Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 13:55



Un monstre de 800 tonnes en équilibre sur une surface d'environ 1, 50 mètres carrés... C'est un des plus impressionnants des collosaux rochers de granit du Sidobre, dans le Tarn. Il est entouré d'un mystère, comme toute pierre à légendes qui se respecte...

La Peyro Clabado est située sur le pic des Fourches, à 1 km de Lacrouzette.

Belle pierre.

Cette énorme masse de granit est appelée Peyro Clabado, ce qui signifie "pierre clouée". Ce nom est sans doute du a l'aspect étrange du site : un énorme caillou qui s'appuie sur un autre, minuscule en comparaison. Si bien que l'on peut bien croire que le gros rocher est "clouée" au petit...  C'est ce que je me dis du moins.

En fait, comme on peut le voir sur place, c'est l'imbrication d'un troisième petit rocher, inséré entre le grand et le petit comme un coin ou une cale, qui permet à l'ensemble de l'édifice de tenir debout (d'après mes souvenirs d'il y a cinq ans, je peux me tromper bien sûr...)

Les rochers sont juste en équilibre, pas besoin de clou.

Les marmites. 

Sous la pierre se trouvent des cavités creusées par l'érosion, appellées marmites. Jadis, on y voyait, dit-on, des traces de pas d'hommes et d'animaux. L'explication ne manquait pas de poésie, avouons-le.  

La légende de la pierre. 

Beaucoup de pierres du Sidobre ont leur légende, quelle soit ancienne ou inventée... Ici, il s'agit plus d'un rite que d'une légende à proprement parler.

Vous avez peut-être remarqué la présence d'un tas de petites pierres sur le rocher supérieur. Quelle est la raison de leur présence ? La géologie ?

Et bien non ! Ces cailloux ont été jeté là intentionnellement par... des jeunes gens qui voulaient se marier dans l'année ! On rapporte en effet qu'une pierre qui arrive là-haut, et y reste bien sûr, garantit des épousailles rapides. Plus récemment, certains y jettent des pièces de monnaie, comme dans les fontaines.

A voir le nombre de pierres, on dirait que les âmes esseulées sont bien nombreuses ! Puissent-elles trouver leur bonheur...

Bref...

Un beau rocher, et de jolies légendes, cela ne fait pas de mal... Et desolé si je poste moins d'articles en ce moment, mais boulot boulot et j'y retourne de ce pas !

Autres rochers du Sidobre.
Roc de l'oie.
Présentation du Sidobre.  

Page sympa faite par des collégiens.


Postface novembre 2009

Je ne résiste pas au plaisir de joindre à ce vieil article -qui mériterait bien d'être réécrit, ma foi - quelques mots de Jo Fillol sur cette fameuse Peyro Clabado, en vous conseillant de faire un tour sur le blog de ce passionné du Sidobre. Il connait parfaitement le lieu, étant lui-même sculpteur sur pierre...

Cet "emblématique symbole du SIDOBRE" est couvert de "clapes", ces éclats de taille de pierre, lorsque les granitiers, rudes travailleurs faisaient tinter leurs poinçons forgés au charbon de bois sur ce granit si dur, mais nourricier. Ces clapes gisent, chargées de l'ardeur, la sueur et la force de nos anciens et parsèment le sol de ce "PIC DES FOURCHES. "Les "touristes", encouragés par une pseudo-légende, les lançent avec force sur la "PEYRO CLABADO" avec l'espoir dérisoire que, si une de ces clapes reste accrochée sur ce rocher, ils se marieront dans l'année...

Repost 0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 00:06

Dans le Sidobre (commune de Lacrouzette), non loin du hameau de Cremaussel et de sa fameuse auberge, un petit bois regorge de pierres à légendes. Des rochers mystérieux qui revêtent des formes fantastiques. L'un des plus célèbres est le Roc de L'Oie, dont nous allons raconter la légende. 

Légende du Roc de l'oie.

Jadis vivait en ces parages un enchanteur. En ce temps-là, d'étranges animaux géants erraient dans le Sidobre... L'un d'eux était une oie gigantesque.

Chaque nuit, elle allait couver son oeuf non loin de Crémaussel. Mais avant le lever du soleil, elle devait avoir regagné la demeure de l'enchanteur auquel elle appartenait, sous peine des pires représailles. 

Vint un jour où elle dormit trop longtemps et ne put regagner à temps le repaire du magicien. Celui-ci, pour la punir, la changea alors en pierre, ainsi que son oeuf. 

Il est dit que lors des équinoxes, par nuit de grand autan et de pleine lune, on entend frémir l'oiseau pétrifié... 

Origine de la légende. 

On pourrait croire que cette légende nous vient de la nuit des temps, avec son magicien et son oiseau étrange... pourtant, il n'en est rien !

Les rochers du Sidobre n'ont pas été inventoriés avant 1918. Ce fut le castrais Raymond Nauzières qui effectua ce travail, et ce fut lui qui donna leurs noms aux rochers étranges qu'il dénichait par-ci par-là... Les légendes étaient inventées de toute pièce à la suite de ces baptêmes. Celle du roc de l'oie ne fait pas exception.

Bref... 

Les légendes sont un terrain trompeur et mouvant... Viennent-elles d'un lointain passé ou d'un touriste d'hier ? Je vous engage à vous poser cette question qui, moi, ne me quitte jamais quand je suis confronté à l'une d'elles !

  

Repost 0
27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 23:09

Au nord de Castres, notamment sur le territoire de la commune de Lacrouzette, s'étend un étrange pays. Cette terre est semée de rochers géants, où l'imagination humaine a vu d'étranges formes : une oie géante, un éléphant, trois formages, un chapeau de curé... C'est le Sidobre, le pays du granit magique.


Cette roche prend toutes les apparences, sous l'effet de millions d'années d'un polissage naturel. Ici, ce sont trois pierres qui se chevauchent, en équilibre instable ("rochers décalés").


Ailleurs, le végétal croise le minéral, dans une fusion à peu près totale, alors que les mousses laissent transparaître le grain irrégulier du granit.


Ailleurs encore le granit croise l'eau, se résout en une poussière de sable dans des ruisselets aux reflets cuivrés.

 
Etrange phantasmagorie, ou théâtre d'ombres chinoises : la surface blanche des rochers devient un écran où peut se projeter la forme des feuilles. 


 Parfois le granit forme d'étranges surfaces planes, sorte de piste de danse pour le sabbat des créatures de l'ombre.


Profitant de la moindre lumière, mousse, lierre, fougères se faufilent. Sur sa surface grenue et irrégulière, dans ses insterstices protecteurs et secrets, la pierre se fait accueillante à la vie et au regard.



J'espère vous faire découvrir bientôt d'autres merveilles de cette contrée de rêve qu'est le Sidobre.

Liens.

Mes cartes postales insolites du Sidobre.
La légende du Roc de l'oie.
Repost 0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 08:34

 

 

Certains rochers de granit étonnants sont très connus en Languedoc. Ils sont situés dans le Sidobre, ancien massif granitique situé non loin de Castres. Je consacrerai bientôt un article plus long à ces pierres à légendes, aux formes qui parlent si bien à l’imagination. Mais, pour vous mettre l’eau à la bouche, voici d’ores et déjà quelques cartes anciennes. Dédicace spéciale à Promethazine, notre internaute amoureux des vieilles pierres tarnaises. Et à tous ceux qui attendent avec impatience les vacances, ces cartes postales devraient bien faire plaisir !

 

Le Rocher Tremblant de Sept-Faux.

 

Il est situé sur la commune de Burlats. Il s’agit de deux énormes masses de granit en équilibre, totalisant à elles deux 900 tonnes. Mais, par la magie de la mécanique, un simple levier situé sous le rocher inférieur permet de mouvoir l’ensemble. Les rochers oscillent alors pendant environ une minute. C’est aujourd’hui madame Donadille qui est chargée de faire le geste devant les visiteurs émerveillés.

 



Tout s’explique par le fait que les deux rochers énormes sont en équilibre, et reposent sur une troisième pierre,  minuscule par comparaison. Le levier est situé directement entre la petite pierre et le gros rocher inférieur (on le voit bien sur la photo, tout à fait en bas à gauche, près de l'échelle). En faisant bouger le levier, on fait alors bouger les deux énormes pierres, en utilisant la petite pierre comme point d'appui...  


Un jour, dans un train qui se rendait à Paris, j’ai croisé un personnage haut en couleur. C’était un malgache qui travaillait pour une compagnie pétrolière, et qui adorait visiter le sud de la France. Et  un de ses souvenirs les plus frappants de notre région, c’était cette pierre qu’un minuscule levier permettait de faire trembler (d’où son nom).


Il faut aussi noter la présence du personnage. Il ne semble pas avoir de costume régional, mais est bien plutôt un simple promeneur (porte-t-il un canotier ?).


Le dos de la carte postale

 

La photo est seulement signée P.X., et la carte semble émaner des éditions Poux (Albi). Le dos de la carte nous apprend qu’elle a été envoyée le 20 août 1927, à un pâtissier de Mirepoix. Peut-être par des Ariégeois en vacances…

 

L’œuf de la Rouquette.

 

Je ne connaissais pas ce rocher du Sidobre, mais en surfant sur Internet je crois avoir trouvé son nom : l’œuf de la Rouquette (Hameau de Lafontasse, commune de Burlats). Et effectivement, le moins que l’on puisse dire est qu’il a une forme ovoïde… Il semble dangereusement en équilibre sur un plan de granit incliné. Il est dit, ce qui n’est pas non plus pour nous rassurer, que c’est un rocher tremblant.

 


Ce qui est frappant, c’est l’angle de vue de la photo : on ne voit quasiment que ces pierres, couvertes de lichens et polies par les éléments, et le ciel. Juste une petite parcelle de végétation dans le coin droit. Aujourd’hui, la végétation semble avoir repris ses droits, si l’on en croit les photos actuelles du lieu. Mais il est aussi possible que la carte postale ait été retravaillée, recomposée, recadrée, comme cela arrivait souvent à l’époque.


L'impression de solitude désolée est encore accrue par l'absence de toute présnece humaine. Comme on l'a vu avec la carte précédente, les personnages égayaient souvent les paysages. Ici, ce n'est pas la cas. Que ce soit intentionnel ou pas, cela donne à cette carte une impression de vide digne d'un tableau de Giorgio de Chirico...
 

Le dos de la carte postale.

 


Il nous ramène aux temps troublés de la deuxième guerre mondiale ; le timbre est à l’effigie du maréchal Pétain et elle est daté du 27 juillet 1942. Ecrite au crayon à papier (pénurie ou simple imprévoyance de la part de la jeune fille?). Comme c’est un document historique mineur mais intéressant pour l'anecdote, j’en donne le texte. Qui sait, peut-être Hélène est une blogueuse, lira cette page et nous répondra !  

 

Ferrières 27/7/42

Camp de Cordette.

 

Chère Nono,

J’espère que tu

passes un chic camp

ainsi que tes copines.

Je m’amuse épatamment [sic]

bien. A bientôt (dans 2 mois malheureusement).

 

Bien cordialement

Hélène.

 

Elle est adressée à Mademoiselle S. Peyré, Camp de Guides de France à Saint Amans-Soult. Le camp de Cordette était-il aussi un camp d’éclaireurs ? Mystère… Seuls des natifs du coin, ou des historiens du scoutisme pourraient nous donner la réponse.

 

Bref.

  Un avant-goût de vacances...          
Repost 0