Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 21:01

Depuis plus d'un siècle, les archéologues ont découvert dans les Pyrénées centrales (Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées) de nombreuses sculptures gravées dans le marbre local, après la conquête romaine. La récente exposition du Musée Saint-Raymond à Toulouse nous propose d'entrer dans cet univers des marbres sculptés du début de notre ère...

Pour la plupart, il s'agit d'autels très simples dédiés à des divinités ; parfois, l'autel est plus élaboré et comporte une représentation de divinité. Parfois encore la divinité est représentée seule (bas-relief ou stèle). Ces vestiges divers nous apprenent beaucoup sur les croyances et les société pyrénéenes d'après la conquête romaine.

Faisons donc un détour dans les croyances de Pyrénées païennes, avant l'avènement du Christianisme... 



 Un autel votif, qu'es aco ?

C'est une offrande faite par un individu, ou un groupe, à une divinité donné, sous la forme d'un petit bloc de marbre sculpté (cf ci-contre, un autel votif provenant du pays basque, similaire à ceux des Pyrénées centrales présentés dans l'expo).
 
Il est composé de trois parties: un couronnement sculpté parfois surmonté d'un "coussin", un corps où figure l'inscription dédicatoire à une divinité et le nom du dédicataire ("champ épigraphique"), et une base (socle). Le tout était sculpté directement dans un bloc de marbre par un artisan spécialisé.

La pratique de dédier ces autels était fort répandue sous l'occupation romaine, si bien que l'on compte, dans l'ancienne région de Lugdunum des Convènes (St Bertrand de Comminges à l'époque romaine) pas moins de 600 autels votifs, et autant d'objets divers (sarcophages, auges cinéraires) sculptés dans le marbre local. 

Le marbre,  industrie locale.

En comparaison, les bassins voisins du Salat et de l'Adour n'ont livré qu'une trentaine de vestiges  d'autels ! Les archéologues pensent que, dans le haut bassin de la Garonne, il y a eu une dynamique économique incroyables, une "culture de la pierre", sans égale dans les Pyrénées.

Il y a aussi des raisons symboliques. le marbre représente l'éternité, la perennité des offrandes aux dieux, comme du souvenir des morts.

La vie des marbriers à l'époque romaine.

D'après des inscriptions de l'époque (seul document historique disponible), on distinguait les officinatores (entrepreneurs) et les marmorarii, les ouvriers spécialisés dans la taille des pierres. Leur dieu était Erriape, sans doute un dieu des carrières.

Ainsi, dans la carrière de Rapp, à St-Béat (31), on a trouvé pas moins de 40 autels consacrés à Erriape !

Les marbriers utilisaient, à l'image des sculpteurs sur pierre d'aujourd'hui, des massettes en fer et des ciseaux de différentes formes, comme en attestent les traces laissées sur les blocs sculptés.


La religion romaine. 

Contrairement à la religion chrétienne, finalement tournée vers l'individu, la religion romaine mettait l'accent sur la vie harmonieuse de la société "ici-bas". C'est pourquoi les offrandes n'étaient pas seulement le fait d'individus, mais aussi de communautés entières. 

On ne disait pas encore "tu" à Dieu... La religion consistait à fournir une bonne offrande au bon dieu, dans les respect des convenances, pour qu'il vous soit propice le moment opportun... 
 
Et pour se rendre un dieu favorable, rien de tel que le sacrifice, bien sûr ! Sa nature et son déroulement étaient extrêmement codifiés. Ainsi, dans le cadre du sacrifice d'un animal, le sexe de la bête, la couleur du pelage étaient prévus par les règlements. L'animal était immolé, en public ou en privé, une partie de sa viande pouvant être consommée dans un banquet rituel


L'autel votif, signe d'une offrande.

 
C'est le signe, le souvenir du sacrifice qui a été accompli. Il porte le nom du dieu, le nom de celui qui a offert le sacrifice, et la formule VSLM, qui signifie littéralement : " (Untel) s'est acquitté de son voeu de bon gré et avec reconnaissance". 

Sur les côtés du vase, on voyait parfois un guttus (vase) et une patère (sorte de plat), en mémoire du rituel qui consistait à verser dans la patère, à l'aide du guttus, une libation (de vin ou de lait) en l'honneur du dieu. 

Parfois même, l'autel était la seule offrande, sans qu'il y ait eu de sacrifice.  

Quelle société ?

Mais ceux qui offraient ces autels, qui étaient-ils ? quelle société derrière ces sacrifices ?

Il y avait d'abord les esclaves, qui faisaient suivre leur nom de la lettre S. (servus).

Les hommes libres se distinguaient en plusieurs catégories: hommes libres, esclaves affranchis (liberti), et membres des grandes familles portant les trois noms, prénom, gentilice (nom de famille) et surnom (ex: Marcus Tullius Cicero).

Ce sont les gentilices les plus intéressants à étudier. E effet, les habitants de la région utilisaient des surnoms qui étaient soit latin (par exemple Fortunatus), soit issus de l'ancienne langue aquitaine de l'époque, qui n'est pas sans rapports avec le basque actuel (Siricon, Anderitia).

Parfois, c'était une communauté entière qui dédait un autel: les Conferani, les Consorani, les pagani ferrarienses ( "habitants du canton des mines de fer").  



Les dieux.

Quels étaient-ils ? Pour résumer rapidement, on peut dire que les urbains adoraient les divinités de l'occupant (romaines), tandis que, dans les coins plus excentrés, ont vénérait encore les divinités pré-romaines. Pour autant, certaines divinités romaines en raport avec la nature (Diane, Sylvain, les montagnes) ont été adoptés dans les campagnes.

Les divinités romaines sont celles bien connues de la mythologie : Jupiter, les Nymphes, Mars....

Les divinités aquitaines ne nous sont connues que par leurs noms : Abellio, Lahe, Edelat, Ilixo, Xuban (une quarantaine de noms sont recensés). Plusieurs noms de ces dieux ont pu être transposés en latin par la suite.

Trois objets majeurs de l'expo.

Autel à Abellio.



Abellio est un dieu connu par plus de dix insciptions: un record pour les dieux locaux ! Ici, un autel avec une représentation en buste, très rare.

Stèle à Sutugius.


Une divinité locale représentée en guerrier, et assimilée au dieu romain Mars.

Bas-relief funéraire d'Attis.



La plus belle pièce de l'exposition à mes yeux... Tout le monde connaît la légende d'Attis ou Adonis, compagnon de Cybèle mort dans la fleur de l'âge, après avoir été émasculé (on peut faire le parallèle avec la légende de Vénus et Adonis). Le mythe représente la mort et la renaissance de la nature.

Bref.
L'archéologie amène au rève par la reconstitution du passé qu'elle nous offre, ainsi que la beauté de ces vestiges où les canons de l'art romain "officiel" sont interprétés par le talent des artistes locaux...

Liens.
Un autre de mes articles sur les dieux pyrénéens.

Infos.
Exposition "Marbres, hommes et dieux", Musée St-Raymond, Toulouse.
Les photos des objets de l'exposition sont extraites du livret.

Partager cet article

Repost 0
Abellion le Polygraphe - dans Lieux antiques
commenter cet article

commentaires

c.douceur 02/09/2008 10:39

Mais, MAIS, Abellion, où se cache votre sérieux légendaire???
Une toute petite réserve, cependant: les femmes adorent qu'on les déshabille, très longement...(Ma parole, que dis-je là!)
Cécile

Abellion le Polygraphe 02/09/2008 10:40



Bien noté ! Je mettrai le conseil en application !



c.douceur 02/09/2008 09:36

Abellion très cher, en réponse à votre dernier com chez moi; vous êtes adorable, il n'y en a pas 2 comme vous!

En fait, je vous demandais si réellement les hommes aimaient que...leurs FEMMES portent des strings!
La réponse est;...

Abellion le Polygraphe 02/09/2008 10:28


Moi, je préfère la nudité intégrale ! ;-) Je ne suis pas du tout branché lingerie.


c.douceur 01/09/2008 18:57

Les prêtres de Cybèle s'émasculaient?
Pourriez-vous nous dire vers quelle époque de l'empire romain se pratiquaient des choses qui me semblent bien loin de la mythologie romaine, (du moins celle que je connais?)

Abellion le Polygraphe 02/09/2008 08:21


Oui, absolument. On les appelait les Galles. Je n'ai pas d'info détaillée sur la date de l'importation du culte à Rome, mais il venait d'Orient, comme par exemple le culte de Mithra. Je peux
chercher si vous voulez.
Ils s'émasculaient avec un tesson de poterie. Le but de ce rite était sans doute de reproduire la blessure d'Attis, compagnon de Cybèle.


c.douceur 30/08/2008 18:38

Moi aussi, cet autel d'Attis me touche beaucoup, par son art naïf et sa simplicité triste.
Ah, ah, cher Abellion, enfin une représentation de vous???
Et quand nous parlerez-vous de la déesse Bélisama? (j'espère ne pas avoir manqué un article...); hein? Dites, par Bélénos...

Abellion le Polygraphe 31/08/2008 22:40


Ah ! si l'autel d'Abellion est une représentation de moi, elle est sans doute bien idéalisée !!!
Bélisama, il faut que je me documente... Je ne sais pas si on sait grand chose sur elle. Mais je projette un article sur les légendes et croyances autour des personnages "sacrés" féminins dans
les Pyrénées.  


L'Innocente 30/08/2008 12:03

A chacun de mes passages, je savoure ces lieux, ces petits bouts d'histoire ignorée.
Merci

Abellion le Polygraphe 31/08/2008 22:45


Merci Innocente, moi aussi j'aime bien traîner sur votre blog plein de sincérité et de fraîcheur ! A très bientôt sur la blogosphère, Abellion.