Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 16:37


Il est une étrange chapelle exilée sur une montagne, au milieu des pâturages de l'Iraty, en pays Basque (commune de Mendive). Elle est située dans un lieu sauvage, à  une distance certaine des premières habitations. On l'appelle la Salbatore Kapera (chapelle Saint-Sauveur). Trappue, massive, elle semble à peine émerger du sol.

Evoquons les légendes et l'histoire de ce haut lieu.



I. Un lieu légendaire.

Si elle fut construite là, ce fut sans doute, très naturellement, pour conjurer les dangers de la montagne, réels ou mythiques...  

Autour d'elle, un paysage grandiose et austère de montagnes, de forêts et de brumes. Bien sûr, le temps n'est pas toujours particulièrement clément, les orages peuvent se montrer terribles, et sans doute est-il de bon aloi de demander la protection du ciel. 

Pourtant, dans les mentalités anciennes, la montagne était bien plus qu'un milieu hostile : c'était le domaine du démon, le grand bouc noir qui y organisait ses aquelarres, mieux connues dans nos contrées sous le nom de sabbat.


En effet, dans les anciennes légendes basques, ces montagnes fourmillaient de présences hostiles, étaient un espace tabou où il ne fallait pas s'aventurer sans bonne raison. Les forêts étaient le repaire du terrifiant Basa Jaun, le seigneur de la Montagne, ou des mauvais esprits et autres diables qui se déchaînent à la tombée de la nuit.

Est-ce pour conjurer le péril de ces peronnages maléfiques que la chapelle fut entretenue et entourée de croix ? Près de là, un oratoire (photo ci-dessous) préservait naguère la statue de l'étrange Xaindia, la jeune fille qui osa défier le diable en personne...


Evoquons les deux légendes attachés à ce lieu étrange, où semble encore plâner le souvenir des croyances, des démons et des génies d'antan.

La légende de Xaindia.

Autrefois, dans la région, vivait une jeune servante, Xaindia. Un jour, un homme de la maisonnée oublia un outil dehors- on dit que c'était une houe à deux dents, en basque haitzurrocha. Toutes les femmes de la maison refusèrent de se risquer dehors pour aller rechercher l'outil: elles savaient bien qu'il ne faut pas transgresser l'interdiction absolue de sortir à la nuit tombée...  

Seule Xaindia, accepta de sortir, sous la promesse d'une somme d'argent. La transgression et la cupidité de la jeune fille allaient toutes deux être bien mal récompensées...

La jeune fille prit le chemin de la montagne, y trouva la houe. Tout semblait se dérouler sans encombre, jusqu'à ce que minuit sonne au clocher du village. A ce moment, Xaindia fut enlevée en l'air par des démons invisibles. 

Lorsqu'elle passa au-dessus de la maison, elle lança la houe qui tomba dans la cheminée. Mais les démons emportaient toujours plus haut la malheureuse, vers les sommets...

C'est alors qu'elle aperçut en contrebas la chapelle Saint-Sauveur. Elle se rappela de faire une prière. Les malins esprits perdirent alors tout pouvoir sur elle et la déposèrent doucement sur une montagne toute proche.

Une statuette polychrome fut réalisée à l'effigie de la jeune fille, et trôna longtemps dans un oratoire proche de la chapelle (ici, croquée par J.-C. Pertuzé). Depuis, on l'a heureusement mise à l'abri ! 

Pour Olivier de Marliave, le mythe traduit le fait que dans la tradition basque, le jour appartient à l'homme et que la nuit est le domaine à part entière de Gaueko, être légendaire plus ou moins identifiable au diable. En sortant la nuit, la jeune servante a trangressé l'équilibre des forces mythiques et en a été punie... Plus généralement, on peut dire que les montagnes et les lieux sauvages, dans la mentalité ancienne, sont le séjour désigné des êtres démoniaque.

Le chandelier du Basa Jaun. 

On voit dans la chapelle saint-Sauveur un chandelier de forme très rustique (voir dessin de Pertuzé ci-contre), dont l'origine est expliquée par une légende.

Jadis, il y a environ 900 ans, un homme vola le chandelier d'or du Basa Jaun, l'homme sauvage au corps couvert de poils, figure centrale des légendes basques. Le génie le poursuivit jusqu'à la chapelle, où il ne put rentrer: il craint en effet la croix et les symboles religieux.

Depuis, le chandelier est toujours là. On prétend qu'il devint noir lorsque les Espagnols mirent le feu à la chapelle. On a essayé de l'apporter à Mendive, mais on n'a pu y parvenir...

II. Eléments sur l'histoire de la chapelle.  

Par-delà les légendes, que nous apprend l'histoire de cette chapelle ?


L'édifice est fait d'un appareil de calcaire et de grès. La construction primitive de la chapelle est certainement romane. On peut le déduire de la forme semi-circulaire de l'abside de l'église. Des ouvertures romanes, étroites, sont encore visibles. La chapelle Saint-Sauveur est mentionnée aux XIIe et XIIIe siècles. Elle était alors dans la dépendance de l'ordre des Hospitaliers. Elle fut restaurée dans le deuxième quart du XVIIIe siècle par le curé de Béhorléguy, Jean Oxoby-Indart. Ce dernier fit inscrire son nom, avec la date de 1727, au-dessus de la porte ouest (photo ci-dessous).



Le mobilier.

Il confirme l'ambiance démoniaque qui imprègne le légendaire. Outre le chandelier du Basa Jaun, on voit là une statue de Saint-Michel pourfendant le démon. La montagne était autrefois le lieu de tous les dangers...


Le chemin de croix est particulièrement étonnant, dans sa beauté fruste. Il est formé de treize stations. Chacune d'entre elle est faite d'une colonne supportant un cube de pierre. ce dernier est à son tour surmonté d'une croix de fer.  


Si on regarde de plus près le socle des croix, on aperçoit sur certaines l'inscription "estacionea" (station en basque), le numéro de la station et le signe du lauburu, dit aussi "croix basque". 
  

La dernière station est représentée par une croix de bien plus grande dimension (photo ci-dessus). On y aperçevrait une représentation du Crucifié, ainsi que le soleil et la lune (moi, je n'ai rien vu).

 Bref.

Que de beautés et de mystères recèle cette chapelle, sous sa modeste couverture d'ardoises !

Sources.

Article de Barbara Pécheux, sur le site "Patrimoine de France".
Bernard Duhourcau, Guide des Pyrénées mystérieuses.
Olivier de Marliave, Panthéon Pyrénéen et Trésor de la Mythologie Pyrénéenne.
Pertuzé, Les Chants de Pyrène, t. 1.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LUC 08/01/2012 15:50

Bonjour. On a dû faire gratter la colonne depuis l'article car la figure d'un homme aux bras écartés -Christ sans croix ?- est très visible. J'en ai pris quelques photos en septembre 2011. La
disposition du chemin de croix, extérieur, d'une sobriété d'ouvrage de défense, évoque irrésistiblement une volonté de fortification , de défense de l'édifice. Intéressant et rarissime. La pancarte
qui évoque la solidarité humaine est émouvante. D'autres visiteurs ? A bientôt.

Abellion 15/01/2012 15:22



Je vous remercie de cette information très intéressante et j'essai de vous contacter dans la semaine par mail.


Oui, un aspect défensif... Peut-être non contre des assaillants réels, mais plutôt des présences hostiles, diables déclencheurs de tempêtes, etc ?



Berhed 19/02/2009 12:20

bonjour Abellion

ton article est superbe

une très belle idée de balade

amicalement

bonne journée

Abellion 19/02/2009 12:30


Oui, vraiment, à recommander. Même l'été il y fait frais, et on trouve dans le coin des producteurs d'Ossau Iraty qui vendent directement sur les pâturages. Mais pour voir l'intérieur de la
chapelle, il faut sans doute y aller pendant le pélerinage... Merci de ta visite !


Hélène 17/01/2009 01:14

Au-tant-que-vous voulez!

Abellion 17/01/2009 03:05


Va bene ! Arrivederchi !


Hélène 15/01/2009 00:09

Abellion cher, en-dehors de nos flatteries habituelles, mais justifiées!
M'accorderiez-vous, quand vous aurez le temps, un résumé aux petits oignons sur Saurimonde, que j'adore, et que je puisse publier sur mon blog? Ce serait une grande fierté pour moi...
Avec les références de tous vos articles, bien entendu!
(Promis, je serais très patiente...)
Ah, si vous me faites cela, je vous promets une surprise en échange.( J'ai reçu vos photos, un très grand merci!)
Hélène.

Abellion 17/01/2009 00:25


Mais oui, Hélène, avec plaisir, si vous me laissez toutefois un petit peu de temps ! Amitiés.


Plume de loin 14/01/2009 08:29

Est le bouca en lien avec le diable sous forme animale? Je pense qu'ils sont liés sans faute. Mais personne ne sait pas l'image concrète du bouca. Mais on peut dire à propos d'un homme renfermé et sombre qu'il "est le bouca". Je pense, que bouca doit avoir l'apparence un peu animale - des poils longs, des griffes, des dents laniaires peut-être.

Abellion 17/01/2009 00:25



Très intéressant... Vous savez si ces contes ont été traduits en français, ou en anglais ? Ou peut-être allez-vous les publier sur votre blog ? Merci de vos visites !