Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 08:53

 neige 2010 (128)

 

Dans le sud-ouest, lorsque l'on parle de "Naurouze", on évoque généralement le partage des eaux du Canal, ou l'obélisque construit à la gloire de Riquet sous la Restauration. Peu de personnes savent que ce monument fut bâti sur des roches autrefois fameuses, les pierres de Naurouze chantées par les troubadours, source de maintes légendes ! En voici quelques-unes...

 

Un lieu chargé d'histoire

 

Le col de Naurouze est un lieu de passage depuis l'Antiquité. Près de là se trouvait l'agglomération gallo-romaine d'Elusio(dunum), où l'on a retrouvé, entre autres, les vestiges d'une nécropole et d'une basilique paléochrétienne (IVe s.). Riquet, au XVIIe siècle, y fait amener par la Rigole de la Plaine les eaux destinées à l'alimentation du Canal Royal de Languedoc. Encore au XIXe siècle, les pierres de Naurouze ont vu la défaite du maréchal Soult face aux Anglais (1814).

 

naurouze pierres obélique

 

Toponymie

 

On appelait ces roches Pierres de Naurouze ou Pierres d'Alzonne. Ce toponyme réfère non au village connu sous ce nom aujourd'hui, mais à un lieu situé sous la butte de Montferrand (où existait d'ailleurs une chapelle Saint-Pierre d'Alzonne).

 

Le terme de Naurouze viendrait, selon René Nelli, de l'occitan aurosa (venteuse), selon Lucien Ariès de l'expression En Aurousa (en indiquant un toponyme, aurosa le zéphir). Le toponyme est donc en relation avec le vent, qui souffle parfois avec violence.

 

Quand à Alzonne, ce mot, peut-être dérivé du nom de l'ancienne Elusio (L. Ariès) se rattache selon Ernest Nègre (Les noms de lieu en France) à une racine pré-celtique désignant l'eau : la dénomination serait donc non seulement plus ancienne que celle de Naurouze, mais encore d'une fabuleuse antiquité qui se perd dans les brumes de la mémoire...

 

On ne sait quand le nom de Naurouze a supplanté celui d'Alzonne, vraisemblablement entre le XIIIe et le XVIe siècle selon les témoignages écrits rassemblés par René Nelli. Lucien Ariès, dans un article récent, fait état d'un texte du XVe siècle évoquant "la roche de Nau Rosa" (Dame Rose) : 

 

"Quant la rocha de Nau Rosa sera en unha, lo moundo perdra vergonha".

  

mais il semble que ce soit une mauvaise coupure effectuée par le copiste. Toutefois, il y a une certaine logique à évoquer dans ce contexte érotique la rose, symbole de l'amour... Erreur intentionnelle ?

 

Nature

 

naurouze pierres obélique (3)

 

Géologiquement parlant, les pierres de Naurouze sont en fait de gros blocs de poudingue, le "béton" naturel, dégagés par érosion éolienne.  S'élevant dans un paysage de plaine, il était fatal qu'elles finissent par attirer l'attention de nos ancêtres. Il faut savoir que ces pierres semblent, de l'extérieur, séparées par des intervalles. La plupart des légendes concernant ce lieu semblent remonter au moins au Moyen-âge. Lorsque les pierres se confondront pour ne former qu'un seul bloc, ce sera le signe de la fin du monde prochaine...

 

naurouze vue aérienne

Vue aérienne du site (Monuments historiques),

où l'on aperçoit nettement les blocs de poudingue 

 

A l'époque des Troubadours : pierres de touches de la constance féminine

 

La lyre des Troubadours était très vaste, et s'ils savaient chanter la beauté ou l'amour, il leur arrivait aussi de pratiquer l'ironie et la satire... En l'occurence, elles s'exercent aux dépens des dames du temps jadis. Voici ce qu'écrit au XIIe siècle Raimon de Miraval (troubadour qui était aussi co-seigneur du château de Miraval en Cabardès), cité d'après René Nelli :

 

Que mi dons es a semblan de leona.

Ar sai que s'tocan las peiros d'Alzona

Pus premiers pot intra cel que mais dona.

... Car ma Dame est semblable à une lionne.

Maintenant je sais que les pierres d'Alzonne se touchent,

puisque celui-là peut entrer en premier qui donne devantage.

 

Voilà qui donne une image du troubadour bien différente de l'amoureux en collants, transi et mièvre, que l'on imaginait au XIXe siècle ! D'après L. Ariès, Raimon aurait écrit ce tercet contre Azalaïs de Boissezon qui lui aurait préféré un autre amant, sans doute moins dépourvu du nerf nécessaire...

 

naurouze pierres obélique (10)

 

Aux XVIe et XVIIe siècles : l'oeuvre d'une géante ?

 

Une autre légende est attestée au XVIe siècle, lors de la visite de Charles IX (qui régna de 1560 à 1574) en Languedoc. Rabelais a déjà conté les aventures des géants Pantagruel et Gargantua. Et voici que, quelques années après, on rapporte que les roches de Naurouze ont été déposées par une dame, qui a prédit que

 

"lorsque ces pierres viendraient à se joindre, les femmes perdraient toute honte et vergogne et le jour du Jugement arriverait après".

 

 On voit qu'au motif des femmes vient s'adjoindre une angoisse de fin du monde, qui n'est pas totalement déplacée en cette époque angoissée des Guerres de Religion. Au XVIIe siècle, dans l'oeuvre de Catel, le motif se précise : la dame s'appelle Naurouze.

 

La version la plus détaillé de la légende à la Renaissance a été donné par René Nelli, extraite des Trois livres des amours (1550), oeuvre latine de l'humaniste carcassonnais Pierre Godefroy.

 

"Et fabella vulgi apud nos est, mulierem quandam nomine Aurosam [...] oneratam lapidibus olim properasse ad extruendam Tolosam : et cum in via jam exstructam audiret, lapides eo loci, ubi nunc ostenduntur, disjecisse simulque praedixisse futuras tum mulieres imprudentes, cum disjecti lapides juncti essent. " Il est chez nous une fable du vulgaire, qui dit qu'une femme nommée Aurouze, chargée de pierres s'en allait jadis construire Toulouse: et parce qu'en chemin elle apprit que la ville était déjà construite, elle laissa les pierres au lieu où elles sont aujourd'hui, et en même temps elle prédit que les femmes deviendraient impudiques, le jour où les pierres disjointes seraient réunies.

 

D'après R. Nelli, il y aurait là une étymologie fantaisiste : Naurosa devenant Na Aurosa, "Dame Aurouze" en occitan.

  

naurouze pierres obélique (2)

 

Le projet avorté d'une ville nouvelle au XVIIe siècle

 

Riquet, au XVIIe siècle, eut l'idée géniale d'amener l'eau de la Rigole à Naurouze pour alimenter le Canal. Naurouze est le point le plus élevé du Canal, à partir duquel l'eau descend par paliers successifs (les biefs des écluses) vers la Méditerrannée ou l'Océan. Pierre-Paul Riquet souhaitait construire, autour du bassin qui existait jadis à Naurouze, une ville nouvelle chargée de symboles à la gloire de Louis XIV. Le projet était réellement ambitieux. Mais une construction symbolique associant l'oeuvre de Riquet aux destinées de la monarchie française ne sera élevée que sous la Restauration.  

 

La construction de l'obélisque (1824-1827) 

 

En effet, l'obélisque fut inauguré sous le règne de Charles X (1824) par les descendants de Riquet, la famille de Caraman, et terminé en 1827. Personnellement, je trouve que ce monument a quelque chose de caricaturalement phallique, ce qui est amusant quand on se rappelle la légende des pierres évoquant les femmes dévergondées ! La verticalité abrupte du monument choque un peu dans le paysage tout en rondeurs et en douceurs de ce coin du Lauragais. Toutefois, j'apprécie le contraste entre l'aspect rugueux et irrégulier des pierres et l'aspect lisse de l'aiguille de pierre.

 

 Pourquoi un obélisque ? L'égyptomanie qui régnait encore sous l'Empire, une dizaine d'années auparavant, en est la cause probable ! Outre le profil de Riquet, on y voit un bas-relief allégorique : la nymphe de la Montagne Noire verse ses eaux dont la moitié va vers l'Océan figuré par Neptune (reconnaissable à son trident), et l'autre vers la Méditerranée représentée par Vénus (référence au mythique Portus Veneris devenu Port-Vendres ?).

  

naurouze pierres obélique (11)

 

Bref...

 

Etonnant destin de celui de ces légendes qui, sans cesse reprises, se métamorphosent et s'enrichissent au fil des siècles. Des troubadours aux humanistes, on aperçoit sans doute quelque continuité dans la misogynie...

  

Ces quelques légendes semblent être le reflet déformé de l'importance de ce lieu dans l'imaginaire de jadis. Lucien Ariès évoque ainsi la présence d'une source miraculeuse, "la Font d'Alzona" dans les environs de la pierre.

 

Lieu de passage, lieu de combats depuis des millénaires, il est de ceux où se cristallise l'aspiration au sacré et où se joue le destin des peuples, à tel point que les rois de jadis on voulu y laisser leur empreinte... Songez-y quand vous irez vous y promener !

 

naurouze pierres obélique (13)

 

Liens

Article de Lucien Ariès sur les pierres de Naurouze (Couleur Lauragais, 2009)

Article de Lucien Ariès sur l'étymologie de "Naurouze" (association ARBRE)

 

Sources.

1872 - Docteur Noulet, "Les pierres de Naurouze et leurs légendes".

1899 - Gaston Jourdanne, Contribution au Folklore de l'Aude.

1947 - René Nelli, "Les Pierres de Naurouze", Revue Folklore, n. 49.

 2008 - Lucien Ariès, Les noms de lieux en Lauragais.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

grand-sachem-la-brocante 05/07/2010 19:53


J'ai visité deux ou tois fois ces lieux et j'ai fait une petite rando qui partait de là mais je ne savais pas tout çà!
j'avais aussi beaucoup aimé l'allée de platanes plus que centenaires. Il me semble avoir vu sur place ou dans un musée proche , les plans de la citée imaginée!


Abellion 06/07/2010 09:28



Alors rendez-vous pour bientôt, Grand Sachem, je vais consacrer un prochain article à Naurouze... Surprise !


Amitiés



Tatiana 27/06/2010 22:21


Bonsoir Abellion ,
Cette légende se raconte toujours mais est mise au goût du jour.Maintenant on dit"que quand les femmes porteront des pantalons et que les pierres de Naurouze se toucheront ce sera la fin du
monde"Ce qui fait beaucoup rire mon beau-père qui a 90 ans et qui raconte qu'il a toujours entendu dire ça mais qu'il n'a jamais rien vu venir de spécial .
Pour ce qui est de"la font d'Alzonne" ,il suffit de traverser la 113 au niveau de la poterie et de faire 1km , elle est sur la gauche,à l'embranchement de l'église St Pierre, tout prés de la ferme
du même nom.Les deux sont dans un piêtre état...
Le texte qui fut signé pour mettre fin au conflit nous opposant aux anglais fût signée par le maréchal Soult dans la maison du garde-canal, pas très loin de l'obélisque .Il y a une plaque
commémorative qui rappelle les faits .
A bientôt et bon début de semaine.


Abellion 27/06/2010 22:42



Merci beaucoup de ces précisions, Tatiana, je vois que vous êtes une habituée de ces lieux ! Je me promets de faire la promenade au grand complet, source et plaque du Maréchal Soult
incluses.


Mes amitiés.  



gene 27/06/2010 13:17


Pourquoi associer les femmes à cette pierre en dehors de couleur rose ? je trouve cette association surprenante . Il n'y a jamais eu de fouilles archéologiques de ce lieu. Je connais mais il y a
longtemps que j'y suis pas allée . Ca rappelle un peu la forme d'un tumulus . bon dimanche


Abellion 27/06/2010 21:02



Votre intervention rappelle à juste titre qu'on ne ssait pas grand-chose sur l'origine de cette légende ! Qu'est-ce qui a pu motiver ce motif des femmes "s'abandonnant" ? Ma foi, je ne saurais
dire, mais cela remonte au moins au Moyen-âge d'après les historiens et les spécialistes de littérature. Peut-être tout est né du jeu de mot Nau-Rosa rappelant la rose de l'amour ? Allez savoir
avec les légendes !


Amitiés



christian lemenuisiart 25/06/2010 18:54


En tout cas si tu veux la photo , je te la donne avec joie . Sinon elle est sur mon blog . A bientôt


Abellion 26/06/2010 00:00



Je suis passé ! Belle photo et énigmatique vitrail, peut-être pas tant que certains pensent tout de même...


Amitiés



christian lemenuisiart 25/06/2010 13:02


C'est encore une découverte pour moi . Sinon j'y pense maintenant connais tu le vitrail marin de l'église de Bugarach ? J'ai vu d'autre blog en parler mais avec tous les folies sur ce lieu j'ai des
gros doutes .
A bientôt


Abellion 25/06/2010 18:34



Non, je n'ai jamais visiter l'église de Bugarach, mais comme les échappés d'asile de Rennes-le-Château traînent dans le coin, je pense qu'il faut se méfier, plutôt deux fois qu'une...


Je confirme, je viens de voir sur le net un article délirant sur le sujet. Ces gens qui abordent la symbolique sans un minimum de méthode et de connaissances historique voient des mystères et des
secrets initatiques partout et des plans de soucoupes volantes dans des graffitis sur un vieux mur. Ce n'est vraiment pas ma tasse de thé ! Je n'ai envie de perdre ni temps ni argent avec ce
genre de foutaise.


Tu fais bien d'avoir des doutes ! La vraie histoire est mille fois plus intéressante que la fausse.


Amitiés