Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 22:01


Il existe à Ferrières, dans le Sidobre (non loin de Castres et de Brassac-Tarn) un antique castel. Entouré de tours massives, il dissimule dans sa cour la fragile beauté des sculptures de la Renaissance. Un grand seigneur huguenot vécut en ces lieux  jadis... C'est ici également que les pères de famille faisaient enfermer leurs enfants, à l'aide des fameuses "lettres de cachet".

Retour sur une merveille d'architecture du XVIe siècle, devenue prison d'Etat au XVIIIe siècle...  

Ferrières à la Renaissance.


Il existait un château médiéval à Ferrières, mais celui-ci fut transformée au XVIe siècle, époque des guerres de Religion, opposant calvinistes (huguenots) et catholiques... C'était Guillaume Guillot, un des chefs de guerre huguenots, qui fut, dit-on, à l'origine des travaux.

Guillaume Guillot se fit remarquer par ses actions d'éclat lors des guerres de religion. Par exemple, c'est lui qui prit Soual et rasa ses murailles. Il fit de Ferrières une des places fortes des Réformés dans la région. 


Néanmoins, l'un des descendants de Guillaume devint, tout à l'opposé, le persécuteur des protestans. En 1689, l'assemblée clandestine des protestants du désert, à Saint-Jean del Frech (commune de Lacaze) fut dispersée par les ordres du baron de La Crouzette, Pierre III de Bayard, arrière-petit-fils de Guilhot. Sur les 1200 huguenots présents, une centaine périt sur place...

Visages de femmes.

Après ces visions d'horreur, revenons à la beauté et à la grâce, qui sont aussi dans l'histoire...

Ferrières, de l'extérieur, ressemble à une morne forteresse médiévale, encore aujourd'hui. Plusieurs tours extrêmement solides, de forme cylindique, protègent les angles sensibles de la bâtisse. Mais, quand on s'approche des murailles, quelle n'est pas notre surprise de voir... de très jolies fenêtres à meneaux, parfois partiellement bouchées.

Une fois passée la porte en plein-cintre du château, on arrive dans une cour, et là, c'est l'émerveillement... Trois fenêtres, dans le style de la Renaissance, sont ornées de têtes d'hommes et de femmes. Dans l'entablement des fenêtres, le visiteur ébloui voit apparaître les têtes de Guillaume Guilhot le seigneur du château, sa femme, François premier, et un autre visage de femme non identifié (Claude de France, son épouse ?).



C'est au XVIIIe siècle que le château retrouve une actualité.

Au début du XVIIIe siècle, le château sert de poste royal de surveillance  lors de la révolte des Camisards dans les Cévennes. En 1708, le château est racheté par les Etats du Languedoc, qui en font une prison. Même si les assemblées clandestines des protestants se tenaient encore, il n'était plus question d'emprisonner leurs participants... Les seuls détenus de Ferrières étaient là sur l'ordre du roi. Ordre d'emprisonnement que les familles sollicitaient contre leurs fils un peu trop remuants !  

Déroulement d'une incarcération.

Au XVIIIe siècle, les prisonniers étaient conduits dans la cour d'honneur du château, celle où se trouvent les sculptures Renaissance... Il y avait là le logis du gouverneur, des soldats de la garnison, la cantine, les écuries. Puis ils étaient logés dans des chambres donnant sur la deuxième cour, qui, à l'époque, était un jardin.


Leurs cellules étaient des chambres assez grandes, sommairement meublées, mais point insalubres. On risquait néanmoins le mitard si l'on poussait le bouchon un peu trop loin...
 

Des détenus pas sages du tout...

Les jeunes hommes que leur familles faisaient enfermer à Ferrières étaient des "mauvais sujets": adonnés au jeu, à la boisson, aux femmes, ou même criminels avérés. A Ferrières, ils n'étaient finalement pas plus mal logés que les soldats.

Tout allait pour le mieux, si l'on peut dire, dans la petite prison, lorsque débarqua une fournée particulièrement gratinée de mauvais sujets. Ces galopins prenaient un malin plaisir à faire enrager le gouverneur de la forteresse, M. de Laroque...

Ils s'appelaient Cambon, Andabre, Valette, de Marsa, Castel et St-Clair.

Une évasion en travesti.

Les jeunes hommes fort remuants rivalisaient d'idées pour s'évader du château. Ainsi, Marsa essaya de s'enfuir... en s'habillant en femme ! Un autre tenta de mettre le feu à sa chambre.

Les plaintes.

Loin de s'arrêter là, l'été 1783, les polissons envoyèrent de concert plusieurs plaintes aux autorités contre M. de Laroque, le gouverneur de la prison. L'homme était décrit comme un sadique, comparé à Néron, accusé d'humilier ses prisonniers et de les mettre au mitard à la première occasion... Il les aurait même truandés en leur faisant payer leur nourriture trop cher.

L'un des détenus n'hésita pas à affirmer que Larroque lui avait fait des avances... L'air de la calomnie !  

L'enquête.

Une enquête fut diligentée à la suite des plaintes. Elle conclut à l'innocence de Larroque. 

En fait, le gouverneur avait été débordé par des prisonnier indisciplinés, avec lesquels il avait commencé par être trop indulgent. La garnison du château était également extrêmement corruptible, n'hésitant pas à faire passer des pistolets aux prisonniers ! La vieille servante était fort naïve et le gardien sourd, ce qui n'était certes pas la panacée pour retenir des sujets aussi remuants !

Certains des plaignants ont d'ailleurs rétracté leur accusations contre Laroque durant l'enquête...

Bref.

Beauté et terreur, pages d'histoire tragiques ou amusantes, le château de Ferrières a tout cela.

On ne peut malheureusement pas le visiter pour le moment. Mais faites-en le tour, et allez au très intéressant musée de Protestantisme situé dans le village.

Sources
Jean Roques, Guide du Tarn.
Rémi Cazals, Autour de la Montagne noire au temps de la Révolution.


Autre article sur Ferrières

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Promethazine 28/08/2008 18:57

Bel article, je ne connaissais pas vraiment l'histoire de ce château et savais encore moins qu'il avait servi de prison.
Ironie du sort, j'ai appris tout récemment que ce château était la propriété d'un membre de la famille d'un ami à moi. Peut-être cela me donnera-t-il l'occasion de le visiter un de ces jours...

Abellion le Polygraphe 28/08/2008 21:00


Merci cher Promethazine. Si tu as l'occasion de visiter le château par l'inetrmédiaire de tes connaissances, n'hésite pas, car il est pour l'instant fermé au public. Toutefois, d'après une
dame du village, il n'y aurait rien de vraiment intéressant dans la château proprement dit, si ce n'est une cheminée d'époque.
Je compte sur toi pour nous ramener de belles photos si tu as le privilège de pénétrer en ces murs !


c.douceur 27/08/2008 11:30

Ouh! Alors je change mon fusil d'épaule...
Cécile.

Abellion le Polygraphe 27/08/2008 11:41


Oui, mais il n'est pas dit que Laroque était tout blanc non plus ! Difficile de choisir son camp dans ces conditions-là !


Christy Trotter 27/08/2008 10:23

Super beau tout ça. Je n'ai pas vu les photos sur ton compte flickr, mais je prendrais bien la première parmis mes favoris!

Abellion le Polygraphe 27/08/2008 11:08


Merci de ton soutien Christy ! Je te promets de poster les photos de Ferrières sur le compte dès ce soir.


c.douceur 26/08/2008 22:45

Il est magnifique...
Je me méfie en revanche des jugements rendus à cette époque... Ou à d'autres! Le sieur Laroque n'était-il pas assez influent pour sortir de ces accusations, blanc comme neige?
Je l'aime bien, moi, cette bande de Djeunes...
Cécile.

Abellion le Polygraphe 26/08/2008 23:45


Certes, mais les jeunes hommes en question étaien,t loin d'être des enfants de coeur... En plus d'être de fieffés menteurs, l'un d'eux était un "mac" et l'autre avait extorqué de l'argent à son
père avec une arme. Pour autant, les arrestations arbitraires étaient parfois de vrais scandales, comme lorsqu'un père dépensier, affublé d'une cocotte, faisait enfermer son fils qui lui reprochait
sa conduite (véridique !)


Mouneluna 25/08/2008 15:02

quel dommage de voir cette fenetre abimée de cette façon là, cela me fend le coeur !!
Moune

Abellion le Polygraphe 25/08/2008 17:15



Oui, elle est bien "salopée", comme dirait quelqu'un de mon entourage. Sans doute qu'à l'époque ils n'ont pas voulu payer l'impôt sur les portes et fenêtres !
Mais certaines dégradations de ce type, même spectaculaires, sont parfois réversibles et assez facile à restaurer.... On ose espérer en tout cas que ce n'est pas irrémédiable.
Moi, je vous dirais que je préfère les gens qui laissent les choses en l'état (quand ça ne menace pas ruine, bien sûr), plutôt que ceux qui font installer une fenêtre en béton en remplacement, en
jetant toutes les vielles pierres...