Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 06:50

garaison (57)

Eclipsé au XIXe siècle par Lourdes, Garaison est un ancien sanctuaire de pèlerinage. De cette affluence passée, la chapelle Notre-Dame a conservé un ensemble unique de retables et de peintures du XVIIe siècle. L'ensemble s'offre comme un chef-d'oeuvre de l'art baroque et comme un témoignage sur le rapport de nos ancêtres au sacré.

Poussons donc la porte de ce magnifique sanctuaire de Garaison, non loin de Mauléon-Magnoac, à la rencontre des artistes et des pèlerins de jadis, vers une époque éprise de retables dorés et de merveilleux.

I. Naissance du sanctuaire de Garaison

La lande du bouc

Au XVIe siècle, rien n'existait à l'emplacement actuel du sanctuaire, si ce n'est une lande inculte de mauvaie réputation. Dans les croyances populaires, le lieu était considéré comme le théâtre de sabbats et rassemblements de sorciers. Etienne Molinier dans son Lys du Val de Garaison (1646) évoque ces "montaignes où les sorciers abondent plus qu'en tout autre lieu", ces "landes stériles et solitaires, très-propres et favorables aux nocturnes assemblées de ces malheureux supposts du Prince de la nuict". 
Rien de surprenant de retrouver en ce lieu une croyance autrefois répandue dans la région de Lannemezan, celle des "lanes" (landes) maudites. L'espace sauvage des landes était, par opposition à l'espace humanisé et domestique des champs et des villages, la résidence assignée au diable et le rendez-vous des sorciers. Près de Lannemezan, il y avait même une "lane deu bouc", dont le nom venait de la forme animale du démon. Ce serait une erreur d'imaginer chez les hommes du XVIe siècle un amour inconditionnel pour la nature sauvage !

garaison (15)

Aux origines de Garaison : les miracles de la faim


Comment un sanctuaire catholique est-il venu s'édifier dans ce lieu sauvage et, qui plus est, mal famé ? La similitude avec Lourdes est frappante, tout autant qu'avec d'autres sanctuaires pyrénéens d'ailleurs. Ici aussi, tout a commencé sur la foi du témoignage d'une petite voyante, Anglèze de Sagazan, qui dit avoir vu la Vierge lui apparaître à trois reprises. Le récit des événements, fixés par la tradition à la date de 1515 (Marignan !), a été reconstitué à presque un siècle de distance. Voici donc comment on racontait l'histoire au XVIIe siècle; je m'inspire du Lys du Val de Garaison d'Etienne Molinier (édition d'Auch, 1646).

Molinier (qui fut aussi un des prédicateurs les plus importants de Toulouse à l'époque baroque) a séjourné à Garaison et a interrogé les derniers témoins survivants des événements. Ce qui est frappant dans son récit, outre les éléments merveilleux très prisés à cette époque, c'est l'insistance sur l'état de faim et d'épuisement dans lequel se trouvaient les principaux acteurs de l'affaire, en particulier Anglèze. Les principaux épisodes du récit de Molinier ont été représentés sur les peintures du narthex de la chapelle, je les reproduis pour illustrer le récit.

Agée d'une dizaine d'années, Anglèze gardait le bétail, une année de très mauvaises récoltes, n'ayant à manger que "quelque mourceau de pain paistry d'une paste de mestain noir, dont la couleur faisait horreur aux yeux, et les arestes au gosier", dit Molinier dans son style imagé. Une dame vêtue de blanc lui serait alors apparue; elle dit à la bergère qu'elle était la Vierge, qu'elle voulait combler ce lieu de ces bénédictions et qu'elle désirait qu'on construise là une chapelle. Bien sûr, on ne crut pas la jeune fille.

garaison (41)
Troisième apparition (peinture du narthex)

Lors de la troisième apparition, le pain noir d'Anglèze est changé en pain blanc, et le coffre de la famille est entièrement rempli de pains blancs, miracles qui auraient décidé les consuls et les habitants de Monléon à croire à la réalité des apparitions.

garaison (42)
Le miracle des pains (peinture du narthex)

Plus tard, grâce à une pension payée par la commune de Monléon, Anglèze entre comme religeuse au couvent de Fabas (1543). Elle y serait morte centenaire.

Les débuts du sanctuaire

D'après Molinier, une première chapelle est construite, qui dure jusqu'en 1523. A cette date, un deuxième édifice la remplace, orné de peintures et achevé vers 1540. Toujours selon Molinier, l'affaire était fructueuse pour les Consuls de Monléon qui s'appropriaient les deux tiers des bénéfices du pèlerinage... La statue de Notre-Dame de Garaison, une pietà,  daterait du XVIe siècle. Lors des guerres de religion, selon la légende et une peinture du narthex, elle aurait été jetée dans le feu sans être endommagée par un capitaine huguenot, un certain M. de Sus.

C'est au début du XVIIe siècle, dans le sillage de la Contre-réforme, que le sanctuaire se développe, sous l'impulsion de deux hommes. D'abord Pierre Geoffroy, curé de Garaison en 1604, qui soustrait le pèlerinage à l'administration laïque des consuls, avec le soutien de l'évêque d'Auch, Léonard de Trappes; il organise le pèlerinage. Ensuite vient Godefroy de Roquefort, élu premier chapelain de Garaison à la mort de P. Geoffroy. L'époque commence où Garaison va se souvrir de retable et de peintures...

II. Garaison, sanctuaire baroque

Une partie des bâtiments date des XVIe et XVIIe siècle. Toutefois, c'est principalement le mobilier et les peintures de ce dernier siècle qui nous intéresseront ici.

Le décor sculpté de la chapelle (1635-1666)

On doit sa conception à Gabriel de Pélissier, doyen de la faculté de théologie de Toulouse et chapelain de Garaison. Son exécution, quant à elle, est due à l'atelier de Pierre Affre.

-
le retable du maître-autel

garaison (45)

Dans cette oeuvre commencée en 1635, les historiens de l'art ont retrouvé le style caractéristique de l'atelier de P. Affre: personnages statiques, au visage impassible. Le retable traduit un programme iconographique particulièrement cohérent et pensé. Au centre, directement au-dessus du tabenacle, la Vierge de Pitié du XVIe siècle. Ensuite, un ensemble de personnages de l'Ancien et du Nouveau Testament en rapport avec la destinée de Marie. Au dessus de la Pietà, Joachim et Anne, parents de la Vierge, et la Trinité couronnant Marie. A gauche, Jaël, libératrice de son peuple, comme Marie la mère de Jésus qui libère le monde du péché ; Isaïe, qui annonça la conception de la Vierge (Ecce virgo concipiet), convoqué ici pour justifier le  dogme catholique de la virginité de Marie ; Sarah, autre cas biblique de maternité "hors normes". A droite, Saint Jean, fils "adoptif" de la Vierge; Judith, autre libératrice, tenant la tête d'Holopherne ; Noémi, symbole de la mère éplorée.

 

garaison (46)  garaison (48)  garaison (50)
 Retable du maître-autel, détail. Vierge de Pitié
(Cliquez pour agrandir)
 Retable du maître-autel, détail. Noémi aux traits empreints de tristesse   Retable du maître-autel, détail. Joachim et Anne entourant la Trinité


-le décor de la nef (v. 1640)
Les colonnes de la nef de la chapelle étaient jadis dissimulées par des piliers de bois, avec douze niches à coquilles abritant les statues des apôtres. Ces piliers sont aujourd'hui conservés dans l'église paroissiale de Monléon-Magnoac. On y garde aussi les 4 évangélistes et plusieurs des vertus théologales (foi, espérance, charité) et cardinales (justice, force, tempérance, force), qui formaient sans doute le décor d'une chaire monumentale.
Des restes de peintures du XVIe siècle sont visibles par endroits dans la nef et les chapelles collatérales de Notre-Dame de Garaison, notamment l'histoire de Salomé et Saint-Jean Baptiste. 


marc et vertus  garaison musiciens (monuments historiques)
 Ancien décor de la nef.
L'évangéliste Marc entouré de la Justice et de la Foi

(décor de chaire ?)
(Photo Monuments Historiques)
 Décor de la nef. 
Restes de peintures du XVIe s.
Les musiciens de Salomé

(Photo Monuments Historiques)
 garaison (19)  garaison (18)
 Ancien décor de la nef.
St André et un autre apôtre
 Ancien décor de la nef.
St Luc évangéliste

(décor de chaire ?)



-bas-relief des Miracles de la Vierge (v. 1635-1640)
Sans doute l'oeuvre la plus humaine. Les personnages y ont du mouvement et des visages expressifs, qu'il s'agisse d'Anglèze, de la Vierge, ou des paysans à l'air émerveillé ou perplexe qui contemplent la scène, dont les visages feraient presque parler de sens de l'humour de la part du sculpteur !

garaison (32)  garaison (33)
 Bas-relief dit "des Miracles de la Vierge"
Apparition à la bergère
 Détail : les visages expressifs des bergers témoins de la scène


-retable de l'Immaculée Conception (1666)
Inspiré d'une gravure de Montano, il illustre les litanies de la Vierge : étoile du matin, miroir de patience, tour de David, fontaine du Salut, jardin clos, etc.

-
retable de la fuite en Egypte (même date)
Plein de mouvement : les personnages sont en marche et la tunique de Joseph vole au vent.
.

garaison (54)  garaison (63)
 Retable de la fuite en Egypte  Retable de l'Immaculée conception


Les peintures du narthex (v. 1699)

Elles datent de l'extrême fin du XVIIe siècle. Ce sont elles que l'on voit en premier en entrant, et bien évidemment elles sont faites pour frapper l'imagination du pèlerin. Une peinture centrale représente le soleil, entouré de la citation "In sole posuit tabernaculum suum" ("Il a posé sa tente dans le soleil"- Psaume XVIII-6), citation appliquée à la divinité). Cet étrange soleil a deux yeux, quatre nez, deux bouches, comme pour montrer que rien n'échappe à Dieu...

garaison (40)

De petites scènes, la quasi-totalité des médaillons, illustrent les miracles et les guérisons advenus dans le sanctaire, où à la suite d'un voeu. Le Lys du Val a fourni la source de la plupart de ces peintures. Certaines petites scènes sont extrêmement dramatiques (noyades), d'autres représentent naïvement les signes de diverses maladies (pieds gonflés par la gangrène, vomissements...). Bien des pèlerins venaient sous l'Ancien Régime pour obtenir leur guérison ; c'est d'ailleurs ce mot qui aurait fini par donner Garaison.


notre dame de garaison (22)  notre dame de garaison (15)
 Voeu d'un religieux  Voeu d'un mari
Sa femme vomit du sang à l'arrière-plan
notre dame de garaison (18)  garaison (35)
 Homme (Pierre Gaye)
sauvé de la noyade
 Voeu des consuls et jésuites ruthénois
en temps de peste


D'autres peintures sur les arcades notamment, gardent la mémoire de processions solennelles faites au sanctuaire. Certains pensent au vu de ces peintures que les pèlerins finissaient leur trajet à genoux, lorsqu'ils arrivaient en vue de la chapelle...

garaison (37)
Narthex: détail des arceaux avec procession de pénitents

Enfin, une minorité de ces peintures exprime une certaine rancune ou virulence à l'égard des Protestants, comme le veut l'époque et le lieu : nous sommes aux portes du Béarn, terre huguenote et les guerres de religions ne sont terminée que depuis 70 ans environ...

garaison (38)  garaison (1)

 Un "hérétique" converti
 M. de Sus "hérétique"
jette la statue dans le brasier
 


Les peintures de la sacristie

garaison (56)
La sacristie au riche décor

Il s'agissait du lieu de réunion des chapelains de Garaison. On y voit une représentation de la pentecôte et des instruments de la passion du Christ (fouet, clous, éponge, etc.), de sa résurrection (tombeau vide).

   
   
 garaison (57)  garaison (3)
   Sacristie, Saint Jacques pèlerin  Sacristie, Ange portant le linge de Véronique



Bref...
Ce sanctuaire nous place d'emblée dans l'époque baroque, qu'il s'agisse du talent de ses sculpteurs ou de la religiosité naïve, profondément éprise de merveilleux, de nos ancêtres. C'est vraiment une visite à faire. 

Localiser Garaison sur la carte interactive

Suggestions bibliographiques
G. Cavagnac, A. Surre-Garcia, M. Dieuzaide, Baroque Pyrénéen, Privat, 1996
Etienne Molinier, Le Lys du val de Garaison, Auch, 1646 (première édition, 1630)
Musée des Augustins,  L'âge d'or de la sculpture. Artistes toulousains du XVIIe siècle. Somogy, 1996
X. Recroix, Les peintures du nartex de Notre-Dame de Garaison, Pau; 1982


Visites guidées
Juillet-Août, 10 h 30 en semaine, 14 h 30, 16 h 30 tous les jours.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hélène 02/01/2010 03:34


Ce n'est pas l'eau de la source qui me noie, Abellion... Mais l'eau bénite!
Bonne nuit...


Abellion 02/01/2010 09:28


Je vais essayer d'y remédier en trouvant une boisson plus adéquate.... Amitiés


Hélène 01/01/2010 22:48


Pitié...NON...(Voix diluée...)


Abellion 01/01/2010 22:51


Diluée par l'eau de la source ? Sortez-donc la réserve spéciale du patron, et haut les coeurs !


Hélène 01/01/2010 22:37


Oui, mais vous, vous êtes un puriste...


Abellion 01/01/2010 22:40


Non, vous n'aimez pas les bonbons du gave ? Sinon, je vous envoie un litron d'eau de Lourdes avec le vin de Marcilhac ! (rires)


Hélène 01/01/2010 22:33


Oui, la foi à elle-seule sauve, sans doute...Mais nous y reviendrons, le sujet mérite d'être approfondi...
( pour ma part,je ne saurais résister à la Grotte...Dans une boule de neige artificielle...)


Abellion 01/01/2010 22:35


Ce genre de souvenir a aussi son attrait... Il y a aussi les bonbons de Lourdes, les fameux galets du gave, qui m'ont toujours fait craquer...


Hélène 01/01/2010 21:57


Ah... Garaison... Mon cousin Dan y fut pensionnaire...
C'est étonnant: j'adore le baroque Italien, mais suis toujours un peu déçue par celui que je vois en France, peut-être parce que je suis gorgée d'art Roman et gothique, surtout flamboyant...

Quant-à Lourdes, je trouve très difficile de s'y reccueillir, mais nous avons autant de "marchands du temple" au Mont St Michel! Les hôtels y sont si chers que les pèlerins vont souvent dormir très
loin...

Et la sainteté de ces Dames...Dubito, dubito... Quelle preuve avait-on que ce n'étaient pas des canulards ou des "miracles" inventés de toutes pièces par l'Eglise, pour remonter le
pantalon....(Pardon), la foi chancelante, parfois, de ses fidèles...
Regardez la fameuse affaire du St Suaire: la science ne dit ni oui, ni non, ou plutôt les deux, et l'Eglise dit au fidèle: "ne sois pas comme St Thomas: CROIS!"
J'ai toujours eu beaucoup de mal avec les miracles, et vous?


Abellion 01/01/2010 22:20


Pour ma part, j'affectionne le baroque occitan car c'est un art populaire, fait par des gens de la région et pour des gens de la région. Du coup, Sarrance, Garaison ou bien encore Bétharram sont
des lieux qui m'enchantent. cela dit, je mesure la distance entre ces époques qui voulaient absolument voir du merveilleux et du miracle partout, et ma propre vision des choses. A Garaison, pour
nous modernes, même croyants, le doute est bien sûr présent : tout ne se résumerait-il pas à des visions induites par la faim ? A chacun de trancher. 

La question des miracles est complexe. L'homme a, dans le passé, éprouvé le besoin d'humaniser, de donner un visage au divin. Il a fallu des siècles aux clercs pour "christianiser"
l'Europe païenne, restée longtemps fidèle à ses rituels agraires ou de fécondité, comme à ses irascibles divinité païennes aux traits anthropomorphiques. Un Dieu d'amour purement spirituel,
qui ne promettait rien dans ce monde mais tout dans l'autre -nouveauté incompréhensible voire scandaleuse- devenait peut-être plus crédible  et plus parlant pour nos ancêtres
sous la figure d'un thaumaturge faiseur de miracles. A chaque époque sa vision du divin... Encore aujourd'hui, les miracles sont un peu comme les reliques : la quasi-totalité sont peut-être faux,
mais ils peuvent être parfois l'occasion de pèlerinages, de rencontres, de prise de conscience... Hélas, pas toujours... Et les charlantans rôdent bien souvent.

Je suis frappé par le nombre de médecins qui conseillent encore à des malades dans un état desespéré d'aller dans ces sanctuaires de guérison ? Je connais moi-même l'exemple d'un médecin (très à
gauche et très matérialiste) qui n'a pas hésité à faire le tour du monde des sanctuaires de toutes les religions pour guérir son enfant- ce qui a finalement eu lieu. Surnaturel ? Phénomène de
suggestion ? Allez savoir... Peut-être besoin d'espoir naturel et indispensable à tout être humain mis en face de l'inéluctable et de l'irréparable...

D'ailleurs, mon amour du roman s'explique par les mêmes causes de mon amour du baroque : c'est un art de pays, un art paysan. En Languedoc, le gothique est plutôt importé, mais cela ne m'empêche
pas de l'aimer aussi... Différemment.

Les marchands du temples ? Cela pullule comme le chiendent... De toute façon, l'époque est loin où on pouvait se permettre de les chasser à coup de pied !

Amitiés