Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 23:08

 

 Introduction.

 


La légende de l’or de Toulouse est un mythe récurrent dans nos régions, qui trouve sa source principale dans les textes des historiens antiques. Voici l’extrait de l’une de ces sources principales : la Géographie de Strabon. Celui-ci était un géographe grec (57 av. JC- 27 ap. JC).


En Bref...

 
Le texte tente d’éclaircir l’origine des métaux précieux trouvés par les Romains dans les lacs de Toulouse. Strabon met en présence plusieurs théories.


-La première affirme qu’il vient en partie du trésor du Temple de Delphes, pillé par les Tectosages (gaulois installés dans la région de Toulouse) sous la conduite de Brennus en -279. 


-L’autre théorie, celle de Posidonios, réfute la première et suppose qu’il est issu uniquement de dépôts fait par les celtes Tectosages de Toulouse, en l’honneur de leurs divinités.


Le texte révèle aussi la punition réservée au général Cépion, qui fut accusé de s’être emparé de l’or toulousain à son profit. 


Pour plus de précision sur le mythe de l’or de Toulouse, voir l’article que je lui ai consacré il y a peu.
Les titres insérés dans le texte sont de moi.


Bonne lecture ! 
Abellion.
  


TEXTE de Strabon.

 

[Les Tectosages et leurs mouvements de population]

 

Ceux qu’on appelle Tectosages sont voisins de la Pyrènè ; ils atteignent même sur quelques points le versant septentrional des Cemmènes ; la terre qu’ils habitent est riche en or. Ils semblent avoir eu autrefois, avec une grande puissance, une population mâle assez considérable pour pouvoir, à la suite d’une sédition, expulser du pays une multitude de ses habitants.

 

[Les alliés des Tectosages exilés]

 

Dans cette foule se confondirent d’autres bannis de diverses nations : de ce nombre étaient ceux qui occupèrent la Phrygie limitrophe de la Cappadoce et de la Paphlagonie : ceux qu’on appelle encore aujourd’hui Tectosages nous en offrent la preuve. Il y a en effet, dans ce pays, trois peuples, et l’un d’eux, celui qui habite Ancyre et les environs de cette ville, est celui qu’on appelle Tectosages ; les deux autres sont les Trocmes et les Tolistobogies : ils ont émigré aussi de la Celtique, leur parenté avec les Tectosages le montre. Mais de quelles contrées sont-ils sortis ? Nous ne le pouvons dire, car il n’y a point présentement, que nos sachions, de Trocmes ni de Tolistobogies parmi les nations qui habitent au-delà, au milieu ou en-deçà des Alpes. Il est probable qu’ils disparurent par la suite de fréquentes migrations, comme il est arrivé pour plusieurs autres.

 

[Première version, d’après des historiens inconnus : l’or de Toulouse est en partie l’or de Delphes, en partie un dépôt local].

 

Ainsi l’autre Brennus, celui qui attaqua Delphes, au dire de quelques auteurs, était un Prause. Eh bien, nous ne saurions dire où habitèrent autrefois les Prauses. On dit que les Tectosages faisaient partie de l’expédition contre Delphes, et que les trésors trouvés par le général romain Caepion chez eux, dans la ville de Tolosse, étaient une partie des richesses qui provenaient de ce pillage ; on dit aussi que ces gens-là y avaient ajouté des offrandes tirées de leurs propres maisons, pour les consacrer au Dieu et apaiser sa colère.

 

[Condamnation de Cépion, général romain voleur du trésor sacré]

 

Caepion, pour avoir mis la main sur ces trésors, aurait fini sa vie dans la misère, ayant été rejeté par sa patrie comme sacrilège et ayant laissé pour héritières des filles qui, à ce que rapporte Timagène, condamnées à la prostitution, moururent dans la honte.

 

[Deuxième version : Posidonios, trésor issu en totalité de dépôts locaux, et non pas du pillage du Temple de Delphes. ]

 

La version de Posidonios est plus croyable : suivant lui, les richesses trouvées à Tolosse se montaient à quelque chose comme 15000 talents, tant celles qui avaient été déposées dans les sanctuaires que celles qui avaient été jetées dans les lacs sacrés : c’étaient des matières qui n’avaient reçu aucune façon, de l’or et de l’argent bruts ; le temple de Delphes, en ces temps-là, était déjà dépourvu de pareils trésors, pour avoir été pillé par les Phocidiens pendant la guerre sacrée. S’il y était resté quelque chose, bien d’autres mains se l’étaient partagé. Il n’était pas probable que ces étrangers fussent rentrés sains et saufs dans leur pays, étant tombés après leur retraite de Delphes, dans la misère, et s’étant dispersés, les unes d’un côté, les autres de l’autre, à cause de leurs dissensions. Mais, dit Posidonios et bien d’autres avec  lui, comme la contrée est riche en or, que les habitants y sont superstitieux et n’ont rien de somptueux dans leur genre de vie, il s’était formé en certains endroits des trésors.

 

[Confirmation de la théorie de Posidonios : masses de métal trouvées dans les lacs par les Romains].

 

Les lacs avaient été pour eux des lieux particulièrement sûrs où ils jetaient leur argent et même leur or en lingots. Les Romains donc, s’étant rendus maîtres du pays, vendirent les lacs comme parties du domaine de l’Etat, et plusieurs de ceux qui en avaient acheté y trouvèrent des masses d’argent fondu, en forme de meules. A Tolosse, le temple était sacro-saint, profondément vénéré des peuples d’alentour : de là les richesses qui s’y étaient accumulées, en raison du grand nombre des offrandes et de la crainte qui empêchait d’y toucher.


 

 

 

Source de l’illustration.

 


- Prise du Temple de Delphes par les Gaulois
(avec apparition du Dieu Apollon qui les maudit). Huile sur toile d’Augustin Cornet, XIXe s., musée de Riom.  

- Passage des Tectosages d’Europe en Asie, gravure sur cuivre (dessin de Cazes, gravé par Cochin) Musée Paul-Dupuy, Toulouse.

Lien.

L'or de Toulouse: la légende.

Partager cet article

Repost 0

commentaires