Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 22:21

Une main anonyme du XVe siècle a sculpté dans l'église d'Albinhac cette effrayante figuration de la mort.

Un squelette debout, drapé d'un suaire, tient une hache menaçante... Son ventre fendu laisse voir ses viscères. Les deux jambes, croisées, semblent esquisser une sorte de pas de danse.

Chaque détail de cette statue a une signification. Examinons-la avec attention... Ce faisant, nous évoquerons les danses macabres gothiques dont cette statue est contemporaine, et avec lesquelles elle partage plusieurs caractéristiques.

L'église d'Albinhac

C'est une belle église du gothique finissant, datée par les Monuments historiques du XVe siècle. Elle est dédiée à Saint-Roch. La statue de la mort est à gauche, à l'entrée du choeur. Jadis, la statue était peinte, ainsi qu'en témoigne cette photo ancienne; elle est aujourd'hui totalement décapée. On aimerait savoir si la peinture était un simple badigeon récent ou remontait à une époque ancienne.


La Mort d'Albinhac, état actuel

Origine des danses macabres

Avant de nous pencher sur la représentation d'Albinhac plus en détail, disons quelques mots des danses macabres et de leurs origines supposées...

La représentation des squelettes, figures de la mort, remonte à l'Antiquité. Plusieurs pierres gravées romaines portent ainsi des figurations de squelettes (dessin ci-contre). On se souvient également du banquet où Trimalcion faisait montrer à ses invités un squelette d'argent, dans le Satyriconde Pétrone (premier siècle après Jésus-Christ)... Jurgis Baltrusaitis évoque également des sources orientales. Au Tibet et en Chine, explorés depuis le XIVe siècle par les missionnairs franciscains, il existait une tradition de représentations où des lamas dansaient avec des masques à tête de mort, ainsi que des représentations de génies funéraires sous forme de squelettes.

Plus près du XVe siècle, on évoque comme source directe des danses macabres des textes littéraires et édifiants comme le  Dit des trois morts et des trois vifs (version la plus ancienne datée de 1280). Dans ce dernier poème, des morts sortis du tombeau viennent annoncer à de nobles vivants leur fin prochaine, tout en évoquant leur propre grandeur passée qui n'est que poussière...

Un thème en vogue

Toutefois, si les théories sur l'origine des danses macabres sont nombreuses et souvent hypothétiques, on connaît bien le contexte dans lequel cette forme d'art s'est développée au début du XVe siècle. "Aucune autre époque que le Moyen-âge à son déclin n'a donné autant d'accent et de pathos à l'idée de la mort", dit J. Huizinga. Divers facteurs concourent alors à focaliser l'attention collective sur la dimension périssable et éphémère de la vie humaine. Outre la prédication des frères mineurs franciscains qui rappelle la brièveté de la vie pour appeler à la conversion, il y a alors en Europe un sentiment général, visible dans la littérature, de la fragilité de la vie. Ainsi, déjà au XIIIe siècle, le franciscain Jacopone di Todi écrit

Dic ubi Salomon, olim tam nobilis
vel Sampson ubi est, dum invicubilis.
Et pulcher Absalon, vultu mirabilis,
Aut dulcis Jonathan, multum amablilis?
Dis-moi où est Salomon, jadis si noble
ou bien Samson autrefois invincible
et le beau Absalon, au visage admirable
ou le doux Jonathan, si aimable ?  

 
La puissance, la force, la beauté, la douceur sont également promises au néant.

Le mot "macabre" apparaît au XIVe siècle dans l'espression "danse Macabré", du nom de la première de ces danses représentée à la chapelle des Innocents de Paris (1424, détruite au XVIIe siècle). On ne sait qui était ce Macabré ; était-ce le peintre ou le poète qui rédigea les légendes accompagnant les peintures ?  L'une des plus belles danses macabres est pour moi celle de la Chaise-Dieu.

Mais revenons à notre statue d'Albinhac... Quels points communs la rapprochent des danses macabres ? Voici quelques amorces de réponse.

Un cadavre et non un squelette

Les gravures de la Renaissance (XVIe siècle) et notamment celles de Holbein nous ont habitués à une mort figurée sous la forme d'un squelette (la mort et le laboureur, etc.) . Or, à Albinhac, comme dans les autres danses macabres, on a un cadavre encore couvert de peau et de chairs en décomposition.

La danse

Les jambes de la scupture d'Albinhac sont croisées, un pied appuyé sur le sol et l'autre comme suspendu en l'air, un léger déhanchement... Il semble évident que la figure n'est pas statique. Bien au contraire, elle semble esquisser un pas de danse. On retrouve ce pas de danse avec jambes croisées dans des danses macabres célèbres, par exemple celle de la chapelle de Kermaria-an-Iskuit en Bretagne (commune de Plouha, Côte d'Or; photo ci-dessous). Cela dut d'ailleurs être une gageure pour l'artiste d'Albinhac de travailler ce bloc de pierre tout en longueur en donnant un sentiment de dynamisme, bien plus facile à suggérer en peinture sans doute...


Pas de danse de Kermaria (remarquer la similitude de la position des pieds avec Albinhac)

Notre mort d'Albinhac, bien qu'elle soit seule, semble donc bien la soeur de ces "danses macabres" qui mettent en présence les morts et les vivants. Il faut savoir qu'il existait, parallèlement aux sculptures et peintures, des représentations théâtrales de la danse macabre, comme celle donnée par le duc de Bourgogne en 1449 dans son hôtel de Bruges. La danse macabre était probablement un motif se déclinant en peinture, sculpture, danse, littérature, gravure...

Le  macabre

A l'époque gothique, l'art avait atteint un degré de naturalisme qui rendait la représentation fidèle d'un cadavre possible. De ce fait, les détails macabres abondent. Certaines parties, comme les jambes, semblent avoir été presque épargnées par la décomposition, tandis que la tête et les côtes apparentes laissent déjà deviner parfaitement la structure de l'ossature... Le détail le plus frappant est sans doute ce grouillement de viscères qui s'échappe du ventre. Détail assez atroce, le squelette semble soutenir d'une main ses intestins pour les empêcher de se répandre au sol... L'image est d'une grande force.

Le motif des différents états de décomposition des corps est très présent dans l'art de la fin du Moyen-âge. Des peintures italiennes du XIVe siècle, par exemple, montraient déjà un grand luxe de détails. On peut voir distinctement trois états de décomposition du corps dans cette image du Triomphe de la mort de Pise.

Peintures du "Triomphe de la mort", Campo Santo de Pise (v. 1365)

La hache

 Quel est le sens de cette arme brandie par le squelette ? dans la tradition des Triomphes de la mort, la camarde est armé tantôt d'un arc, tantôt d'une faux... Pourquoi pas une hache après tout ?

Bref

Regarder cette statue, c'est ramener à la vie une époque pleine d'incertitudes et d'inquiétudes... C'est aussi rappeller que c'est toute la grandeur de l'art de faire une image admirable à partir d'une réalité effrayante.

Sources
Johan Huizinga, L'automne du Moyen-âge. 
Jurgis Baltrusaitis, Le Moyen-âge fantastique. 

Iconographie extraite de la base Mémoire des Monuments Historiques

Liens externes
Danse macabre et danse macabré : une approche étymologique.
La mort dans l'art

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hélène, le-calame-et-la-plume. 02/12/2009 13:54


C'est la meilleure des thérapies...
Merci, Abellion.
Amitiés reconnaissantes,
Hélène.


Abellion 02/12/2009 15:21


Les bons effets du propre de l'homme: voyez ici.


Hélène, le-calame-et-la-plume. 01/12/2009 23:14


Oui,j'ai lu des absurdités là-dessus...
Abellion, rassurez-moi: qu'avez-vous eu à dîner ce soir?
- D'abord vous me tutoyez, (rires), puis vous venez troubler la sérénité toute macabre de mon blog???
Merci à vous, très cher, j'ai bien ri...
Amitiés Abellion!
Hélène


Abellion 02/12/2009 07:47


Le rire est une forme d'hygiène de l'esprit, tandis que la tristesse le rend lourd et incapable... Amitiés.


Hélène, le-calame-et-la-plume. 30/11/2009 23:14


Au fait, il est bon que des personnes telles que René Nelli...Et vous rameniez le Catharisme à la place qui est la sienne...


Abellion 01/12/2009 17:35


Vous n'imaginez pas à quel point certaines personnes passent les limites du raisonnable (et du ridicule, qui tue) en projetant sur ces pauvres cathares toutes sortes de fantasmes : détenteurs d'un
enseignement ésotérique, non violents, "baba cool" avant la lettre, précurseurs du rationalisme, on ne leur a rien épargné, ils ont servi à toutes les récupérations. Heureusement que l'histoire
remet de temps en temps les pendules à l'heure...


Hélène, le-calame-et-la-plume. 30/11/2009 23:12


Accepter aussi la mort, c'est aimer la vie, et en avoir peur, c'est aussi avoir peur de l'existence...
Oui,il me semble que ne pas exclure la mort de nos vies leur donne toute leur précarité et leur prix...
Que serions-nous sans l'idée, et la fréquentation de la mort? Peut-être nous rappelle-t-elle à plus d'humilité: que suis-je dans l'histoire de l'humanité?
Peut-être cette notion produit-elle aussi des gens exceptionnels?
Qu'en pensez-vous, Abellion?
Amitiés
Hélène


Abellion 01/12/2009 17:32


"Accepter aussi la mort, c'est aimer la vie, et en avoir peur, c'est aussi avoir peur de l'existence..."

Entièrement d'accord avec vous.

"Que serions-nous sans l'idée, et la fréquentation de la mort?"

Sans doute toute autre chose que des êtres humains courageux. Ou bien des dieux qui s'ennuyent, ou bien des bêtes tenaillées par la peur...

"Peut-être nous rappelle-t-elle à plus d'humilité: que suis-je dans l'histoire de l'humanité?"

La mort donne la mesure de la vanité de toute forme d'orgueil et de supériorité : quelle que soit la richesse, le pouvoir qu'on ait acquis, on est au final un peu de cendre. Cela donne aussi la
mesure de notre place dans l'univers, qui est infime... Alors oui, je suis d'accord avec vous: double humilité...

des gens exceptionnels, ou des gens ordinaires : la conscience de la mort nous rappelle avant tout que ce que nous faisons ici-bas, nous devons le faire et vite, et bien...

Amitiés.


Hélène, le-calame-et-la-plume. 30/11/2009 16:17


A moi, Comte, 2 mots!
Petite surprise sur mon blog. Si vous acceptez, bien sûr!
Suis à la bourre,
AMITIES


Abellion 01/12/2009 17:25


-Hélène, as-tu du coeur ? (Vous me permettrez cette fois de vous tutoyer, c'est une licence poétique).
-Tout autre qu'Abelliion l'éprouverait sur l'heure !