Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chercher Sur Le Blog

Esprit des lieux

Hauts lieux historiques
L'Antiquité
Le Moyen-âge, art roman et gothique
L'époque des cathares, châteaux "cathares"
Sur les chemins de Saint-Jacques
Le XVIe et le XVIIe siècles
Le Canal Royal du Languedoc (Canal du Midi)
Le XVIIIe siècle
Le XIXe siècle
Le XXe siècle

Lieux de pleine nature
La Montagne noire en Languedoc
Montagnes et forêts
Chapelles d'altitude ou maritimes
Bestiaire et herbier (animaux et plantes)

Légendes et contes
Pierres à légendes, bornes, croix
Légendes de fées
Légendes de dracs et de diables
Légendes de géants et d'hommes sauvages
Contes traditionnels

Traditions

Nourritures plus que terrestres

Culte des saints, légende dorée

Métiers de jadis
Aimer en Languedoc
Fêtes traditionnelles
La légende de la mort

Le monde des sorts

Villes et villages
Toulouse belle et mystérieuse
Carcassonne, histoire et traditions
Villages de la Montagne noire
Village du Lauragais
Villages audois

Création contemporaine
Graphisme, sites internet
Sculpture, peinture, bois
Bande dessinée, cinéma, musique

A propos du blog
Tout savoir sur ce blog
Je me présente en quelques mots...
Profil du blog sur Overblog

Divers
Origine des noms de lieux (toponymie)
Album photo des lieux : les photos de lieux superbes
Musée des lieux : des objets étonnants
Petit musée des horreurs
Mystifications et fausses légendes
Symboles anciens

Graphisme

Le design et les bannières du blog sont une oeuvre originale de Little Shiva. Un grand merci à cette graphiste de niveau international,  pleine de talent et de générosité. Son boulot est splendide.Vous pouvez aussi admirer son oeuvre d'artiste ici.

Allées et venues

Viateurs et nautes passés ici


A l'instant même,
parmi les    visiteurs d' Over-Blog, il y a     amateurs de lieux secrets... 

 

Locations of visitors to this page

Invitation au voyage


Le Pays cathare ou Languedoc (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Tarn)...

Venez y découvrir
les lieux méconnus...

...qui vous parlent de l'histoire, du patrimoine, des légendes du sud de la France.

Un monde si proche et si lointain de châteaux, de villages perchés, de pics et de forêts profondes s'ouvre désormais à vous.



"Les êtres et les choses sont créés et mis au monde non pour la production mais pour la beauté"
Joseph Delteil

 

"Ne soyez pas des régionalistes. Mais soyez de votre région."

Joë Bousquet 

 

"Celui qui n'a pas de passion, il ne lui sert à rien d'avoir de la science."

Miguel de Unamuno

16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 23:45

Suite de notre série sur les usages et les légendes de l'eau dans la Montagne noire. Aujourd'hui, pénétrons dans le gynécée: le lavoir, espace réservé des femmes... Ames sensibles, tournez les talons !

Lavoir à Laviale-Castans, 81.

Une eau canalisée dans les villages...

Jadis, l'eau était canalisée dans les villages, pour servir aux usages domestiques. Dans la société d'autrefois, les tâches étaient rudes et la répartition des tâches entre les sexes une (triste ?) réalité. Dans les villages, l'eau, venue d'une source toute proche, se déversait en trois lieux : le lavoir, l'abreuvoir, la fontaine. La fontaine servait à tous. L'abreuvoir était le domaine de l'homme, qui y conduisait les bêtes. Et le lavoir...

Le lavoir.

C'était en effet l'espace des femmes, où elles venaient faire leur lessive. A l'origine, le lavoir était une simple pierre inclinée donnant sur une rivière... On utilisait parfois aussi à cet usage une planche en bois, amovible. Les lavoirs bâtis que l'on voit partout en Montagne noire ne remontent pas avant le début du XIXe siècle. Leur construction a été rendue nécessaire par l'augmentation des populations villageoises et citadines au cours de ce siècle : en effet, on imagine mal un point d'eau unique servir pour abreuver les bêtes et laver le linge, dans un lieu densément peuplé...

Lavoir aux Escudiès, près Arfons (81)

On construira des lavoirs, en béton, jusque dans les années 1950. Le lavoir a parfois souvent un toit pour protéger de la pluie. Il est alors couvert de cuiles canal ou d'ardoises, avec des poutres de chêne ou de châtaignier. La maçonnerie est en pierre locale, gneiss ou granite, et protège le lavoir sur trois de ses côtés.

Structure d'un lavoir: les deux bassins.

A l'intérieur du lavoir, on trouve généralement deux bassins, dont l'un, plus petit, reçoit directement l'eau. C'est celui qui sert au rinçage et au petit linge. Entre les deux bassins, une barre de bois suspendue, qui permet d'égoutter le linge. Le second bassin, consacré au lavage, possède des plans inclinés pour permettre le savonnage et le brossage.

Il faut imaginer les lessives par toutes les saisons, et tous les temps... "Tant plan l'ivèrn coma l'estiu, leas bugadièras van al riu" (Les lavandières vont au ruisseau, hiver comme été).

Les deux bassins du lavoir des Escudiès.

Jouer du battoir et de la langue : un monde féminin ?  

Le complément  naturel du lavoir, c'est l'abreuvoir. dans la société rigide de jadis, la femme allait laver le linge au lavoir, pendant que l'homme allait mener les bêtes à boire à l'abreuvoir... On conçoit le soulagement que fut l'arrivée des machines à laver pour nos pauvres aïeules ! Jadis, les femmes pouvaient passer la journée au lavoir, en y mangeant à midi. Seuls les enfants étaient admis dans cet espace, pas les hommes. Les langues pouvaient se délier... ce qu'était le café pour les hommes, le lavoir l'était pour les femmes. Le dicton disait d'ailleurs, un poil misogyne : "Lengut coma una bugadièra" (Bavard comme une lavandière).  

Dans cet espace régnaient les lavandières professionnelles (bugadieras en occitan). Elles lavaient le linge des "riches", des notables et des bourgeois. Financièrement indépendantes, elles étaient souvent jalousées des femmes du commun...  qui ne se gênaient pas pour les déchirer à coup de langue.

Les femmes allaient souvent au lavoir en poussant une brouette remplie de linge, ou bien elles le plaçaient dans un baquet. Au-dessus du tas de frusques et autres, une plache à laver, le battoir, la brosse, le savon.

Interdits liés aux préjugés sexuels.

Le lavoir, espace féminin, n'échappe pas aux diverses superstitions et interdits, souvent sexistes, que l'inconscient collectif assigne aux femmes. Beaucoup de femmes ne lavaient pas pendant la menstruation, de peur, croyaient-elles, de tomber malades ! Souvent, c'était le groupe qui empêchait la femme réputée "impure" d'entrer dans le lavoir, afin que l'eau de la source ne soit pas souillée.

Autres interdits.

Il existait d'autres interdits, de nature religieuse. Lors de certaines fêtes, il était formellement déconseillé de laver son linge, de peur de "laver son propre linceul" (jeu de mot en occitan sur le drap, qui se dit lençol dans certaines régions). Dans le Lauragais, la Sainte-Agathe était une de ces occasions. Mais il y avait aussi la semaine sainte et la Toussaint.

Bref...

Un lieu donc à la fois utilitaire, mais aussi symptomatique du rôle des sexes dans l'ancienne société, et des croyances attachées au féminin.


A suivre.

Dernier épisode des articles sur l'eau en Montagne noire : le sources et les fontaines.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Peire 07/09/2014 19:36

Une correction: "lAs bugadièras"

fée des agrumes 20/02/2009 17:47

Ma mère se souvient des séances de lessive au lavoir dans son enfance!
Quel boulot c'était! C'est déjà une corvée maintenant alors quand il fallait battre, rincer, remuer, rincer, essorer pfff
heureusement, très vite sont apparues les lessiveuses, les machines mécaniques et enfin, les machines à laver automatique.
(pensée pour Mère Denis, inoubliable!)
Pour ce qui est des représentations hommes femmes, quel sujet ! j'en reste interdite, c'est insondable !

Abellion 20/02/2009 18:05


Oui, j'ai retrouvé au dos d'une ancienne carte postale le récit d'une de ces séances de lavage. C'était absolumment éprouvant. Il suffit d'avoir soupesé une couverture trempée d'eau, à la sorte de
la machine, pour l'imaginer !  
Lien:
http://polymathe.over-blog.com/article-21295874.html


LN 20/02/2009 09:57

Meuh non...
Puisque c'est dit sur le ton de la plaisanterie!
Vous seriez étonné de savoir à quel point nous vous défendons...
Chacun ses vertus! Que ferions-nous sans nos hommes?

Abellion 20/02/2009 12:43


Oui, nous avons bien besoin d'être défendus !!! Et que ferions-nous donc sans vous ?


LN 19/02/2009 20:59

Oh, cher Abellion, leurs oreilles sifflent, surtout que les femmes entre elles sont plus "crues" et intimes ...
Mais leurs maris, elles les aiment...Jusqu'à en dire du bien, quelque fois! (quelle absurdité...)

Abellion 20/02/2009 07:30


Ah ah ah ! J'ai toujours cru, pour ma part, que la pudeur était essentiellement une vertu masculine, sauf cas particuliers... Cela confirme ce que me dit aussi mon épouse sur les conversations
entre filles, parfois très précise anatomiquement et tout ce qui concerne ce genre de détails. Ca fait mouche là où ça fait mal !


LN 19/02/2009 20:39

Aux armes, Citoyennes!
Dans la bonne société, on pouvait aussi porter du linge frais et propre tous les jours. Chez les gens du peuple, la tenue avait intérêt à tenir la semaine!
Cela dit, je ne peux m'empêcher, en tant que femme, de me sentir à l'aise dans ce genre d'endroit. L'eau claire, les papotages interminables... Ca fait du bien de "casser du sucre" sur le dos de maris et enfants...
La photo est belle.
Amitiés,
Hélène

Abellion 19/02/2009 20:42


Je ne peux que souscrire ! Ah, je rêverais d'être une mouche pour pouvoir écouter ces conversations de filles entre elles... Oui, d'ailleurs, que peuvent bien raconter les femmes entre elles,
Hélène ? J'espère qu'elles ne disent pas seulement du mal de leurs chers époux....