Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 22:23

 

  Le 20 mars 1817, la troisième année du règne de Louis XVIII, un corps est repêché dans l’Aveyron. Il s’agit d’un homme d’une cinquantaine d’années. Il avait été égorgé, vidé de son sang et jeté à la rivière. On reconnaît bientôt en lui Antoine-Bernardin Fualdès (1761-1817), ancien procureur impérial (1811-1814), révoqué lors de l’avènement de Louis XVIII pour son bonapartisme notoire. Qui est le meurtrier ?


 
Un crime politique ?

La plupart des historiens pensent qu’il ne s’agit pas d’un crime crapuleux, mais d’un crime politique. En effet, Fualdès s’était fait remarquer sous la Révolution française comme jacobin modéré. Avocat, il avait été le défenseur de Charlotte Corday. Mais c’est en 1814 qu’il se serait fait de puissants ennemis.

En effet, cette année-là, Fualdès est procureur du tribunal spécial à Rodez, pendant que se prépare dans les environs un complot royaliste. A Goudalie, près de Muret-le-Château, trois cents hommes en armes, sous la conduite des frères Goudal et de Bancalis de Pruines, n’attendent qu’un signal pour marcher sur Rodez. Mais, au dernier moment, la conspiration est déjouée par Fualdès.

Six semaines plus tard, une diligence chargée de l’or de la Caisse d’Espalion est attaquée près du manoir de Vayssettes. Fualdès soupçonne Bancalis, un des meneurs du mouvement de 1814, mais la chute de Napoléon, suivie de sa révocation par Louis XVIII, ne lui laisse pas le temps de mener l’enquête.

 
Les chevaliers de la Foi.

Ce seraient donc des royalistes qui auraient tué Fualdès, en guise de vengeance. Les responsables, comme l’a révélé le procès, auraient été deux royalistes notoire, Bastide et son beau-frère Jausion. Pour autant, une ambiguïté subsiste sur le motif de l’assassinat, puisque les deux hommes avaient contracté à l’égard de Fualdès une dette énorme de 26000 francs. Crime politique ou crime crapuleux ? 

Les tenants de la thèse royaliste ont parfois supposé que le meurtre de Fualdès était l’œuvre des Chevaliers de la foi, société secrète légitimiste fondée en 1810, mais apparemment sans preuve définitive.

 

Un assassinat sanglant.



Le procès révèle des circonstance de l’assassinat particulièrement romanesques, dignes de l’Histoire des Treize de Balzac ou même du Melmoth de Mathurin par leur sauvagerie ! Je vous laisse en juger.
  

Fualdès avait été attiré dans une maison mal famée. Là, il avait été égorgé et saigné avec sauvagerie, comme un animal. Détail macabre, Collard, un vielleux avait été loué pour maquer, par sa musique, les cris d’agonie du pauvre procureur.
 

 Des procès rocambolesques.

Seulement voilà. Les trois procès se sont déroulés dans d’étranges circonstances. Clarisse Manzon, principal témoin, personnalité fantasque, ainsi que tous les autres témoins à charge se sot rétractés après le procès et l’exécution de Bastide, Jausion et Collard (3 juin 1818). On a d’ailleurs noté l’empressement de la justice à envoyer les coupables à l’échafaud. Qu’en était-il donc vraiment ?


 
Le premier procès de l’ère médiatique.

Malgré toutes ces incertitudes, le procès de Fualdès marqua un étape dans l’histoire. Ce fut le premier procès de l’ère médiatique : il passionna pendant trois ans toute l’Europe. On écrivit cette complainte pour immortaliser l’affaire :

 Bastide le gigantesque
Moins deux pouces ayant six pieds,
Fut un scélérat fieffé
Et même sans politesse
Et Jausion l’insidieux
Barbare, avaricieux.

…Ils méditent la ruine
D’un magistrat très prudent
Un ami, un confident,
Mais ne pensant pas le crime
Il ne se méfiait pas
Qu’on complotait son trépas.


 
Appel à infos.

Je n’ai rien pu rassembler de plus sur cette ténébreuse affaire. Merci aux lecteurs érudits de me signaler toute autre information ou source intéressante !


 
Sources.

J.-F. Ratonnat, Les mystères du Sud-Ouest, éditions Sud-Ouest.
Collectif, Rodez, Deux mille ans d’histoire, éditions du Rouergue.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laurent 23/02/2016 08:49

nous sommes entrain de jouer la pièce qui a tué Fualdes d'après la BD de Paul Astruc. Allez sur le site quiatuefualdes.
Pour ma part, j'ai découvert que Ida de Bancalis, parent au second degrè du fameux de Bancalis de la conjuration de la Goudalie, s'est marié en 1814 avec le préfet d'Albi(où la peine de mort pour Bastide et Jausion fut décidée par le tribunal), député du Tarn., Decazes. Le propre frère du Duc Decazes, ministre de la justice de Louis XVIII. Le président du tribunal, Grenier, était ami du juge Enjalran, dont la fille, Clarisse Manzon a abreuvé le tribunal de faux témoignages qui lui ont permis d'obtenir une rente à vie, octroyée par le roi. Une poignée de notable a organisé cette parodie de justice pour bénéficier de la bienveillances des ultra-royalistes.

Pezet Alexandre 22/01/2015 21:51

Louis Bancalis de Pruynes a effectivement mis en prison pendant les 100 jours par le juge Fualdes qui avait conservé son emploi de Juge à la première restauration) pour sa participation présumée (et avérée selon notre tradition familiale) à l'attaque de la malle d'Espalion. Cela lui donnait un mobile, mais je ne connait pas de faisceaux de présomption qui l'impliquerai dans le meurtre de la rue des hebdomadier à Rodez, lieu du meurtre.

Abellion 02/10/2015 08:19

Merci pour ces éléments ! Lors de ma visite à Mur de Barrès, cette affaire m'avait fort intéressé...

DE LESTAANG 21/11/2008 23:13

bonjour,

la revue du Rouergue numéro 20 parle de cette affaire (article Lucien Mazars), à laquelle aurait notamment été mêlée le Chevalier de La Brousse

Abellion 22/11/2008 07:55


Je vais explorer cette référence. En savez-vous plus sur cette affaire passionnante ? Il semble qu'elle soit tout sauf claire, et que les factions opposées aient chacune leur version bien
arrêtée...