Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 18:05



Cette histoire se passe dans une ère sombre. Une période de terreur... Le monde était alors dominé par de sinistres repaires de brigands sans foi ni loi.

Dans la région de Lacaune vivait Etbert d'Estouges. On disait qu'il était comte, mais il avait depuis longtemps abandonné toute idée de noblesse. C'était un bandit sanguinaire, qui se plaisait dans le vol, le meurtre et la désolation.

On ne le connaissait plus que sous le nom de "Comte rouge".

Mainte vieille décharné, maint père de famille avait succombé sous son glaive maculé de sang innocent, ou sous les coups des fieffés coquins qui lui servaient de compagnons.  

Les imprécations des victimes d'Etbert montaient jusqu'aux oreilles divines. Tant de crimes allaient-ils restaient impunis ? Ou la justice allait-elle enfin être rendue contre le diabolique bandit ?

C'était le premier dimanche de l'Avent. Les premières neiges étaient tombées. Dans le vieux moustier, les pauvres paysans frigorifiés allaient chercher un peu de réconfort, au plus froid de l'hiver.

Soudain, un bruit de cavalcade : c'est Etbert et ses hommes qui surgissent derrière un talus, au galop. Ils sont précédés par d'imposants molosses musculeux et écumants. En voyant les pauvres gens qui se rendaient à l'Eglise, Elbert partit d'un éclat de rire tonitruant, plein de mépris, et lança son destrier sombre comme la nuit vers la montagne...
Le comte rouge partait à la chasse.

Quelques minutes plus tard retentit un bruit tonitruant. Le tonnerre n'avait jamais frappé aussi fort, même au coeur de l'été. A la place d'Etbert et de ses chasseurs, comme volatilisés par un éclair, se tenait un énorme gouffre qui s'était ouvert comme par enchantement sous les sabots de leurs chevaux.

Depuis, on raconte dans la région de Lacaune une étrange histoire. Si vous allez le premier dimanche de l'avent, près de l'Aven de Bassevergne, vous entendez distinctement les cris d'Etbert, de ses compagnons et de leurs chiens, condamnés à chasser une proie invisible, jusqu'à la consommation des siècles.

***

Quelques commentaires. 

Cette légende est librement réécrite par moi, d'après le poème de Léon Bouisset dans ses Légendes des Monts de Lacaune

Des enquêtes orales récentes, menées par le groupe de la Talvera, ont montré que la légende d'Etbert d'Estouge, racontée par Bouisset, avait été élaborée à partir d'une tradition populaire encore vivace aujourd'hui. 

"Il y a le trou de l'aven comme on l'appelle là à Bassevergne. Il y a un grand trou au milieu d'un terrain et soi-disant que c'était un seigneur qui était allé à la chasse un jour de..., un dimanche, je ne sais pas de quelle fête... Je ne m'en rappelle plus très bien maintenant. Je ne sais pas si ce n'était pas le jour de l'Avent. La terre s'ouvrit et s'engloutit soi-disant. Ce trou s'est ouvert pour les punir et tous furent engloutis là dedans. C'est un grand trou de forme arrondie". 

L'histoire d'Etbert se place dans la lignée de celle des chasseurs maudits, bien représentés dans toute la France. Le déroulement de l'histoire est stéréotypé: un seigneur refuse d'aller à la messe ou la quitte en plein milieu, pour aller chasser. Il est condamné pour cela à chasser perpétuellement. Souvent, c'est le roi Arthur qui est le personnage principal de cette histoire, comme en témoigne par exemple le Trésor des antiquités gauloises du castrais Pierre Borel (XVIIe siècle).

Certains de ces chasseurs maudits s'appellent Rébert ou Robert, ce qui n'est pas loin du nom d'Etbert, le chasseur maudit de Lacaune. Selon les endroits, la chasse maudite elle-même est appellée "Chasse Galleri" ou "Charroye".

Souvent, la scène a lieu à Pâques. Mais dans beaucoup de versions du conte, c'est lors de la période de l'avent, voir à Noël même que le chasseur maudit pèche et est condamnée à l'errance perpétuelle. 

Evidemment, la leçon de ces légendes semble très simple. L'Eglise voulait sans doute inculquer la nécessité d'aller à la messe, notamment aux grandes fêtes. Mais si on creuse un peu plus, il apparaît que cette légende est beaucoup moins anodine qu'à la première vue. 

En effet, les histoires de chasses nocturnes ou de chasseurs se rapportent au motif plus global des légendes concernant les cortèges nocturnes des maudits. Longue procession, tantôt des âmes des morts, tantôt des démons, qui défilent à la suite d'Hellequin ou de dame Holda, dans les légendes médiévales. Il y aurait aussi la mythologie germanique où les guerriers morts au combat, à la suite de Wotan, chevauchent dans les airs en provoquant tempêtes et orages. 

Selon certains chercheurs, ces légendes de chasseurs maudits remonteraient très loin dans le temps. Elles seraient le vestige de très anciennes pratiques où les hommes combattaient en extase ou en rêve contre des forces diaboliques pour assurer la fécondité de la terre. L'historien italien Carlo Ginzburg s'est fait le défenseur de cette thèse dans son livre traduit en français sous le titre Le Sabbat des sorcières. L'hypothèse est séduisante, mais très spéculative. Elle a néanmoins le mérite de s'appuyer sur un exemple historiquement attesté, celui des Benandanti du Frioul.

Sources.

Bouisset, Légende des monts de Lacaune.
Ginzburg, Le sabbat des sorcières.
Marliave, Panthéon Pyrénéen.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Review Support OmniTech 18/09/2014 14:38

I think the place never got much changed even after all these years. And you could easily recognize that if you look close the old picture given here with the new one. It I the specialty of some places, that it never changes that easily.

mireille 22/05/2010 13:32


Le moine Fulbert essayait d'après ma grand-mère de ramener le "chasseur" et sa troupe vers Dieu, il a suivi la chasse et tenté de s'interposer entre les chasseurs et la biche au moment ou le "ciel"
a frappé. La brèche s'est ouverte et a engloutit les chasseurs. Le moine a été transformé en pierre. Les habitants des villages environnants ont dressé une statue de la vierge pour se protéger de
la chasse infernale qui revenait les hanter, mais n'ayant pu se décider pour un lieu précis, elle semble ne regarder aucun des lieux habités, elle a l'air de regarder "dans le vague". Cela pour
éviter les jalousies entre les villageois. Le "menhir du moine est en bas du chemin et regarde le mont. Voilà ce que je peux vous dire sur cette légende.


Abellion 27/05/2010 07:07



Merci de cette belle légene, que j'ignorais tout à fait. Je la joindrai à un prochain article.


A bientôt



ribot mireille 12/05/2010 12:30


Je connais cette lègende du chasseur de Lacaune, ma grand-mère y ajoutait que le moine Fulbert avait été transformé en rocher (menhir) et que les gens du pays avaient construit la "vierge du
Montalet" pour proteger la région de la chasse maudite.


Abellion 13/05/2010 07:26



Tout cela est très intéressant ! Me permettez-vous de vous contacter par mail pour avoir plus d'informations ? Les légendes du Tarn sont une de mes grandes passions.



lionel 14/03/2010 13:09


je connais trs bien l entree du passage secret de pommarede qui rejoigner l eglise


Abellion 15/03/2010 07:51


Tiens, c'est la première fois que j'en entends parler. Vous en savez plus, Lionel ?


Uline 13/02/2010 12:47


c'est une photo de Lacaune ? je ne pensais pas que c'était aussi encaissé !!! ma belle-soeur - Doat - est de Lacaune mais je n'y suis jamais allée et pourtant ma soeur habite Le Garric, près d'Albi
...


Abellion 13/02/2010 15:23


En fait, j'ai triché : je n'avais aucune photo de Lacaune, et j'ai mis l'agrandissement d'une carte postale ancienne du petit village d'Hautpoul... Quand à la rivière, je crois que c'était dans la
Montagne noire. De l'art du recyclage des photos... Heureusement, je suis devenu plus rigoureux dans mes illustrations depuis.
Le Garric ! Je connais, le premier village sur la petite route entre Albi et l'Aveyron...
Amitiés