Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 22:22


En Ariège, sur le route de l'Andorre se trouve le petit village de Mérens. Plusieurs centaines de mètres au-dessus de celui-ci, dans la montagne, une étrange église ruinée en pleine campagne, avec son cimetière.

Le lieu est grandiose, plein d'une âpre beauté. L'architecture de l'édifice est simple et majestueuse, et le clocher se dresse au milieu de beaux sommets enneigés, en cette saison hivernale.

Quel est le mystère de cette église, construite là puis détruite et abandonnée ?

Une église du premier art roman.



L'église de Mérens est signalée dans les textes dès le Xe siècle, comme dépendance de la lointaine abbaye audoise de Lagrasse. L'analyse du style de l'édifice montre qu'elle fut sans doute construite à cette époque (X-XIe siècles ?). Les caractéristiques du premier art roman y sont en effet bien visibles:

-nef unique qui n'était pas voûtée de pierre, mais était recouverte d'une charpente aujourd'hui disparue. Elle mesure tout de même 17 mètres sur 8, ce qui est impressionnant pour une église située à flanc de côteau, du moins à mes yeux... Le mur sud a été renforcé de deux contreforts.


-clocher massif, avec des baies géminées (doubles) ; le dernier étage seulement montre des bandes lombardes, ces sortes de motifs en feston ou en arcature typiques du premier style roman.




-abside semi-circulaire avec ses absidioles. l'abside et les absidioles furent ajoutées dans un deuxième temps, lorsqu'on suréleva la nef. Abside et absidioles sont voûtées en cul-de-four.


Partout comme on peut le voir, un appareil de pierres assez grossier, de simples moellons, point de pierre de taille. D'après Marcel Durliat, ce style roman simple et efficace était venu du sud, notamment de l'Andorre où s'étaient élevés de magnifiques édifices à cette époque (nous en reparlerons sur ce blog).

Des tombes simples et émouvantes.

L'église était là pour les vivants, mais aussi pour les morts. Tout autour d'elle, on voit de modestes tombes, aux simples croix de fer. Elles portent le nom des anciens paroissiens de Mérens, et datent du XIXe siècle...


La destruction de l'église.

Quant et comment cette église fut-elle détruite et abandonnée ? C'est une histoire qui remonte aux jours anciens de l'époque napoléonienne.



Jusqu'en 1811, il faut se figurer que cette église, dédiée à saint Pierre, était entourée des maisons du village de Mérens. Le 19 octobre de cette année, des troupes du général espagnol Villamil pénétrèrent en Ariège, mirent le feu à Mérens-le-vieux. Les habitants reconstruisirent par la suite le village dans la vallée.

C'est alors que l'ancienne église fut abandonnée à la rigueur des hivers ariégeois. Ce n'est que dans les années 1970 que les Monuments historiques, sous la direction de Bernard Voinchet, ont dégagé et consolidé les quelques murs restants.


En bref.

Alors, la prochaine fois que des Espagnols vous parlent du vandalisme de Napoléon dans leur pays, racontez-leur l'histoire de la petite église de Mérens...

Ses murs se dressent encore face à la montagne enneigée, peut-être encore pour des millénaires, qui sait...




Sources

Collectif, Pyrénées romanes, Zodiaque.  
Agnès Jacquet, Connaître l'art roman en Ariège, Sud-Ouest 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ourson 11/12/2009 10:08


Même si le dernier commentaire date de presque un an maintenant, je me permets d'ajouter un commentaire sur cette église ruinée. Elle est magnifique.

En fonction de la luminosité, du couvert nuageux, elle apparaît tantôt inquiétante, lugubre avec ses vieilles croix rouillées tantôt écrasée de fatigue lorsque le soleil est haut en plein été.

C'est dans ce petit cimetière que j'ai vu la plus veille tombe pas encore reléguée. Je ne me souviens plus avec exactitude mais il s'agissait de la sépulture d'une personne morte peu avant la
Révolution vers 70 ou 80 ans. Bref quelqu'un né au début du XVIII ème siècle...De nos jours ce n'est pas si courant de rencontrer de si vieilles tombes d'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une
famille noble mais bien au contraire d'une personne humble.


Abellion 11/12/2009 12:16


Ces croix avaient attiré mon attention lors de ma visite, et je n'avais pu m'empêcher de les prendre en photos. Et si je l'avais fait, c'était justement, comme vous, en songeant à nos ancêtres sans
titre et sans grade qui avaient vécu et étaient morts à Mérens. La tombe que vous avez trouvée est vraiment émouvante.

Elle montre aussi que, contrairement à ce que l'on croit souvent, on pouvait vivre âgé sous l'ancien régime, du moment que l'on avait échappé aux maladies et à la mortalité infantile.

Merci pour ce beau témoignage.  


loula 31/12/2008 18:05

merci pour ces photos.... elles sont superbes... et j'aimerai bien lorsque nous prenons la route pour l'Andoree visiter ce village et cette petite église...quand je pense à toutes ces églises qui sont détruites en France car trop coûteuses pour l'entretien et disparition des fidèles !!!! Bonne année 2009... et à bientôt

Abellion 01/01/2009 19:24


Arrêtez-vous donc pour visiter l'église, la prochaine fois... Vous ne le regretterez pas, je peux vous l'assurer. Quant aux Eglises, c'est vrai que beaucoup de communes ont tendance à la
faire disparaître au profit des boulodromes et autres projets susceptibles de drainer des électeurs... Mais il y a aussi des mairies et des associations qui se battent pour sauvegarder ce
patrimoine. Si l'on regarde l'histoire, on peut nuancer le pessimisme ambiant: il y a eu des phases de construction d'Eglise (ère romane, baroque, XIXe siècle) et d'autre où on les détruisait à
tour de bras (guerres de religion, Révolution). Beaucoup sont pourtant toujours là, consolidées et préservées par des gens qui se mobilisent.  Quelle émotion de visiter un édifice
construit il y a 1000 ans !


fée des agrumes 29/12/2008 11:57

Non loin de chez ma mère, il y a des étangs et près de ces étangs une petite pancarte.
Elle indique qu'il y a quelques siècles était un village en ces lieux.
Aujourd'hui disparu, il n'en reste absolument rien. pas même une église.
Grand merci à l'archéologie aérienne qui nous permet de revoir des routes, des villae, des villages, des fortifications et autres constructions humaines disparues de la surface.
Cette église est une rescapée de vies passées.

Abellion 29/12/2008 20:59


Ces églises de villages ont émouvantes, parce qu'elles sont la trace de communautés soudées et disparues. Traces visibles, traces que l'archéologie nous révèle... C'est toute la fragilité et la
grandeur de l'humain qui se révèle dans ces modestes témoignages. La beauté de ces croix de fer est aussi frappante, en ce qu'elle nous fait effleurer des individualités.


mouneluna 24/12/2008 11:11

je trouve sa pureté de style trés émouvante. et le site autour d'elle magnifique.
Vive Noel

Bisou
Moune

Abellion 24/12/2008 12:11


Oui, cela m'a frappé aussi, cette sobriété. Une architecture purement focntionnelle, qui nous frappe par son dépouillement. Ce qui est étonnant aussi, c'est que jadis l'intérieur, et même
l'extérieur de ces églises romanes était peint, et elles devaient avoir alors un tout autre aspect...


Tarambana 24/12/2008 06:25

Vivant, bien agencé, intéressant ... Bon Noël ... José

Abellion 24/12/2008 08:47


J'aime beaucoup le vôtre aussi, que me mets en lien de ce pas ! Merci de votre visite.