Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 07:20

On croirait cette ancienne église ruinée sortie de quelque roman gothique, si ce n'était la brique méridionale. Perdue dans une région verdoyante, elle aurait selon la légende été le théâtre des exploits de saint Georges, le grand saurochtone (pourfendeur de dragons)...

 

Lecteur, je te convie à la découverte d'un haut lieu légendaire du Tarn. Après avoir évoqué l'ambiance si particulière du Puy et rapporté ses récits, il sera temps pour moi de dire quelques mots de son histoire.

 

Situation

 

puy saint georges (1)

 

Le lieu a tout pour frapper l'imagination, il faut bien en convenir. Dans une région vallonnée et plutôt agricole, le pic se signale par sa hauteur. Un bosquet entoure son sommet et semble soustraire aux regards curieux la vision de cet édifice. Celui-ci dépasse à peine des plus hautes branches.

 

Près du sommet du Puy, le paysage est grandiose, fait de prairies, d'arbres et de rochers désolés.

 

puy saint georges (34)

 

Ambiance

 

puy saint georges (8)

 

Le lieu est à l'abandon. On ne distingue plus que les murs d'une église et d'un petit édifice attenant (le clocher selon toute vraisemblance). Le tout est construit grossièrement de moellons, avec, çà et là, quelques briques (encadrement des portes et des fenêtres, abside et arceaux des voûtes de l'église).

 

puy saint georges (24)

 

 

Le lierre s'accorche aux vieilles pierres, la voûte en cul-de-four de l'abside (ci-dessus) menace ruine. Heureusement, quelques réparations ont été faites pour sauvegarder l'édifice.

 

puy saint georges (27)

Intérieur de l'église vu depuis le chevet

  

Saint-Georges

 

Dans la toponymie, depuis une période indéterminée, ce lieu est associé au célèbre martyr et soldat romain originaire de Palestine (v. 280-303). Faut-il encore raconter son histoire, illustrée par tant de peintres ? Chose frappante, comme souvent, les exploits d'un saint étranger (dans la légende originelle, Saint Georges tue le dragon en Lybie) sont transposés sur place, ajoutant ainsi un chapitre tarnais aux hauts faits du saint !

 

ucello saint georges

Tableau de Paolo Ucello, Source 

 

La légende a été rapportée par L. -C. Tessier dans ses Contes choisis en langue albigeoise (1913). Une bête malfaisante sévissait dans la région de Saussenac. Cornue et griffue, elle était doté de mâchoires effrayantes, dont l'étau brisait le fer. Impardonnable légèreté de sa part, elle s'était mise à dévorer les autochtones. Voici donc que St Georges, appelée à corps et à cris par les autochtones, fait son entrée et monte au sommet du Puy.

 

Là, il voit le monstre près de côté de Caussanel, en train d'épier sa proie, une jeune fille chrétienne qui vivait en recluse. N'écoutant que son courage, le guerrier accourt et enfonce sa lance dans la gueule ouverte du monstre. La pauvre bête se tord de douleur, dégringole jusqu'à Candalou où le saint l'achève à coup d'épée dans le ventre. Suit un autre épisode d'extermination, où l'on revoit le saint du côté du Camarès (Aveyron) abattre la dragonne et ses petits ; je vous fais grâce des détails de cette deuxième boucherie !   

 

Récit d'origine, récit de christianisation

 

Bien sûr, le récit ne s'éloigne guère des traditions légendaires attachées au personnage de Saint-Georges, qui sauve une jeune fille en tuant un dragon. La légende du saint semble avoir été ramenée en occident lors des Croisades, avant d'être écrite dans la Légende dorée. Toutefois, dans la version du Puy-Saint-Georges, plusieurs traits sont intéressants, on peut évoquer quelques pistes de lecture à défaut de conclusions.

 rubens saint georges dragon 2

P. -P. Rubens, Paysage avec St Georges et le Dragon (détail) 1630. Web Gallery of art  

 

Le combat de Saint-Georges et du dragon aurait modelé le paysage : ainsi, on montrait jadis sur le Puy l'empreinte du cheval du saint ; près de Caussanel, la présence de calcaire s'explique par les ossements de dragon; enfin, la dépouille de la bête, jetée dans le Tarn, expliquerait la couleur rouge des eaux lors des crues. Le récit a donc une dimension fondatrice évidente.

 

Le récit semble également lié à l'idée de la christianisation de la région. La jeune fille y est présentée comme une jeune chrétienne nouvellement convertie, détail qui vient s'aditionner à la symbolique du dragon (figure du paganisme, la bête mangeait les chrétiens selon la légende) et à la figure de Saint-Georges, martyr notoire du début du christianisme (son exécution est fixée par la tradition à l'an 303, sous le règne de Dioclétien).

 

Le dolmen de Gouty

 

IMGP9354

 

Le Puy-Saint-Georges semble avoir un caractère sacré depuis fort longtemps, voire la Préhistoire. Au pied du Puy, sur la route de Valdériès à Valence d'Albigeois, on trouve le dolmen du Gouty, avec sa large table et ses deux piliers de schiste veiné de quartz. Une légende est d'ailleurs attachée à ce dolmen : la Vierge, portant des pierres pour la cathédrale d'Albi, et ayant appris que la construction était finie, les a laissé tomber en les groupant en forme de table. Dans une autre version, le bâtisseur en question est Gargantua, qui après son effort est pris d'une soif inextinguible et va boire à la source de Gouty qu'il tarit...

 

Le prieuré

 

puy saint georges (22)

 

L'église actuelle daterait du XIIIe siècle. Elle est acollée à une tour qui, selon l'auteur du Guide du Tarn, serait antérieure à la contruction de l'église. L'épaisseur de la construction et la présence de meutrières laissent supposer que l'édifice a eu un rôle défensif certain, peut-être lors de la Guerre de Cent Ans.  L'ensemble aurait formé jadis un prieuré important, toujours selon Jean Roques.

 

puy saint georges (14)

Vestiges de la tour 

 

D'après le guide Bonneton du Tarn, cette église était sous le vocable de Saint-Barthélemy.On voyait autrefois autour de l'église un cimetière, la dernière inhumation date de 1826 selon l'article de Wikipédia. Le lieu, abandonné à la Révolution, s'effondrait dans l'indifférence générale avant qu'une association vienne préserver ces vestiges.

 

Bref...

Un lieu important dans la légende comme dans l'histoire. Cet article apporte bien peu d'informations, j'espère le récrire prochainement après m'être davantage documenté. Il semble qu'on ne sache pas grand' chose, au final, sur ces murs nimbés de mystère par des siècles d'oubli.  

 

Sources

Collectif, Le Tarn, éditions Bonneton

D. Loddo, Legendas d'Occitània, "Les dragons et les dragonnières".

J. Roques, Guide du Tarn, art. "Saussenac".

L-C Tessier, Contes en langue albigeoise.

B. de Viviès, Guide du Tarn mythologique et merveilleux.

 

Est cité sur Wikipédia cet ouvrage que je n'ai pas consulté :

A. Besombes, Autour du Puy-Saint-Georges, 1989.

 

Liens

Article de Wikipédia sur le Puy-Saint-Georges

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Flottes 19/12/2011 19:11

Si ce lieu vous intéresse contactez l'association " Les Amis du Puy St Georges" (05 63 56 53 76 où 05 63 56 50 33) chargée de la sauvegarde du site.

Abellion 23/12/2011 09:57



Merci ! Je publie votre commentaire, ainsi les gens intéressés pourront aussi contacter votre association.



Melina 22/08/2010 19:08


Bonjour,

as-tu pu compléter les informations que tu avais pour ce site? Tu es sur la bonne voie! Je m'informerai aussi de mon côté.

Entant qu'historienne, je dois te dire qu'il n'est pas impossible que les auteurs que tu trouves se copient les uns les autres...d'où de possibles erreurs en cascade. Les amis du Puy Saint George
semblent s'intéresser qu'à la préservation du monument. Mais comment inciter à préserver un endroit que l'on connaît mal?

je t'encourage vivement à continuer.


Abellion 02/09/2010 08:50



Hélas non, je n'ai pas vraiment eu le temps de chercher. Je considère mes articles sur ce blog comme des premiers jets de curiosité, je en prétends pas épuiser les sujets, juste partager quelques
lectures que j'ai pu faire à l'occasion d'une découverte, sur un passé souvent méconnu. Bien sûr, il est fort possible que les historiens se copient... J'espère un jour avoir le temps de traiter
de ces questions en suspens. A bientôt !



Fardoise 02/05/2010 16:40


Je ne connais pas ce lieu mais le paysage est en effet grandiose et les ruines d'une belle simplicité. Pour ce qui est des légendes et du mélange subtil entre ce qui est importé et tout le substrat
local, c'est tellement imbriqué qu'il est impossible de faire vraiment la part des choses. Dans celle que vous contez ici particulièrement, lorsque les grands mythes fondateurs rencontrent les
histoires plus réelles.


Abellion 03/05/2010 20:03



C'est le propre des vies de saints d'être transposés dans les divers lieux où on les adorait autrefois. Ainsi, Marie-Madeleine aurait été ermite à la sainte-Baume, à la chapelle de Massiac dans
la Cantal, et sur une nomtagne non loin de Tardets dans la Soule !


A chaque fois, les hauts faits d'un saints, souvent les mêmes, sont transposés dans des cadres différents. Ainsi en est-il de Saint Georges comme de Marie-Madeleine, et tant d'autres...



Hélène. 21/04/2010 09:37


Abellion Cher, combien j'aime vous titiller...
J'adore vos réponses, que vous m'opposez toujours si sérieusement, c'est un réel plaisir que de vous dire ceci:
- La force de la vertu est une espèce en voie de disparition, mais combien je l'admire...(Celle dont vous parlez, bien entendu, pas celle que je brocarde!)
- Mais je nuancerai quelque peu, si vous le permettez: la vertu ayant été confrontée à la tentation, restant vertu est admirable. Mais celle qui n'a pas connu le "Diable" n'a aucun mérite...
Que vous en semble?
... A vous, très cher!


Abellion 21/04/2010 10:59



Exactement ! On reconnaît le bon capitaine au fait qu'il navigue dans la tempête, fluctuat nec mergitur. N'est victorieux que celui qui a eu le courage de combattre !


Amitiés



sirius 21/04/2010 08:28


Superbe reportage, avec des illustrations qui restituent parfaitement ce que doit être l'ambiance des lieux!


Abellion 21/04/2010 09:02



Merci Sirius ! Je n'ai plus trop le temps d'écrire sur ce blog, mais je garde encore quelques moments pour y faire partager mes coups de coeur. Rien ne me fait plus plaisir que d'avoir
restitué, par les mots et les photos, un peu de l'atmosphères de ces "lieux secrets" si intrigants...  


Amitiés