Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 15:01

 

 

Le Minervois, c’est ce charmant pays viticole situé entre Carcassonne et Béziers, qui a reçu son nom de l’antique castel de Minerve qui s’élève sur ses montagnes calcinées, couvertes de pierres dressés en des temps immémoriaux. Ici, la roche affleure partout, une pierre blanche dont on a jadis fait un blanc manteau d’Eglises. C’est à la découverte de quelques-uns de ces chefs-d’œuvre romans, en forme de balade, que je vous convie aujourd’hui.

 

Caunes-Minervois, l’église des quatre martyrs.

 

A tout seigneur tout honneur, commençons par évoquer brièvement l’abbaye de Caunes-Minervois, la plus importante de ce pays, mais sans nous y attarder du fait de sa célébrité.

  

 

Elle fut fondée par Anianus, un compagnon de Benoît d’Aniane en 790, sous le vocable de saint Pierre et saint Paul. Comme partout, les abbés durent défendre leurs possessions contre la cupidité de seigneurs locaux, et acquirent des reliques pour attirer les pèlerins. En 982 sont mentionnés pour la première fois les martyrs de Caunes : Armand, Luce, Audalde et Alexandre. Leurs reliques sont encore l’objet de processions de nos jours. 

 

Lors de l’épisode cathare, Caunes est un centre de la reconquête catholique dans un pays gagné au catharisme. L’abbé reçoit les représentants du pape ; en 1227, Pierre Isarn, l’évêque cathare du Carcassès, y est brûlé. Au XVIIe siècle, alors que l’abbaye menace ruine, au propre comme au figuré, d’importants travaux sont engagés par l’abbé Jean d’Alibert, qui fait reconstruire le logis abbatial. L’ordre est alors affilié à l’abbaye de saint-Maur. De nouveaux travaux, et une application plus rigoureuse de la règle monastiques vers 1696. L’église de l’abbaye est remarquable par son chevet (XI-XIIe siècle), avec ses jolies absidioles.

 

Saint-Jean de Citou : du roman au baroque.

 

 Une légende raconte que les moines qui fondèrent la grande et belle abbaye de Caunes venaient du charmant petit prieuré de saint-Jean. Celui-ci se trouve au bord de l’Argent-Double, à 600 mètres de l’entrée du petit village du Citou, connu des gastronomes pour son oignon rose.

 

En effet, cette église est l’héritière d’un monastère carolingien mentionné dans une charte de 791. Il est probable qu’Anianus, le fondateur de l’abbaye de Caunes, vécut ici en ermite avant de fonder par la suite ce grand monastère. L’église a gardé de l’époque romane son abside et sa nef unique, couverte par une charpente d’époque romane !

 Au XVIIe siècle, on remania l’Eglise en ajoutant une nef et une nouvelle porte, sur laquelle on peut lire la date de 1659. C’est à ce moment-là sans doute qu’on réalisa dans l’abside un beau décor peint (photo ci-dessus), qui représente, sur fond de trompe-l’œil architecturaux chers à l’art baroque, des personnages de saints barbus avec des angelots et autres feuilles d'acanthe.

 

Saint-Germain de Cesseras : le premier art roman.

 



 Cette église est perdue au milieu des garrigues et des pinèdes, près du village de Cesseras, au pied de la Montagne de la Serre. Mais la perfection de son architecture laisse le visiteur songeur. Elle est située près d’un ancien domaine romain, et constituait jadis la paroisse de Notre-Dame de la Serre

 

L’église fut sans doute bâtie en deux temps, comme en témoigne le changement d’appareil visible au niveau du gouttereau sud (moellons plus grands et plus soigneusement débités). On est ici dans les débuts de l’art roman. Deux fenêtres, simples meurtrières, relèvent de la tradition pré-romane. Une troisième fenêtre, au contraire, est construire avec un large ébrasement extérieur et un arc « à double rondeau » d’inspiration lombarde. Au Nord, au niveau de l’ancien cimetière, on peut voir l’ancienne « porte des morts ». Ce qui frappe, de l’extérieur, c’est la polychromie des pierres. L’arc des fenêtres est souligné par un galon de basalte, que l’on appelle parfois « sourcil de Charlemagne ». L’intérieur a une voûte en berceau brisé.

 

Rieux-Minervois et la géométrie sacrée.

 

 

L’église du village de Rieux-Minervois date du 2e quart du XIIe siècle (second art roman). Sa forme générale est circulaire.

 

Rieux-Minervois nous donne l’exemple étonnant d’un édifice roman construit autour de la symbolique du nombre 7, qui se retrouve dans les 7 côtés de l’église et la coupole à 7 arcades. Comment ne pas voir là un reflet des 7 piliers de la Sagesse (Proverbes, IX, 1). La Sagesse divine était en effet au Moyen-âge parfois identifiée avec la Vierge Marie, comme le rappelle Marcel Durliat.  

 

On pourrait aussi évoquer les 7 dons de l’Esprit saint, les quatre vertus théologales et quatre vertus cardinales, ou la quaternité des éléments additionnée à la Trinité de Dieu, etc. De toute façon, le symbolisme médiéval est coutumier de plusieurs niveau de lecture (littéral, allégorique, anagogique, tropologique), et les chiffres comme les autres symboles signifient sans doute à plusieurs niveaux.  

 

L'élément frappant de cette église dédiée à la Vierge est un chapiteau représentant l’assomption de la Vierge, œuvre du fameux maître de Cabestany. La vierge, figurant dans une mandorle géométrique portée par des anges aux postures acrobatiques, apparaît dans une posture hiératique et pleine de majesté : ce n’est déjà plus la villageoise de Nazareth, c’est le symbole éternel de la sainteté.

 

Saint-Etienne de Tersan.

 


Cette église oubliée est située sur le domaine de Vaissière, dans la commune d’Azille. Son chevet est très intéressante. L’abside centrale, avec son décor de colonnes et de châpiteaux soigné ainsi que son oculus, semble dater d’une époque postérieure aux deux petites absidioles, de construction plus grossières (appareil en galets de rivière) et qui, quant à elles, remontent sans doute à une période préromane.

 

On y trouve des chapiteaux sculptés semblables à ceux de Rieux, et qu’il faut peut-être mettre au compte de l’atelier du maître de Cabestany.

 

Enfin…

 

Beaucoup d’autres églises romanes et autres se trouvent sur les chemins du Minervois. Le pèlerinage de Notre-Dame du Cros, l’église romane d’Escales, la chapelle carolingienne de Notre-Dame de la Lauze, l’Eglise des Cent Veuves aux Centeilles nous tendent les bras… A bientôt donc sur ce blog pour finir la visite.  


Sources.

Equipe "Minervois Diapré", Guide Minervois Roman.
Marcel Durliat, "L'église de Rieux-minervois", congrès archéologique des pays de l'Aude, 1973.
Les photos NB de Caunes-Minervois et de Rieux sont issues de la base Mémoire du Ministère de la culture. Lien ici.

Partager cet article

Repost 0
Abellion le Polygraphe - dans Lieux médiévaux
commenter cet article

commentaires

nathario08 16/10/2010 18:42


Blog super !!

(modifier Saint Germain de Cesseras par St Germain de Courbissac)

Nathario08


Abellion 27/10/2010 11:38



Merci du tuyau !