Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 06:39
On sait que, depuis 1516, date de la parution de l’Utopie de Thomas More, divers écrivains se sont plus à imaginer des sociétés imaginaires. Ce que l’on sait moins, c’est que certains ont essayé de créer des villages utopiques réels. Ainsi Voltaire à Ferney au XVIIIe siècle, ou, en pays cathare, Hervé-Louis César de la Panouse à Saint-Rome, près de Villefranche de Lauragais, à partir de 1872.
 
L'utopie, ou le monde résumé en un village.
Une utopie en effet, c’est un monde clos et autarcique, un microcosme à l’image de la totalité du monde extérieur. Ainsi, la cité du Soleil, de Tommaso Campanella (début du XVIIe siècle) nous montre une ville utopique fait de sept enceintes, au centre desquelles se trouve un temple consacré au soleil. Image de l’univers, de ses planètes (7 étaient connues à l’époque de Campanella) et du soleil central.
Saint-Rome, village utopique réel de la fin du XIXe siècle, ne déroge pas à la règle. Mais ici, la modélisation de l’univers n’est pas astronomique, elle est géographique. C’est-à-dire que les différentes maisons offrent un condensé étonnant de tous les styles architecturaux du monde entier, du moins une interprétation de ceux-ci en termes d’architecture occidentale. Il règne une peu ici une atmosphère d'exposition coloniale !

undefined
Ainsi, on trouve en ces lieux une maison mauresque dont la terrasse et les fenêtres sont en arc outrepassé.
Plus loin, la maison du régisseur du domaine semble toute droite sortie d’un Vermeer : elle imite le style flamand. Elle est d’ailleurs accolée, étrange association, à une citerne d’inspiration mauresque.
 
undefined

Voyage dans le temps.

Les styles architecturaux se réfèrent non seulement à la géographie, mais aussi à l’histoire de la civilisation. C’est ainsi qu’un portique monumental de style néo-classique semble référer à l’antiquité grecque ou romaine, telle que vue depuis le XIXe siècle. 

undefined
Par ailleurs, un charmant petit pavillon semble interpréter librement  l’architecture de la France classique. Quand au logement du comte de la Panouse,  il reproduit fidèlement le style cossu et décoratif des demeures bordelaises de la Belle-époque, et a pris la place de l’ancien château médiéval.
Même les parties fonctionnelles du grand domaine agricole qu’était saint-Rome portent leur note de fantaisie architecturale : ainsi, sur les hangars, on trouve d’étonnants motifs en bois représentant des animaux fantastiques.
 
On est donc dans la fantaisie et l’éclectisme architectural les plus débridés ! Tout ici semble tout droit sorti de l’imagination d’un Schuiten et d’un Peters (Les Cités obscures), ou d’un architecte utopique…
 
Les hommes qui ont bâti Saint-Rome.
Pourquoi cette fantaisie ? Quel architecte a contruit ce lieu ? Qui a financé les travaux, qui devaient atteindre des sommes inconcevables ? Et pourquoi ?
A la fin du XIXe siècle, comme beaucoup d’endroits du Lauragais, saint-Rome était une petite bourgade agricole où tout le monde travaillait pour le comte, propriétaire des terres qui vivait au château (ailleurs, cela pouvait être pour une riche famille bourgeoise). Le domaine a été constitué à partir de 1837 par Alexandre-César de la Panouse. Il faisait partie des nobles légitimistes qui, sous la monarchie de Juillet, ont investi dans la terre. C’est son fils Henri-Louis César qui a agrandi le domaine et l’a entièrement reconstruit. Il aimait sans doute son village, puisqu’il a voulu y être enterré, dans un tombeau aussi modeste que ses constructions avaient été extravagantes.

Ce personnage était un grand voyageur, qui avait couru le monde. Saint-Rome est le fruit de sa collaboration avec l’architecte Henri Vergnes.
  
undefined

La structure du village.

Il se découpe en trois parties principales : primo, le lotissement des estivandiers ; deuxio, le cœur du village, groupé autour de la maison du propriétaire ; tertio, les bâtiments publics.
-Le lotissement des estivandiers est une suite de petites maisons rejetées comme en dehors du village.
-Le cœur du village regroupe les bâtiments agricoles et les maisons du personnel, autour de la résidence du propriétaire. Cette dernière est composée de la maison de maître proprement dite, d’un fumoir dans le style des chinoiseries, d’une oragerie, d’un parc à l’anglaise. Atour d’elle, les bâtiments domestiques et agricoles : maison du régisseur et des serviteurs, écuries, remise des voitures.
-L’espace public, formé de la mairie et de l’église, occupe une part assez réduite au regard du reste des constructions. La mairie est toute petite, ce qui s’explique aisément quand on sait que les La Panouse s’y sont succédés, et que le véritable centre du pouvoir est en fait le château.
 
Un projet de société. 

undefined

Saint-Rome donne une double impression. D’une part, l’organisation de lespace, comme dans d’autre petits villages du Lauragais, donne bien l’impression des hiérarchies sociales : la maison du maître est au cœur du village, tout gravite autour d’elle. Mais, d’autre part, l’agencement révèle un souci de bien-être et de confort à l’égard des travailleurs du domaine, si bien que l’on a pu parler, à propos de saint-Rome, de paternalisme, terme qui me semble un tantinet trop péjoratif. On est ici dans un monde fortement marqué par la personnalité du fondateur et sa famille, et où l’espace public (mairie, église) occupe une portion minuscule. Une alternative de droite, en quelque sorte, à l’utopisme socialiste des fouriéristes.
 
Visiter saint-Rome.

Un petit panneau vous indiquera comment y arriver, à partir de la RN 113, entre Toulouse et Villefranche-de-Lauragais. Le village lui-même ne se visite pas, même pas pour les journées du Patrimoine, et on peut le déplorer. Mais vous pouvez toujours faire le tour du domaine et vous promener dans le lotissement.
 
C’est un endroit vraiment singulier, qui vaut le détour, et résume, dans son caractère à la fois suranné et grandiose, les idéaux du XIXe siècle. Un endroit étrange où un homme a cru à ses rêves et les a gravés dans la pierre.
 
undefined

Bibliographie.
 
Collectif, Châteaux en Haute-Garonne, Editions Daniel Briand.
 

Partager cet article

Repost 0
Abellion le Polygraphe - dans Lieux XIXe siècle
commenter cet article

commentaires

Christophe 03/08/2015 17:56

Bonjour,

Je viens de découvrir (tout à fait par hasard), et de visiter le village de Saint-Rome. L’impression d’un “grand n’importe quoi” s’est aussitôt emparée de moi, et m’a profondément ému.
J’ai tout de suite voulu en savoir plus, ce qui explique ma visite sur votre blog, et je regrette bien sûr que ce lieu sit aussi inaccessible aux visiteurs, et si peu médiatisé.
Mais cela semble coller avec la personnalité légitimiste du créateur...
Non :-) ?

Merci pour votre article.

Abellion 02/10/2015 08:05

Merci ! J'ai aimé votre analogie politique, cela se tient effectivement !
Quant à ce site, je l'ai animé dans une période de ma vie où je m'ennuyais un peu et me sentais seul. Désormais père de famille et surchargé d'occupations diverses, j'ai à vrai dire peu de temps pour m'en occuper, et la forme du blog me semble désormais limitée et sans intérêt. Je publiais parfois des articles après une lecture ou une visite, sans toujours faire des recherches pointilleuses (et sans jamais prétendre jouer à l'historien d'ailleurs), ce qui m'a d'ailleurs valu pas mal de critiques mesquines de savanteaux de sous-arrondissement et d'épileurs de chenilles, ou au contraire de zozos illuminés, tous également incapables d'ailleurs eux-mêmes d'écrire ou de tenir un site comparable ou aussi divers. Bref, tout cela explique que je n'y consacre plus la quantité énorme de temps nécessaire à son bon fonctionnement. Mais les remarques amusantes de visiteurs comme vous, de même que le sans-gène de ceux qui crachent leur venin sous couvert de pseudonymes, me poussent toujours à y faire un tour pour rire un peu, converser avec des gens courtois ou croiser le fer avec ceux qui ne le sont point.

denis bigot 24/08/2010 17:23


Natif de Saint Rome (1947), j'ai grandi dans une atmosphère de véritable dévotion l'égars de "Monsieur". Dans les années 1960, le propriétaire était Martin de la Panouze, décédé en 2004. Depuis le
19ème siècle, rien n'avait changé: le maire du village était monsieur le comte. Au décès du père a succédé Christophe de la Panouze, le fils aîné, qui vient de décéder au mois de mai 2010. Sur la
soixantaine d'électeurs inscrits, deux autres fils de la Panouze se sont présentés en concurrence! Ce qui a permis l'élection d'un citoyen Massicot au fauteuil de maire... La famille de la Panouze
a vendu la quasi totalité des maisons aux habitants. Jusqu'en 1984, quiconque pouvait circuler librement dans les allées du "château". Mais des déprédations et incivilités ont amené la famille à
fermer les accès. Notons enfin que les la Panouze de Saint Rome sont proches parents des la Panouze de Thoiry et parents par alliance avec la grande familli de Wendel.

Denis Bigot


Abellion 02/10/2015 08:12

Tourisme de masse oui, tourisme choisi non.

FONTAN 08/03/2015 20:01

Je trouve que c'est au contraire une chance que ce village soit préservé et épargné de toute publicité. C'est un endroit authentique et un tourisme de masse "démolirait" cet endroit idyllique. C'est un bonheur de se promener dans Saint Rome et d'être seul dans un endroit où le fantastique se réveille dans nos esprits.

Abellion 02/09/2010 09:00



Merci beaucoup de ce témoignage, qui nous permet de mieux comprendre le Saint Rome actuel. Les la Panouze sont effectivement une famille importante dans l'histoire. Il est dommage que Saint-Rome,
toutefois, ne soit pas davantage mis en valeur dans ce coin de Lauragais où les monuments visitables par les touristes ne sont pas légion, car cela attirerait des visiteurs, et permettrait
de leur parler d'une autre période de l'histoire du Languedoc que le sempiternel Moyen-âge, Cathares, Simon de Montfort et compagnie. Cela résoudrait aussi le problème des déprédations, si les
visites étaient guidées et encadrées par des guides, qui évoqueraient les destinées du lieu tout en veillant à ce que l'indiscipline éventuelle des visiteurs n'ait pas des conséquences trop
funestes... Qu'en pensez-vous ? Les La Panouze envisageraient-ils un tel projet à plus ou loin long terme ? car peu de régions, sans doute, peuvent se vanter d'avoir un village aussi original.



Nénan MORENO 21/02/2010 15:37


Je viens de visiter Saint-Rome. C'est un village vraiment curieux. Dommage que l'on ne puisse pas pénétrer dans l'enceinte. J'ai envie d'écrire à la famille de la Panouse pour qu'elle organise une
journée portes ouvertes. J'ai déjà visité une cité utopique,à Arc et Senans dans le Doubs. Réalisée par l'architecte Ledoux dans une enceinte ronde qui n'a pas été terminée mais qui a servi aux
ouvriers des salines. Bravo pour votre blog qui m'a permis de découvrir Saint-Rome.


Abellion 22/02/2010 07:26


Oui, extrêment cuieux et quasiment unique en son genre ! Je vous remerie de cette information sur le Doubs, je vais essayer de me renseigner. Est-ce le Ledoux du XVIIIe siècle, l'architecte
utopique ? J'ai toujours trouvé ses dessins stupéfiants.

On m'a dit que les La Panouse ne voulaient plus faire visiter le site. Autrefois, des visites étaient organisée, en particulier pour les journées du patrimoine, mais il y aurait eu des abus, ce qui
aurait conduit les propriétaires à renoncer définitivement aux visites. Vous pouvez toujours tenter votre chance, tenez-moi au courant.


gene 16/10/2009 16:56


très bien la carte, je ne connaissais pas la spécificité de St Rome , très intéressant , je connais un autre lieu , un peu équivalent mais cette fois ci dans le nord , le familistère de Guise .
bonne soirée , ensoleillée pour nous mais très froide


Abellion 16/10/2009 19:36


Oui, c'est un peu la même ambiance, mais à une nuance près : les fouriéristes étaient  socialistes, tandis que le comte de Lapanouse était légitimiste. Il y a dans les familistères une notion
égalitariste que l'on chercherait vainement dans le village de St-Rome, qui est centré autour de l'habitation du maître du domaine.

Mais les deux, les familistère comme le village de ST-Rome, essaient d'utiliser l'architecture pour construire une société idéale. Ah, le XIXe siècle et ses utopies ! Il semble que les gens
croyaient alors qu'il était possible de refaire le monde... Amitiés


Danielle 18/03/2008 23:08

Bonjour ! un ptit coucou ! 


bonne soirée ! bisous !

Abellion le Polygraphe 19/03/2008 07:45

Enchanté Danielle. Bienvenue sur le blog, et à très bientôt. Bisous à tes enfants, Abellion.