », va passer à l’acte… et chercher effectivement le trésor dans la réalité.

 

L’expédition de 1808.

 

Il y eut donc une première expédition à la quête du trésor. Elle fut menée à l’instigation des notables de la ville. Ceux-ci surent gagner à leur cause Champagne, l’architecte municipal. Il explora le puits, mais n’y trouva rien…

 

Les fouilles de 1832.

 

Les chercheurs de trésors ne s’avouèrent pas vaincus pour autant. Moins de 25 ans plus tard, les voici lancés à nouveau à l’assaut du grand puits. Magnifique aveuglement et déni de la réalité ! On prétendit que, la première fois, le puits n’avait pas été curé dans de bonnes conditions. Peut-être le trésor était-il encore là, gisant sous quelques mètres de vase… Pas davantage de succès !

 

Les théories de Firmin Jaffus.

 

Croirait-on que ces fiascos aient découragés les chercheurs de trésor ? Eh bien non ! Vers le milieu du XIXe siècle, Firmin Jaffus, bibliothécaire de Carcassonne, reprend les recherches. Voici ses théories.

 

Le trésor n’a jamais été jeté dans le puits, c’est une fable ridicule. Le trésor n’a jamais été dans la tour du Trésau, qui a été construite par Philippe le Bel plusieurs siècles après les Wisigoths. Par contre, dit Jaffus, pourquoi ne pas penser que le trésor a été enseveli dans les caves de l’ancien château ?

 

Hypothèse encore plus gratuite que les autres… Car enfin, si Besse se trompe sur l’emplacement du trésor, pourquoi ne se tromperait-il pas non plus sur la présence du trésor de Jérusalem à Carcassonne, attestée par le seul texte de Procope ?

 

Bref…

 

Comme toutes les légendes de trésor, celle-ci se construit sur un enchaînement d’hypothèses. A chaque stade de la spéculation, pour dissimuler les carences de la version antérieure et maintenir intacte la croyance en l’existence du trésor, on introduit de nouvelles hypothèses.

 

C’est la parabole des aveugles…

Partager cet article

Repost 0
Abellion le Polygraphe - dans Carcassonne
commenter cet article

commentaires

jean 11/08/2015 22:12

merci a Jean menard, de qui tout est copié

Abellion 03/10/2015 02:16

Première nouvelle ! ! !

svoboda 28/11/2008 02:45

Tout à fait. La toponymie indique aussi le peuplement d'origine de certains lieux. C'est l'appat du lucre qui fait aujourd'hui rechercher lesdits "trésors". Combien de ces découvertes ont-elles été fondues en lingots ? Combien d'habitations n'ont-elles pas été détruites par des fanatiques ? Combien d'objets n'ont-ils pas ainsi été soustrait à l'examen public et encore aujourd'hui entreposés avec la plus grande ignorance ?
Les travaux qui ont eu lieu dans le quartier de la Daurade à Toulouse au début des années 90 ont ainsi permis à certaines personnes de s'emparer sur le chantier de divers objets datant du Haut Moyen-Age. Ces pièces tronent aujourd'hui sur les murs d'habitations contemporaines sans que leurs propriétéaires aient la moindre idée de ce qu'elles représentent vraiment.

Abellion 29/11/2008 22:37


Oui, les chasseurs de trésor fanatique sont forts dangereux. On a dû les bannir de certains endroits... Et combien de vierges gothiques finissent sur une cheminée en Ciporex ou une télévision ?


svoboda 26/11/2008 23:33

Il y a un fond commun à beaucoup de légendes que l'on retrouve partout. Certaines découvertes - qu'est-ce au juste qu'un "trésor" ? - l'ont été grace à une légende ou un conte. La plus connue de ces découvertes est l'antique cité de Troie. Concernant les Wisigoths,on ne commence à en "parler" en France que depuis une quinzaine d'années. Tous les principaux ouvrages sont en Espagnol (Orlandis), en Allemand, ou en Anglais (Thomson). Je retiens, en Français, Madame Mussot-Goulard ("Les Goths" - 1999).
Le "trésor" des Wisigoths n'est pas seulement fiduciaire. Il est composé également de textes sacrés et législatifs. Après le concile d'Orléans de 511, condamnant une nouvelle fois l'arianisme, les écrits des Goths ont été détruits par les Francs.
Nul ne peut nier que les Wisigoths avaient un "trésor". Et un "trésor" est toujours sinon caché, du moins bien gardé et entreposé avec discrétion. Maintenant en 1400 ans beaucoup d'eau est passée sous les ponts ! On sait qu'une partie de ce trésor, chaque fois reconstitué par les Goths, a été retrouvé en Espagne en 1856. Peut-être, sans doute, a t-il été trouvé ailleurs et depuis longtemps.
Signalons que les trésors ne sont pas rares: les gens quelque peu fortuné avaient l'habitude, dans les situations de guerres et de pillages, de dissimuler leurs biens. Et comme la vie ne tenait à pas grand chose alors, certains sont restés là où leurs propriétaires les avaient déposés. A Eauze dans le Gers, on a ainsi découvert un important "trésor" gallo-romain ces dernières années.
Pour ma part, me promenant avec un ami près de Rouvenac et la Serpente, dans l'Aude, nous avons découvert dans le lit asséché d'un ruisseau une série de pièces en argent.
Je sais que sur cette ligne de front, entre l'Aude et l'Ariège, on peut encore faire des découvertes archéologiques intéressantes. Maintenant, encore une fois, quid d'un "trésor" ?

Abellion 27/11/2008 06:57


Merci pour toutes ces références. Moi aussi j'aime bien l'histoire des WIsigoths. Patrice Georges Rufino a écrit un livre sur eux, où il évoque aussi les légendes de trésor qui leur sont attachées.
IL est vrai que les historiens anciens n'ont pas fait dans la dentelle, avec l'histoire d'Alaric premier enterré dans le Busento, par exemple. Je pense qu'il est effectivement plus vraisemblable de
trouver des trésors un peu par hasard, en trouvant des sites archéologiques, etc. Il est vrai que parfois les traditions orales gardent la mémoire d'anciens sites de peuplement. A bientôt.


svoboda 26/11/2008 03:10

Dans l'Aude il existe une tradition de contes avec des trésors cachés. La plus répandue est celle du chaudron magique empli d'or qui repose dans un aven. On fit même venir, à Quirbajou, "une sorcière d'Estagel" qui descendit avec une corde. Sans succès.
C'est vrai que l'Aude a été une ligne de front, particulièrement entre Francs et Goths qui s'affrontèrent là pendant près de deux siècles sur ses marges. Les Goths, peuple nomade à l'origine, transportait traditionnellement leur trésor avc eux. On a retrouvé au XIXe siècle en Espagne toute une série de couronnes royales dans le lit d'une rivière. Ce trésor était royal et donc unique. Il n'était pas fractionné.
Il a donc résidé là où résidaient les rois Wisigoths: à Toulouse, à Aire, à Redae, à Tolède... Il n'a pu être dissimulé qu'en raison de danger, de défaite militaire. Dans cette logique il aurait pu rester à Carcassonne. Mais pourquoi pas, plutôt, dissimulé dans sa région au moment d'une retraite ?

Abellion 26/11/2008 07:21



Ah, les chercheurs de trésor et leurs espoirs ! Les légendes de trésor sont belles, mais qui dira si elles correspondent vraiment à une réalité ou pas ? Les légendes de trésors déposés dans
des lieux isolés sont des thèmes folkloriques qui ont leur logique propre, et n'indiquent sans doute pas des trésors réels, selon moi. Et elles ne sont absolument pas propres à l'Aude: on en
trouve partout en France et dans le monde.


Il y a mille exemples de lieux dans lesquels une légende disait qu'il y avait un trésor et où on n'a rien trouvé. Eldorado en est devenu le symbole, mais il y en a dans notre région. Au
château de Bramevaque en Couserans, on a cherché un trésor déposé par des "esprits", sans résultat. A Montségur, un ingénieur maniaque de la dynamite a failli faire sauter la forteresse pour
trouver le trésor prétendu des Cathares, sans résultat. Le puits de Carcassonne, chou blanc. Dans le puits de Cordes, on disait que des Inquisiteurs avaient été précipités : on n'y a rien trouvé
non plus. Les légendes et les fables se constituent selon des mécanismes complètement différents de ce qui gouverne la vérité historique.


C'est un archétype de l'imagination humaine de croire qu'il y a des trésors dans des lieux profonds comme les puits ou les grottes. Ainsi le mythe de Pluton, le dieu des Enfers dans la mythologie
grecque, qui était en grec "le riche", celui qui possède les richesses du sous-sol (minérales, minières). Les activités de mines ont fait que l'homme a de tout temps associé
la terre aux richesses. Il y a aussi la légende des fées, qui elles aussi étaient supposées cacher des trésors dans les grottes. Et les récits de fictions, les romans qui parlent de trésors
cachés ont donné des versions modernes de cette symbolique qui imbibent notre imaginaire depuis notre enfance.


Cela fait partie d'un imaginaire chtonien, lié à la terre, qui est un donné de notre inconscient collectif (si on pense à Jung) ou bien de nos traditions légendaires. Il y a donc fort peu de
chance que cela correponde à quelque chose de réel, c'est simplement un symbole très ancien...


C'est aussi pour cela que nous aimons croire aux légendes de trésor, car cela répond à la logique profonde de notre imaginaire, de notre esprit, qui est aussi celle de l'enfant et de la pensée
magique : se mouvoir dans un monde de symboles. Or, avec des symboles, on ne fait pas de l'histoire, tout au plus des oeuvres de fiction.


C'est pourquoi les légendes me paraissent une base bien fragile pour supposer l'existence de quoi que ce soit, en l'absence de preuves textuelles et archéologiques. Toutefois, le cas des
couronnes royales laisse effectivement supposer la possibilité de trésors engloutis par les Wisigoths, mais il est vrai qu'on ne les retrouve jamais que par hasard. Ce que vous dites sur la zone
de frontière est également vrai.


Mais comment supposer que plus de 1400 ans plus tard, la cache d'un trésor soit toujours connue, alors que personnellement, si  je cachais un trésor, je le ferais dans le plus grand secret ?
Cela est bien hypothétique... Si vous avez des exemples de trésors qu'on a trouvés sur la base de légendes, alors allez-y, donnez-les moi, car je n'en vois aucun pour ma part.



Franck 08/08/2008 08:52

Bonjour Abellion,

Je viens de découvrir cet article merveilleusement bien documenté. Je me posais juste une question, ce fameux trésor semble être le même que celui de Rennes le Château. Je trouve dommage que certaines personnes soient prêtes à tout dégrader pour retrouver un trésor fantome ; ca a été le cas de RLC et depuis quelques années c'est le cas de Périllos avec une poignée d'illuminés féroces. Tout ça me laisse perplexe et me donne la nausée car je ne comprends pas que certaines personnes puissent faire autant de mal à notre merveilleux patrimoine.

Bonne journée Abellion

Abellion le Polygraphe 08/08/2008 09:12



Cher Franck,

je suis entièrement d'accord avec vous, les légendes de trésor sont dangereuses (pour les hommes qu'elles abusent et pour les lieux qu'elles menacent).

Ce qui m'intéresse avant tout dans les histoires de trésor, c'est d'analyser les raisons qui poussent les gens à y croire, et à spéculer dessus. Il est vrai qu'avant RLC, les chasseurs de Trésor
sévissaient déjà à Carcassonne au XIXe siècle. Il est possible que les spéculations sur Carcassonne aient été ensuite transposées à RLC lorsqu'on a vu qu'a Carcassonne il n'y avait rien.

A mon avis, si ce genre de spéculation s'est concentré sur l'Aude, c'est principalement en raison des écrits des historiens antiques, qui sont loin d'être des parangons d'esprit critique et de
mauvaise foi (c'est un peu comme si un zoologue d'aujourd'hui utilisait les textes de Pline pour étudier les animaux).

Ainsi la crédulité recherche un nouvel aliment lorsque le précédent vient à manquer... Je regrette fort que ce magnifique village de Périllos soit attaqué par des vandales illuminés et sans
scrupules...

En plus des déprédations perpétrées à RLC, il paraît que des vandales s'en sont pris il y a un ou deux ans au paisible petit sanctuaire de ND de Marceille, près de Limoux, parce qu'un écrivain y
avait localisé je ne sais quelle ineptie (il paraît même qu'un leader politique français d'extrême droite a fait le déplacement, cela avait fait un article dans les journaux
régionaux...)

Dans tous les châteaux où il y avait des légendes de trésor, les gens ont cherché sans rien trouver. Lorsqu'on a trouvé des trésors, ce fut essentiellement par hasard, car comme l'a écrit R.
Caillois, le détenteur d'un trésor réel ne va sûrement pas donner des  indices à ceux qui voudraient le lui piquer !

A bientôt, Abellion.