Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 15:02

 

 

Il est des lieux qui ont tenu une place fondamentale à une époque donnée, voire pendant un millénaire, et qui soudain se trouvent comme oubliés par les hasards de l’histoire. Alet en fait partie. Occupée depuis l’époque romaine, ville épiscopale, prise ensuite par les protestants, elle a ensuite perdu de son importance stratégique pour devenir progressivement, à partir du XIX et du développement des transports, une station thermale et touristique de premier ordre, du fait des riches vestiges de son passé.

 

On y croise aussi l’ombre de personnages étonnants : Jean XXII, le pape lotois hostile aux alchimistes, Nostradamus, Nicolas Pavillon, évêque « janséniste », Montfaucon de Villars, l’auteur de l’énigmatique Comte de Gabalis, le cardinal Mazarin et même le diable en personne. Là, il nous faudra démêler le vrai du faux, la légende de l’histoire.

 

Alet est située dans la Vallée de l’Aude, au sud de Carcassonne, non loin de Limoux.

 

Alet romaine, réelle et fantasmée.

 

A Alet, il y a beaucoup de monuments énigmatiques, et donc beaucoup de légendes. Il existe dans la vallée de l’Aude, en aval d’Alet, les vestiges d’un petit pont, appelé dans le pays « Pont Romain ». Ce qui n’indique nullement qu’il soit effectivement romain. La légende prétend qu’il fut bâti en un jour, ce qui est inconcevable quand on regarde ses piles puissantes ! On prétend que son architecte eut recours à un pacte avec le diable pour parvenir à un tel résultat.

 

Autre vestige douteux de l’époque romaine : le chevet de la cathédrale. Une tradition prétend que ce chevet était le vestige d’un temple romain dédié à Diane. Or, c’est manifestement faux : les historiens modernes ont rattaché cette partie au premier art roman (XIe siècle). Une telle légende a pu naître du fait que les chapiteaux romans de ce chevet présentent un décor à l’antique de l’ordre corinthien (avec des feuilles d’acanthe).

 



En fait, un des seuls vestiges authentique de l’époque romaine semble être un columbarium, situé non loin de la porte Cadène. C’est un ancien cimetière, qui prend la forme de niches dans un mur. Ces niches étaient destinées à recevoir des urnes funéraires contenant les cendres des défunts, aujourd’hui disparues.

 

Il semble néanmoins attesté qu’à l’époque romaine Alet était déjà réputée par ses sources thermales, et qu’il constituait un poste militaire. Les Wisigoths renforcèrent les défenses romaines par un château construit près de l’ancienne porte Cadène.

 

Une floraison d’églises.

 

L’histoire récente d’Alet est liée à son abbaye. Ses ruines imposantes s’élèvent sur l’artère principale de la ville, jetant comme une ambiance de ruine et de désolation, ne serait-ce la belle couleur dorée des pierres et la beauté des vestiges.

 

Les traditions parlent d’un couvent du VIe siècle, détruit par les Sarrazins. Une véritable abbaye fut fondée ensuite en 813 avec l’aide de Béra, Comte du Razès et de sa femme Romille. L’abbaye fut placée sous l’invocation de Notre-Dame et la règle de saint Benoît.

 


L’abbaye prend rapidement une grande importance. Au début du IXe siècle, le Pape Léon V donne à l’abbaye un morceau de la vraie croix, ce qui en fait sans doute l’objet d’un pèlerinage important. C’est alors que l’Aletha romaine changea de nom et devint le Vicum electum, le lieu élu, le lieu choisi, en signe de la nouvelle vocation religieuse de la bourgade.

 

Alet semble être sous la protection papale, ce qui lui permet de résister aux tentatives d’annexion des autres abbés (en particulier ceux de Lagrasse). Elle reçoit en 1096 la visite du Pape Urbain II. 

 

Catharisme et politique.

 

Alet est alors une abbaye puissante, et qui suscite les convoitises de seigneurs adeptes de calculs politiques complexes comme de manières expéditives. Pour leur malheur, les moines d’Alet vont faire connaissance avec Bertrand de Saissac, seigneur favorable au catharisme mais soucieux d’utiliser l’Eglise catholique pour ménager ses intérêts, souvent avec la complicité du haut clergé.

 



En 1197 meurt Pons d’Amély. C’est un abbé puissant et bâtisseur, qui a fait entourer la ville de puissantes murailles qui existent toujours (notamment les vestiges de portes Cadène et Calvière). Comme il est d’usage en ces cas-là, le poste est convoité et les rivalités acharnées… Elles opposent Bertrand de Ferréol, syndic du monastère de Saint Polycarpe, et Boson, le candidat avancé par Bertrand de Saissac, tuteur du comte de Carcassonne Raymond Roger Trencavel. Les moines ont le malheur de préférer Bertrand de Ferréol, ce qui cause la colère du seigneur de Saissac. Celui-ci intervient militairement dans l’abbaye, fait déterrer le cadavre de Pons et procéder à un nouvelle élection. Celle-ci, sans surprise, voit triompher Boson, avec la bénédiction de l’archevêque de Narbonne qui toucha alors une forte somme d’argent…

 



Ainsi se réglaient les différents en cette époque troublée ! Mais les calculs de Bertrand de Saissac ont porté leur fruit. Lors de la croisade contre les Cathares, Alet, contrairement à d’autres abbayes catholiques comme celles de Conques, ne prend pas le parti des croisés comme le commandait l’obéissance au pape, mais celui du comte de Carcassonne, en guerre contre Simon de Montfort. Malheureusement, Carcassonne est bientôt prise par les croisés… Et cet engagement en faveur des vaincus fut chèrement payée : l’abbaye fut dégradée et les moines chassés, au profit de prêtres séculiers.

 

La suite est ici...  

Partager cet article

Repost 0
Abellion le Polygraphe - dans Villages audois
commenter cet article

commentaires