Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 14:19

ambroise-dubois-henri-IV-joconde.jpg

 

 

Henri IV, un roi pour lequel la postérité a une tendresse particulière, car il sut, par le glaive comme par la politique, ramener la paix dans une France éprouvée par plusieurs décennies de Guerres de Religion. On lui prêtre la phrase, peut-être apocryphe : "Paris vaut bien une messe", et en effet Henri de Navarre dut se convertir au catholicisme pour devenir Henri IV.

 

Les rapports d'Henri IV au catholicisme ont créé le débat : fut-il un converti sincère ? Il n'y a pas lieu dans cet article de trancher l'interrogation, si elle peut l'être un jour (il faudrait être dans l'esprit du monarque, tout le reste est supposition) mais j'aimerais évoquer deux jurons colorés que la postérité associe au bon roi...

 

Ventre Saint-Gris

Voilà le juron que la postérité prête le plus au roi Henri. Or, on chercherait vainement "un Saint Gris" dans les calendriers. Qu'en est-il ? Le terme serait, selon le Littré (deuxième édition), une déformation de "Vendredi Saint"

 

Jarnicoton

Henri IV aimait fort jurer, ce qui déplaisait bien évidemment à son confesseur, Pierre Coton de la Société de Jésus. L'un des jurons favoris du roi était "Jarnidieu", déformation euphémistique de "Je renie Dieu", ce qui était pour le coup maladroit. En effet, le Père Coton finit par prendre peur que l'usage de ce juron laisse planer un doute sur la sincérité de la conversion du Béarnais. Aussi, il lui conseilla, plutôt que de renier Dieu, de renier son confesseur, Coton. Et c'est ainsi que le Vert Galant, désormais, mit à la mode de la cour le nouveau juron : "Jarnicoton"...

 

Sources

XVIIe s. Ambroise Dubois, Portrait de Henri IV en Mars. Photographie, Base Joconde.

1829. M. C. de Méry, Histoire générale des proverbes, adages, sentences, apophthegmes.

1961. George Delamare, Le Maréchal d'Ancre 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

roi de france 08/01/2017 22:15

L'auteur de l'assassinat, François Ravaillac, est un fervent catholique qui est sujet à des visions.

christian lemenuisiart 18/09/2010 20:12


J'ai pensé beaucoup à toi aujourd'hui grâce à la journée du patrimoine . J'ai une drôle de grenouille de bénitier (qui a perdu la tête et si loin de celui de Narbonne . Et j'en ai en autre avec des
poisons . Je t'enverrai prochainement les photos si tu les veux , bien sûr ! A bientôt .


Abellion 21/09/2010 21:20



J'espère bientôt avoir plus de temps pour aller sur les blogs que j'aime, et en particulier le tien... Amitiés



eurosix 17/09/2010 16:57


Bonjour Abellion,
Je vois que la défense d'Henri IV ne peut avoir meilleur avocat que vous. J'aime Henri IV mais aussi son fils Louis XIII. Commencer son règne sous la tutelle de sa mère Marie de Médicis influencée
par les Concini, n'a pas dû être facile pour lui, appelé plus tard ''le juste''. En outre, le Cardinal de Richelieu, imposé par sa mère au conseil du roi,(je crois), n'a pas dû lui plaire. Ensuite,
il a apprécié sa politique mais il ne faut pas oublier que Richelieu était ambitieux et jaloux de ceux qui avaient du''pouvoir'' comme il l'a montré pour la condamnation à mort de Henri II de
Montmorency.
Pour en revenir en Henri IV, une rumeur a couru à son sujet lors de la mort de Gabrielle d'Etrées, empoisonnée, en Italie par un citron. Je n'ai bien sûr aucune preuve mais je pense que la famille
de Florence, les Médicis, pouvaient avoir envie qu'une autre Médicis soit Reine de France. Il ne faut pas oublier qu'à cette époque, les poisons étaient courants.
Bien entendu, je n'ai aucune preuve mais si je faisais partie d'un jury je déclarerais Henri IV ''non coupable''. Il ne faut pas oublier qu'il avait des enfants de Garielle ! Amitiés.


Abellion 21/09/2010 21:20



Je suis d'accord avec vous. La France peut être reconnaissante à Richelieu de sa politique inflexible qui lui a permis de devenir un état puissant, mais, d'un autre côté, j'avoue avoir un faible
pour les épopées flamboyantes dans le genre de celle de Montmorency, et de ces derniers "tigres" qui osaient tenir tête à un pouvoir inflexible... Le récit de l'exécution de Monmorency est
effroyable, je le posterai un de ces jours sur le blog


AH, Gabrielle d'Estrées, le grand amour d'Henri... Le fils qu'elle eut avec Henri, César de Vendôme fut une autre épine dans le pied du pauvre Louis XIII !


Amitiés



La nonyme. 16/09/2010 14:55


Bonjour,

Je me permets une incartade sur cet excellent blog pour tenter d'enrichir le débat par deux remarques.
La première, somme toute futile, est que par la faute de l'excellente réputation du bon roy Henry et de la longueur du règne du Roi Soleil, Louis XIII le pauvre n'a que les restes de la postérité
(je suis fan de Louis XIII depuis que je suis gamin. C'est l'effet mousquetaire sans doute).
La seconde, plus sérieuse, est tout de même qu'il me semble que le considérer comme le meilleur homme politique toutes époques confondues parait exagéré!
N'allait-il pas, lors de sa mort, mettre l'Europe à feu et à sang, en partie pour récupérer une de ses jeunes maîtresses qu'il avait maladroitement mariée à un proche qu'il croyait "impuissant" et
totalement dévoué? Bien sûr qu'une idée politique suivait mais ça fait réfléchir non?

A bientôt ici ou ailleurs.


Abellion 17/09/2010 10:01



Merci de votre contribution stimulante, "Nonyme". J'aime ces réflexions qui font avancer les débats.


Si l'on le juge en tant que roi, je suis d'accord avec vous pour dire que Louis le Juste est trop méconnu, il a lui aussi travaillé avec succès à asseoir la puissance de
la France ; toutefois, le personnage, à mes yeux, n'a pas l'habileté suprême de son ministre Richelieu ou le flamboyance de son frère Gaston, comploteur velléitaire mais aussi véritable
dilettante et ami des arts. En tant qu'individu, j'aurais un jugement plus nuancé... Louis XIII a des côtés un peu, comment dire, étranges... Outre le fait qu'il n'a pour ainsi dire eu
aucune maîtresse - étonnant pour un roi- savez-vous qu'il fit le portrait d'un castrat habillé en femme (les contemporains s'en sont bien moqués) ?


Il a eu une vie difficile. Perdre son père très jeune, grandir au milieu de Marie de Médicis et des Concini n'était sans doute pas l'expérience la plus agréable pour un enfant. J'éprouve
aussi une certaine pitié pour Louis le mal aimé, marié à une épouse avec qui il ne s'entendait guère, objet de complots soutenus par l'étranger, sa noblesse et son frère... il sut tenir bon face
aux Habsbourg. Les terribles problèmes de santé auxquels il était sujet en plus des soucis de son gouvernement témoignent de son courage.


Le règne de Louis XIII me tient à coeur, autant que le roi lui-même sans doute ! Et je suis, comme vous, un amoureux de cette époque des mousquetaires, troublée mais bouillonnante d'énergie
et d'idées.


Pour notre "Hanric", je vous ferai aimablement remarquer, cher ami, que je n'ai aucunement dit que c'était "le meilleur homme politique toutes époques confondues". Je me garderai bien de faire un
jugement aussi cavalier ! J'ai simplement dit que c'était un de mes préférés (la nuance est de taille). On peut aimer quelqu'un pour ses qualités et pour ses défauts, et souvent dans une fratrie,
c'est le petit dernier turbulent qui est le plus chéri allez savoir pourquoi ! Bien sûr, Henri s'est mis plusieurs fois en danger pour ses maîtresses de manière imprudente. Mais la grande
différence entre un héros réel et un être de papier ou les "hommes providentiels" dont la biographie est émondée par leurs hagiographes, c'est parfois que leurs vertus ont aussi
leur envers. Et mettre fin à une guerre civile meurtrière, fût-ce en allant guerroyer ailleurs, c'était pour l'époque un titre de gloire pour un dirigeant.


D'ailleurs, le courage politique d'Henri IV fut exemplaire, en cela qu'il prit le risque d'accepter de se mettre à dos catholiques comme protestants, de devenir impopulaire, ce qui finalement lui
coûta la vie (Ravaillac ne fut que le dernier d'une cohorte d'assassins moins "chanceux" que lui)... J'ai beau chercher dans mes souvenirs, je vois peu d'hommes politiques aussi
courageux que lui.


Par ailleurs, j'ai une tendresse pour les rois en général, car, comme ils vivaient aux yeux de tous, leur vices sont en quelque sorte visibles et connus, tandis que nos présidents,
cloîtrés dans l'Elysée comme dans un Escorial, essaient - vainement la plupart du temps - de cacher les leur derrière une façade de représentant de commerce ou de puritanisme à
l'anglo-saxonne. A tous égards les siècles anciens devaient moins se bercer de chimères sur leurs dirigeants que nos démocraties modernes, comme si le suffrage universel décernait un brevet
d'accomplissement personnel. Un Bussy-Rabutin ou un Tallemant seraient-ils possibles de nos jours ?


Pour ma part, je ne trouve rien de plus affligeant que ces gens qui pensent que l'histoire de France commence en 1789 (et il y en a, à commencer par un ancien Ministre de la Culture). Je
pense que vous serez bien d'accord avec moi sur ce point-là !


A bientôt, je l'espère.



gene 07/09/2010 22:40


c'était de beaux jurons avec une belle sonorité, ceux d'aujourd'hui sont moins élégant . Henri IV un roi intelligent .


Abellion 08/09/2010 06:34



Oui, plus grossiers. On dirait qu'à mesure que le pouvoir de la religion diminuait, le juron et l'insulte ont perdu leur dimension blasphématoire et n'ont plus référence qu'à
des faits en rapports avec le sexe ou l'exécrément ("merde" et autres "putain"). C'est pour moi aussi un réel appauvrissement...