Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 22:29

 

 Qui songerait qu’il existe, en pleine campagne tarnaise, près de Lempaut, un vrai manoir de féerie ? Forteresse médiévale restaurée à la fin de la Renaissance, il présente sur ses façades un bestiaire fantastique taillé dans la pierre : cariatides, masques grimaçants, satyres ricanants…

 


A la découverte d’une demeure chargée d’histoire, et qui respire encore un air maniériste. Celui d’un univers raffiné et marqué par les ravages de guerres de religion, contemporain du dernier Ronsard, de Shakespeare et d'Agrippa d’Aubigné...

 

A la découverte d'une période où l'art traduisait l'image d'un univers en perpétuel mouvement et métamorphose, entre animé et inanimé, humain, animal et végétal...

La façade.

 

Comme souvent dans le toulousain, elle est de brique : seuls les encadrements des portes et fenêtres sont en pierre sculptée. Les tours massives rappellent la fonction défensive originelle de l’édifice. Elles ont été équipées de bouches à feu, permettant de tirer à l'arquebuse.




Ce qui détonne par rapport à d'autres édifices de la Renaissance, c’est que l’espacement entre le fenêtres est irrégulier, et que la façade principale n’offre pas de principe de symétrie. De même, il n’a aucune cohérence apparente entre les décorations des fenêtres. Fantaisie d’artiste ou nécessité du lieu ? Je n’en sais pas plus.

 


Les fenêtres.

 

Les fenêtres offrent un riche répertoire décoratif.


Les fenêtres des côtés de l’édifice sont les plus simples. Elles n’ont pas de croisées, et reposent sur des consoles ornées d’un visage : ici, une femme et un homme barbu, dans la force de l’âge.

 

-les fenêtres de la façade.


Ce sont des fenêtres à meneaux, dont les croisées de pierres sont richement ornées.

 

Les croisées verticales portent des sortes de cariatides. Dans un style maniériste, ce sont généralement des personnages monstrueux.



Ainsi, on peut remarquer une magnifique représentantion de femme habillée à l’antique, dont le corps finit en une queue de serpent entrelacée d’une sorte de motif végétal. Elle porte sur sa tête un petit chapiteau corinthien (ci-dessous).



Ailleurs, un satyre ricanant et barbu, dénué de bras. Ses pattes de chèvres sont croisés, et il arbore avec impudeur certain avantage anatomique...    

 

Les croisées horizontales présentent elles aussi des ornements très variés. Ils sont parfois végétaux (pignes de pins, ci-dessous), décoratifs (oves et dards), ou animaux (dragons, serpents).  

 

La plus belle des fenêtres sculptées.

 

C’est la plus chargée de tout l’édifice sans doute ; elle est entourée à gauche et à droite de pilastres qui présentent une succession de petits motifs : soleils, lunes, masques, têtes de lion, cartouches.

 

En haut des pilastres, des consoles sont décorées de deux visages barbus.

 

Sur l’entablement, deux petits anges et des rinceaux (motifs végétaux).

 

Sur la croisée verticale, deux cariatides, dont l’une est une sorte d’Hermès féminin : c’est femme sans bras, dont le bas du corps s’engonce dans une gaine, faite d’un motif végétal (ci-dessous).

 

La croisée horizontale présente une frise faite d’oves et de dards, qui se finit de chaque côté par des volutes.

 

Au-dessus de la fenêtre, un fronton en saillie présente un écu dont le motif a été abîmé, mais qui semble représenter un quadrupède. 

 

 

 

La porte.

 

C’est une porte monumentale en plein-cintre, qui rappelle les arts de triomphe antiques. Elle est entourée de pilastres aux chapiteaux corinthiens, dont les feuilles d’acanthe sont délicatement sculptées. Comme sur les fenêtres, l’entrablement est orné de rinceaux et de deux mascarons barbus et grimaçants.


Les inscriptions.


 


Elles sont étonnantes. On lit près de la porte le nom du château : Padiès. Les plus étonnantes, ce sont celles qui mentionnent des prénoms féminins : Vive Annette, Vive Marianne, Vive Lisimène. Ont-elles été gravées là par des soldats, en hommage à des jeunes filles peu farouches du voisinage, ou en souvenir de leurs fiancées ? Le nom de Lisimène pourrait venir d’un roman de Madeleine de Scudéry, mais il est mentionné dans d’autres œuvres littéraires du XVIIe et du XVIIIe siècles. Etait-ce le nom de parnasse (pseudonyme) d’une demoiselle, dame ou courtisane du temps jadis ?



 

Histoire de la demeure.

 

Je n’ai pour l’instant ni une documentation fouillée, ni le temps de faire les recherches alors je vous livre 2-3 éléments grappillés à droite et à gauche.

Le premier château fut construit au XIIIe siècle. Il fut brûlé pendant les guerres de religion et restauré en 1617 (Jean Roques, Guide du Tarn).




D’après le site très bien fait par les propriétaires actuels : durant les guerres de religion la famille de Padiès était catholique, et fut assiégée par les Huguenots du bourg de Puylaurens, tout proche. Le maître du château préféra se faire sauter sur un baril de poudre, plutôt que de se rendre. Sa femme et son fils furent conduits à Puylaurens, où ils devinrent protestants. Ce fut ce fils qui rebâtit Padiès dans sa forme actuelle. Le château resta dans la famille jusqu’au début du XIXe siècle.

 
Padiès aujourd’hui.

 

Magnifiquement restauré par ses propriétaires actuels, le château est au cœur d’un projet paysager, et sert aussi de résidence d’artistes. Je vous engage à faire un tour sur le site officiel, très bien fait, et sur le blog du château.

Encore bravo à ces propriétaires passionnés pour avoir rendu la vie à Padiès ! Leur talent a d'ailleurs été recompensé par un prix, il y a quelques années.

P.S.

Je remercie Elaine Merkus, la propriétaire, pour le gentil commentaire qu'elle a bien voulu laisser sur cet article. Je vous invite à découvrir les propriétaires de Padiès, leur art de vivre et leur projets passionnants sur le reportage que France 3 leur a consacré : cliquez ici pour le voir (une fois sur le site de l'émission, cliquez sur 22 novembre pour accéder à la vidéo). 

Avec eux, Padiès est en passe de devenir un haut lieu culturel.

Dans ce reportage, vous découvrirez aussi Patrick Garrido, le tailleur de pierres qui a restauré les façades de Padiès. Vous aurez aussi un aperçu des beaux intérieurs.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

CATH 25/06/2013 15:45

Nous sommes allés voir ce ''château'' le 21/06/2013. Difficile a trouvé car mal indiqué. Arrivé devant les extérieurs sont sales, difficiles d’accès, non entretenus. La porte d'entrée était ouverte, mais personne pour nous accueillir. Enfin nous avons vu un homme, nous l'avons salué, mais il n'a pas daigné nus répondre et nous a laissé devant la porte. Nous sommes repartis très déçus avec l'intention de ne pas faire de publicité pour aller visiter ce château.

Abellion 14/07/2013 06:30

Je regrette infiniment. Les propriétaires sont pourtant tout à fait aimables, ils ont même transformé le château en résidence d'artistes. Peut-être avez-vous croisé un étranger ? Tentez votre chance une autre fois, le château est vraiment magique. Allez-y à l'occasion d'un événement culturel qui y serait programmé, il y en a souvent !
Cordialement.

Elaine Merkus 25/11/2008 18:33

hello,

I am delighted with your reportage on Padiès. The photos are quite beautiful - I'd just like to know when you took them? did we know you were here?

anyway - are you aware of the "carnets du sud" featuring Padiès? : http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=m31a_cds (click on samedi 22 novembre) the images of the fenetres à meneau are pretty good too - and Patrick Garido who worked on the façades has a little to say about them.

kind regards

Elaine

Abellion 25/11/2008 20:47



Thank you Elaine for your kind commentary. I am very proud you enjoyed the article.


I took the photos on a Friday afternoon last october. I had seen on your site it was possible to visit on Friday afternoons-but when I rang at the door, nobody answered. Anyway, a big,
beautiful and adorable dog welcome me ! So I made a few photos before leaving, I hope you will not resent me for that. I always let the possibility for the proprietaries to remove the
photos if they want to (as I have written in the article).  


I like your house and Renaissance and Baroque architecture in general ; I am originary of the Lauragais region, not far form Lempaut.  And I wish to congratulate you about the way you
restored magnificently the house ! Few proprietaries manage to bring back a old house to life, as you did with Padiès.


I thank you for the TV link about Padies. I have liked to hear Patrick Garido speaking. And your ideas about a permanent agriculture are vey interesting.


Best regards.  



sophie 24/11/2008 00:43

magnifique manoir, merci de nous le faire découvrir,les lunes sculptées me "disent" quelque chose, je vais fouiller mais j en ai vu ailleurs!

Abellion 24/11/2008 07:00


Si vous trouvez la solution, n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire. Merci.


fée des agrumes 24/10/2008 09:26

J'ai fait trop vite pour ajouter le ps !!
désolée.. :p

Abellion 24/10/2008 09:50


Mais vous êtes toute pardonnée...


fée des agrumes 23/10/2008 13:14

ps:
produire un son ce n'est pas parler et encore moins communiquer; le langage est sonore mais aussi muet, par le corps.
le langage nécessite la relation à l'autre.
Je pense aux sourds-muets qui ont été considérés idiots pendant des siècles alors qu'ils leur manquait simplement un moyen de communication autre que verbal. En relation avec d'autres au moment clé, ils sont parfaitement capables de communiquer. Un autre sans problème physique mais carencé relationnellement à cet instant n'apprendra jamais à parler.
Il me semblait important de faire la part des choses craignant de m'être mal exprimée auparavant

Abellion 23/10/2008 15:21



Importante distinction ! Merci de ce souci de clarté nécessaire. Je renvoie à l'article sur Victor pour ce com.