Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 09:36


Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté. Productivité, esprit mercantile qui fait par exemple remplacer par de vulgaires sapins, sous prétexte que ça rapporte davantage, le noble hêtre qui trône depuis des siècles en haute futaie dans les forêts de la Galaube. Bref je refuse de devenir un animal domestique.

La grande bataille se livre entre sauvage et domestique, entre la nature et l'industrie.

Si on veut me faire accroire que la nature du cheval est de consommer son avoine à l'écurie et de pousser du collier, et non de vagabonder librement par la prairie vierge, je regimbe, je piaffe, je prends le mors aux dents.

L'unité de mesure de l'homme c'est la main, et non son instrument de travail. De mon temps on ne brutalisait pas la terre, à coup d'engrais et de produits chimiques. On ne force pas un champ comme on force le cerf. On ramasait honnêtement ses fruits, avec respect et signe de croix. Cueillir les fruits à la main au lieu de les gauler ou de secouer le prunier leur donne une bien autre innocence et majesté.



Le grand imposteur c'est le mot Progrès : progrès de l'instrument ou de l'homme ?

Les préhistoriques, à la place de la Radio et du Frigidaire, avaient des sens intacts, plus frais et plus vifs et plus pléniers que les nôtres, de jambes plus ingambes, des yeux plus astronomiques, des odorats plus fous. Chaque invention nouvelle nous châtre d'un sens naturel, ou le minimise, ou rapetisse, la boussole nous dérobe le sens de l'orientation, l'écriture ruine la mémoire, l'auto nous estropie...

Nous ne sommes plus qu'une traduction de l'homme, un homme écrit. Que d'organes momifiés, que de nuances perdues !

Source
Préface de Joseph Delteil au Sabot des simples de Jean Michel, Atelier du Gué, 1980.

Liens
Biographie de Delteil

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dominique BLOT 10/04/2012 15:44

Bravo pour les infos et les images relatives à la chapelle de la Madeleine près de Tardets.

Abellion 17/04/2012 18:40



Merci beaucoup, Dominique. Ce lieu est vraiment magique, à la fois site naturel exceptionnel dans un paysage verdoyant, mais aussi lieu spirituel où l'on sent battre le coeur d'un peuple. Il y a
aussi cette touchante continuité de notre civilisation, des origines paiennes au monde chrétien, à laquelle je suis très sensible.


A bientot peut-etre.


(désolé pour les accents circonflexes, mon clavier semble refuser de les faire...)



Prométhazine 03/12/2009 23:18


J'ai la même approche que toi face à la nature, elle me transporte et me fait oublier l'insignifiance de nos soucis quotidiens, particulièrement face à des sites grandiose. Le meilleur anti-stress
possible...

A ce propos, j'ai un conseil pour toi, avec l'arrivée de l'hiver. Sur une très belle journée (ciel bleu + visibilité), aller observer le coucher de soleil sur les Pyrénées du haut du Pic de Nore; y
rester jusqu'à la nuit pour observer les variations de couleur du ciel dans un silence total. Ambiance mystique garantie.


Abellion 04/12/2009 11:01


je me dis qu'un jour il me faudra faire un article sur la manière dont les gens contemplent, s'imprègnent de la nature. Ta contribution pourrait y figurer en bonne part. Ce que j'aime avec la
nature, c'est qu'elle fait appel à nos cinq sens : le goût d'une baie ramassée au bord d'un chemin, l'odeur de la terre et de la sève, le silence entrecoupé de cris d'animaux ou du bruissement des
pins, la vue de tant de beaux paysages et le toucher rugueux d'un bloc de granite... Alors que ces cinq sens sont au contraires agressés en milieu urbain.

Voir un paysage dans le temps, au fil de la journée, est aussi une expérience extraordinaire... La nuit en forêt, c'est quelque chose d'inoubliable.


Prométhazine 02/12/2009 23:04


Un discours dans lequel je me retrouve.
L'avénement de la société de consommation et du matérialisme nous a fait perdre le contact avec la Nature, oublier d'où nous venons.
Face à la Nature, l'homme ne sera pas éternellement en position de force...


Abellion 02/12/2009 23:20


C'est tout le sens du sentiment du "sublime" théorisé à la fin du XVIIIe siècle et à l'époque romantique (je pense notamment à Burke ou Kant). Face à une cascade, ou une montagne, on ressent le
sentiment du sublime, c'est-à-dire une admiration mêlé de peur, de la conscience de sa propre petitesse face au grandiose des forces qui animent le monde naturel.

Se dire que nous sommes un élément de cette nature, infime, cela a quelque part quelque chose de profondément rassurant, même si c'est déstabilisant. Même si l'homme se construit souvent contre la
nature, il vient d'elle et retourne à elle, indéfiniment...

Contempler la nature sauvage me régénère, me fait oublier mes soucis en me rappelant la grandeur du cosmos, l'insignifiance de mes propres problèmes dans cette totalité harmonieuse et infinie...


Hélène, le-calame-et-la-plume. 21/11/2009 23:16


On s'enverra des photos?
Les gamins qui viennent à la maison, et même leurs parents, admirent la nôtre... Pourtant elle est kitchissime à souhait, je vous préviens!
Amitiés,
Hélène.


Abellion 21/11/2009 23:52


Le kitsch n'est pas gênant, du moment qu'il s'accompagne du respect de la planète et ne se délcine pas en plastique et autres horreurs...


Hélène, le-calame-et-la-plume. 20/11/2009 01:31


Non, Abellion. Je n'ai pas regardé la télé depuis un an...
La surproduction, la pauvreté de ces nations auxquelles on envoie nos mines anti-personnels, des médicaments "recyclés" qui ne sont pas adaptés, quand ils ne sont pas périmés...Et des sacs de
denrhées non-périssables qui atterrissent on ne sais où...
C'est ce que j'appelle, moi, de la politique...

Pour Noël, nous essayons de résister encore et toujours à l'envahisseur...
D'ailleurs il va bientôt commencer à chercher le décor dans lequel nous planterons la crèche; mousses et écorces, pommes de pin et jolis cailloux, auquels nous rajoutons un petit plat de lentilles
que nous faisons pousser, dans un peu de coton humidifié...
C'est cette partie de Noël que je préfère, ainsi que la messe de minuit.
Bonne nuit, Abellion...
Hélène


Abellion 21/11/2009 13:57


Vive les Noël économiques ! je vais sans doute 'minspirer de quelques-unes de vos idées pour faire ma crèche. D'habitude, je la fais avec des la mousse, des cailloux, des bouts de bois ramassés
dans la montagne. très original, les graines germées, il fallait y penser. Bravo pour enchanter Noël ainsi? Amitiés.