Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 06:36

Vous vous souvenez peut-être de la petite grenouille du bénitier de l'église Saint-Paul de Narbonne. Un article de "Lieux secrets" en parlait il y a quelques mois, et je m'y interrogeais sur les origines des différentes légendes qui entouraient ce charmant batracien!

Grâce à un occitaniste érudit, j'ai ma réponse ! Merci donc à M. Jean Boulet de nous révéler dans quelles conditions notre cher amphibien dut subir les coups de ciseau de compagnons vindicatifs. Je lui laisse la parole, en m'excusant auprès de lui d'avoir tardé à publier cet article.

La version d'Hercule Birat

La Granhòta de Sant-Paul
  (prononcer : la Gragnotto dé Sant-Paul),  "La Grenouille de Saint-Paul" est un p
oème de huit cents vers environ, daté de décembre 1856 et dédié à André Bru, sculpteur funéraire et concierge du Musée lapidaire de Narbonne


Ces vers sont l'oeuvre d'Hercule Birat (1796-1872) surnommé "le poète narbonnais".  A la suite de ses études de droit à Paris, Birat était destiné à reprendre l'étude de son père (avoué à Narbonne), mais elle fut supprimée par décret. Il put alors se consacrer à sa vocation première, l'écriture de chansons, de contes, de poésies assaisonnés de "piment et d'ail".  Cette verve acide ne fit pas toujours l'unanimité... On trouve facilement sa biographie sur Internet ; ses oeuvres n'ont pas été rééditées, mais sont scannées et donc accessibles.


Voici l'histoire. Le compagnon tailleur de pierre Callixte (Calisto) est passé à Narbonne quelques années avant la Révolution, sans visiter la grenouille. A la fin de son Tour de France, il rentre à Nancy, chez son père, le vieux Moran. Celui-ci exige qu'il retourne sur le champ voir cette merveille que lui-même avait connue 50 ans plus tôt. Deux mois de marche et Callixte se retrouve en l'église Saint-Paul, plein de fureur... je traduits:

 

 Sé rétrousso dounc la camizo,

Armo soun bras dal fort martèl,
 Appliquo lou fatal cisèl

Sus lous rèns de la bestiouléto,

Qué lou laïso fa, la paourèto!

E, dins très cops pla réussits,

La mét én sept ou beït boucis.

Mais, tout d'un cop, l'aïgo signado

En sang pla pourprat s'és changeado,

E n'a dins lous èls dal resquit.

.................................................

Lou malhéroux toumbèt dal mal,

Lou pourtèroun à l'espital,

Il retrousse donc sa chemise,

Arme son bras du fort marteau,

Applique le fatal ciseau

Sur les reins de la petite bête,

Qui le laisse faire, la pauvrette!

Et, en trois coups bien ajustés,

En sept ou huit morceaux la met.

Mais, aussitôt, l'eau bénite,

En sang tout empourpré s'est réduite,

Et dans les yeux il en a l'éclaboussure.

...................................................

Le malheureux par l'épilepsie terrassé,

A l'hôpital fut transporté,

 


La version de Mistral

La Granolha de Narbona (prononcer "la Granouio de Narbouno"), "
La Grenouille de Narbonne" est la version de la légende donnée par Frédéric Mistral. Cette fois-ci, le batracien est simplement amputé d'une patte par le compagnon menuisier Pignolet, surnommé la « Fleur de Grasse ».

  

 

Em'acò lou fenat, vès, de soun paquetoun tiro sa masso e soun escaupre, e pan! d'un cop à la Granouio éu fai sauta'no cambo
Subran l'aigo-signado, coume tencho de sang, dison que venguè roujo; e dòu benechié la conco es rouginouso desempièi.

  Et voilà le sacripant qui, de son baluchon, tire son maillet, son ciseau, et pan! D'un coup à la grenouille il fait sauter une patte. On dit que l'eau bénite, comme teinte de sang, devint rouge soudain, et la vasque du bénitier, depuis lors, en est restée rougeâtre.

 


Sources

Hercule Birat, 
La Granhòta de Sant-Paul [in] Poésies Narbonnaises en français et en patois, tome II, 1860, pages 187-220.

Frédéric Mistral, Almanach provençal de 1890, repris au chapitre XIII des Mémoires et Récits, ouvrage qui existe en poche.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eurosix 02/05/2010 16:53


Je viens de voir une photo prise de face. C'est bien la patte avant droite qui est cassée Net.


Abellion 03/05/2010 20:04



Merci de la précision ! Amitiés



eurosix 02/05/2010 16:28


Cette ''grenouille de bénitier'' a fait couler beaucoup d'enccre. On a baptisé ''grenouille de bénitier'' toute femme très dévote ! Cela vient-il du bénitier de St Paul ? La dernière fois que j'ai
vu la grenouille, il me semble qu'elle avait la patte arrière cassée net ! Aujourd'hui, je ne sais plus si c'est la patte avant ou arrière ! Amitiés.


Abellion 03/05/2010 19:59



Pour l'espression, je ne saurais vous dire... il y a sans doute d'autres bénitiers à gernouille dans le vaste monde, et peut-être l'expression n'est-elle qu'une boutade fondée sur le fait que les
grenouilles vivent dans un milieu aquatique. J'en appelle à plus savant que moi...



LADY MARIANNE 04/10/2009 13:27


bonjour !!
je viens de chez GENE, mais j'habite La Palme à 30 kms de Narbonne- cette église ils vont la restaurer - lu dans midi libre de ce dimanche -
j'ai une communauté " vivre en languedoc roussillon " si ça te dit d'y publier un peu -
bon dimanche - nous avons le beau temps !!
amitiés Lady marianne


Abellion 05/10/2009 07:04


Oui, Lady, je faispartie de la communauté depuis quelque temps déjà, et je vous promets de faire un article. Avec moi, il ne faut pas être pressé ; je produits peu, car en général cela me prend du
temps (il faut que je visite, que je rassemble des infos, que j'écrive l'article). Mais cela viendra !

Tiens, La Palme, je ne connaissais pas. Cela doit être une belle et encienne église.

A très bientôt !


fée des agrumes 25/09/2009 11:48


Un auteur acide? ça devrait me plaire :p


Abellion 26/09/2009 10:28


Ce serait intéressant de consacrer quelque article à ces écrivains d'autrefois, mais il faudra sans doute que j'améliore bien mon niveau en occitan pour le faire. Au fait, savez-vous que les
stations du métro toulousains sont bilingues français-occitan depuis quelque temps ? On dirait qu'il y a une offensive en faveur de la langue régionale depuis le changement de municipalité.
 


Hélène 19/09/2009 00:51

Des peccadilles, Abellion, des broutilles...

Moi, voir deux femmes se battre, je trouve ça insupportable...

Abellion 19/09/2009 06:38


La violence en général, l'est, sauf exception, bien sûr... Ce qui est absurde, c'est la violence inutile. La violence marque la plupart du temps l'échec de la réflexion, de la parole dans la
résolution des conflits. Aurions-nous tous plus de mal à communiquer ?