Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 13:34



Un article précédent a déjà évoqué quelques légendes relatives au pavillon dit d'Adélaïde, à Burlats (Sidobre-Tarn). Cette maison romane fut construite vers le milieu du XIIe siècle  par les Trencavel, vicomtes de Béziers avant la Croisade contre les Albigeois. Parlons maintenant des beautés de l'architecture de cette demeure...

Aspect général.

Il est un peu trappu, ce pavillon... Il faut se souvenir qu'il faisait partie d'un ensemble fortifié, le château construit par les Trencavel, même si par ailleurs il devait aussi faire office de résidence luxueuse. Il s'élevait d'ailleurs autrefois à l'extérieur d'une enceinte aujourd'hui disparue. De ce fait, pour des motifs de sécurité, le niveau inférieur était aveugle (sans fenêtres).

Le pavillon forme un quadrilatère, presque un rectangle, de 15 mètres sur huit environ. Témoignage de l'ancienne vocation guerrière, le deuxième niveau comporte encore, sur la face nord, une meurtrière. Sa présence permet de penser que le deuxième niveau avait une fonction défensive.

La salle de prestige (troisième niveau).

Le troisième niveau, avec ses baies romanes géminées fort harmonieuses, comportait sans doute une salle unique. Il s'ouvre de cinq baies magnifiques, ornées de chapiteaux sculptés. Là devaient se trouver les appartements des Trencavel, et peut-être même de la mystérieuse Adélaïde, si elle vécut bien ici comme le rapporte la tradition.

La salle fut plusieurs fois remaniée, puisqu'on y trouve une porte surélevée caractéristique de l'architecture du XIIIe siècle (l'ensemble de la demeure remontant au milieu du XIIe siècle). Cette porte  donne sur une chicane et rappelle, par son linteau, la porte de la Palabre à Montségur (voir photo ci-dessous).


On trouve sur les chapiteaux sculptés une ménagerie fantastique, qui parcourt tous les échelons des vices humains, du règne animal, et même du surnaturel : diablotins, poissons, coquilles, animaux forestiers... Evoquons quelques-uns des plus beaux. 

La ménagerie des vices. 


D'abord, motif que l'on trouve aussi dans les églises romanes, le mauvais riche ou l'avare (ci-contre). Il porte sa bourse suspendue autour du cou à l'aide d'une corde, et est entouré généralement de démons... Ici, il est accompagné d'une sorte de chimère hideuse. Sur une autre fenêtre, c'est le lâche qui est symbolisé par un lièvre qui prend la fuite... 
 

Daniel.

Bien sûr, la pensée médiévale, profondément religieuse, a apposé son empreinte ici. On trouve une scène de l'ancien testament: le prophète Daniel jeté dans la fosse aux lions, sur ordre du roi de Babylone Nabuchodonosor. Le prophète porte une sorte de turban, ce qui lui donne passablement l'air oriental... Il est entouré, bien sûr, par les redoutables félins, représentés de manière assez hiératique, avec un cou démensuré.

Un peu de fantaisie.

Mais foin de sérieux, on trouve aussi d'autres motifs décoratifs très bien sculptés et fort amusants. Notamment, à deux endroits, de gros chats. Ceux-ci portent dans leur gueule des poissons, ou tirent une langue démesurée... On sourit devant la manière à la fois simple et efficace de l'artiste, qui a voulu suggérer ainsi la rapacité et l'espièglerie de ces beaux Raminagrobis !  

Bref... 

Les spécialistes ont conclu, à l'examen de cette décoration, qu'il n'existe pas de thématique propre à l'architecture domestique romane. Le mauvais riche, Daniel se retrouvent sur les églises, de même que l'étonnante ménagerie d'aigles et de lions... 

Ce qui est frappant, c'est la maestria de l'exécution, qui éclate dans une comparaison avec la collégiale romane voisine... On a affaire ici à des maîtres de la sculpture romane.

Le pavillon est aujourd'hui un lieu d'exposition pour l'art contemporain... Un choix criticable peut-être, mais qui à mon avis a le mérite de permettre de visiter le lieu, et de tracer comme une continuité entre l'art du passé et celui du présent.


Bibliographie.

Actes du colloque Jean Cabanot, 14e congrès archéologique de France, 1982.

Article sur le pavillon, de vieilles photos et la légende d'Adélaïde.

Partager cet article

Repost 0
Abellion le Polygraphe - dans Lieux médiévaux
commenter cet article

commentaires

Uline 15/09/2008 13:38

Certes, c'est une belle demeure, mais ce que j'aimerais voir reconstituée c'est une demeure de gens simples, petits commerçants des villes, ou des gros bourgs voire quelques demeures de campagne ...au travers des inventaires après décès ... ce n'est pas la même chose ...

Abellion le Polygraphe 16/09/2008 07:36


Ce serait effectivement passionnant. De telles reconstitutions existent parfois, notamment pour la période gauloise, romaine... Je ne sais pas s'il y en a tant pour le
Moyen-âge et la Renaissance.


Fardoise 23/08/2008 02:04

Intéressant édifice, les maisons romanes sont rares et surtout celles possédant une iconographie. Il semble bien en effet que les thèmes ne soient pas différent de ceux des édifices religieux.
Pour ce qui est de l'art contemporain, je pense que dans un lieu pareil il doit se soumettre au lieu, il doit y avoir un dialogue pour que cela fonctionne. Il faut donc que les artistes aient une vraie démarche et fassent l'effort de comprendre le lieu, les artistes ou tout au moins les organisateurs des expositions. Ce que j'en vois sur les photographies tendrait à prouver que ce n'est pas le cas. Et art contemporain est un concept plutôt flou.

Abellion le Polygraphe 23/08/2008 08:41


Oui, les conclusions des archéologues allaient aussi dans ce sens-là: il semble que la sculpture romane n'ait pas eu de thèmes strictement "civils", mais qu'ils sont communs à l'art qui s'exprime
dans les édifices religieux.

Pour ce qui est de l'art contemporain, il me semble effectivement qu'aucune démarche n'a été faite par les artistes exposés en direction de la nature du lieu et de ses caractéristiques. C'est
effectivement bien dommage... Mais savaient-ils seulement qu'ils seraient exposés là ?  Vous savez, Burlats n'est pas une métropole culturelle comme Avignon !

Selon moi, encore une fois, ces vieux édifices malmenés par le temps, comme les églises, justaposent retables baroques et chapiteaux romans et statues sulpiciennes... L'eclectisme, parfois en
ce qu'il a de choquant, est inscrit dans la destinée des bâtisses. Et cela me choque moins aussi quand l'expo est temporaire.

Surtout, s'il n'y avait pas cet expo, je pense que le bâtiment serait tout simplement fermé... Elle a au moins le mérité d'exister pour cela ! Et pour donner un espace d'expression aux artistes
locaux.


Mouneluna 22/08/2008 14:35

que de beauté !!!
c'est toujours un émerveillement de voir ces photos et de lire ton récit.
bien a toi
Moune

Abellion le Polygraphe 22/08/2008 14:49


Merci surtout à toi de tes nombreux encouragements et réaction, qui font toujours plaisir ! A très bientôt !


fée des agrumes 22/08/2008 14:18

C'est beau !
cela me ramène vers des livres non encore lus sur l'art du Moyen âge.. ( Focillon)

Abellion le Polygraphe 22/08/2008 14:48


Oui !Il ya aussi les livres de Baltrusaitis, qui fut élève de Focillon, et commit lui-même pas mal de livres très pointus sur la question...


fée des agrumes 22/08/2008 14:14

je voyage ... j'aime les vieilles pierres. peut être qu'un jour, je visiterai cette région dont tu parles guidée par tes articles.. merveilleuse perspective.
Plus précisément, ces sculptures étaient elles repeintes?
les architectures connues épurées actuellement ont été très bariolées en leur temps.Souvent surprenant. je suis curieuse

Abellion le Polygraphe 22/08/2008 14:47


Oui, en beaucoup d'endroits, les sculptures romanes étaient peinte. En particulier, au pavillon d'Adélaïde, il existe un chapiteau sans scultpure dont les archéologues pensent qu'il était peint
autrefois.